Soleimani, Chef des Brigades Al Qods iraniennes, dirige l’offensive sur Falloujah, appuyée par les frappes américaines
Le Général iranien Qassem Soleimani dirige l’opération visant à reprendre Falloujah des mains de Daesh, alors que ses troupes bénéficient de l’appui aérien américain. Des photos exclusives de cette conférence de planification de la guerre.  


Photo exclusive de la conférence de planification de l’offensive guerrière. 

 

Depuis des mois, le Président américain Barack Obama et le Pentagone s’opposent officiellement à la participation des milices pro-iraniennes dans la guerre contre Daesg en Irak, en particulier dans le nord kurde.

La principale objection concerne l’armée de Mobilisation Populaire commandée par le Général iranien Abu Mahdi al Muhandis, qui est classé comme un « Terroriste global spécialement désignéé, par Washington.

Les Etats-Unis sont aussi opposés à l’Organisation Badr (anciennement la Brigade Badr) commandée par Hadi Al-Amiri, venant des Brigades Al Qods d’Iran. Ces milices ont massacré les résidents sunnites des villes qu’ils ont reprises des mains de Daesh, l’an dernier. La principale conséquence est que les Sunnites irakiens préfèrent être sous l’égide de Daesh, plutôt que de se faire massacrer par les milices pro-iraniennes et n’ont aucune confiance dans la coalition constituée par les Etats-Unis, Bagdad et Téhéran.

Mais, le 22 mai, avec le lancement de l’offensive irakienne contre Falloujah, la capitale de la province d’Anbar dans l’ouest de l’Irak, il est devenu clair que la participation des forces pro-iraniennes n’est plus un tabou pour les Etats-Unis.

Même si le Premier Ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé que ce sont ses 35.000 hommes de troupes régulières irakiennes qui ont lancé l’attaque pour libérer Falloujah des mains de Daesh, les sources des renseignements militaires de Debkafile révèlent que l’essentiel de ces forces ne participent pas à cet assaut.

Leur avant-garde est constituée par l’Armée de Mobilisation Populaire et l’Organisation Badr et elles sont sous le commandement direct du Général Qassem Soleimani, chef des forces iraniennes en Irak et en Syrie, qui opère depuis un centre de commandement des opérations sur le terrain.

Qassem_Soleimani_overseeing_Fallujah_ops_2Les forces aériennes américaines aident la tentative de Soleimani pour reprendre Falloujah.

Dans une nouvelle photo exclusive montrant la salle de planification des opérations de guerre sur le front, on voit Soleimani fumer un épais cigare avec Al-Muhandis à sa gauche, et s’appuyant sur une carte américaine décrivant toute la zone de la bataille.

Nos sources militaires révèlent qu’en prêtant assistance à cette offensive, alors que l’Administration Obama s’y est opposé pendant longtemps, les Américains ont, en réalité, renoncé à attaquer d’ici peu Mossoul, la Capitale de Daesh en Irak. Plutôt que de libérer Mossoul, Washington préfère, à présent, placer cette ville en Etat de siège et provoquer graduellement l’effondrement de la domination de Daesh.

La décision américaine de soutenir l’opération de Soleimani démontre le rôle central joué par l’Iran au cours de ces dernières semaines, dans les guerres menées par les Etats-Unis et la Russie au Moyen-Orient.

Les sources militaires de Debkafile rapportent que le général iranien est revenu vers Falloujah depuis le nord de la Syrie, près de la ville d’Alep, où il commandait les armées iranienne, syrienne et du Hezbollah.A ce stade, on peut conclure qu’il a, jusqu’à présent, échoué sur le front d’Alep contre les rebelles syriens.

A la suite de la défaite de cette campagne, qui était alors soutenue par la puissance aérienne russe, Soleimani s’est rabattu sur le front de Falloujah où ses troupes opèrent désormais sous le parapluie de protection des forces aériennes américaines.

debka.com

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.