Shoah, guerre d’Algérie… L’Élysée récuse toute comparaison

Conscient de la « singularité la plus extrême » de l’Holocauste, Emmanuel Macron affirme qu’il s’agit d’un « crime absolu qui ne peut être comparé à aucun autre ».

25 01 2020
Emmanuel Macron participe à une cérémonie de dépôt de gerbes lors du cinquième Forum mondial de l'Holocauste au musée commémoratif de l'Holocauste Yad Vashem à Jérusalem le 23 janvier 2020.
Emmanuel Macron participe à une cérémonie de dépôt de gerbes lors du cinquième Forum mondial de l’Holocauste au musée commémoratif de l’Holocauste Yad Vashem à Jérusalem le 23 janvier 2020. RONEN ZVULUN / POOL / AFP

Couper-court. Face à la polémique naissante sur les propos d’Emmanuel Macron – tenus dans l’avion présidentiel qui le ramenait d’Israël, où il a reçu Le Figaro -, l’Élysée a récusé toute comparaison entre la Shoah et la guerre d’Algérie. En s’appuyant notamment sur ce qu’il avait déclaré dès jeudi soir. « C’est le crime absolu qui ne peut être comparé à aucun autre », avait-il tranché, relevant la « singularité la plus extrême » de l’Holocauste. « Le président a réaffirmé l’unicité de la Shoah : elle est indiscutable », complète l’un de ses conseillers.

Dans l’esprit du chef de l’État, le seul lien qui existe se joue entre « les sujets mémoriels » dans leur ensemble, qui « sont au cœur de la vie des nations ». « Qu’ils soient utilisés par certains, refoulés par d’autres, assumés… Ils disent quelque chose de ce que vous voulez faire de votre pays et de votre géopolitique », juge-t-il.

Selon lui, un même processus en trois étapes est chaque fois nécessaire avant de pouvoir « regarder son histoire en face ». « Il y a le travail de l’historien. Il y a le travail du juge. Et quand on préside ou qu’on participe à la vie politique d’une nation, on a ce matériau à saisir », détaille-t-il. Entre les lignes, c’est bien à la guerre d’Algérie que pense le président. « Je suis très lucide sur les défis que j’ai devant moi d’un point de vue mémoriel et qui sont politiques. La guerre d’Algérie, sans doute, est le plus dramatique d’entre eux », confirme-t-il. « On en a plein, comme ça. Mais la guerre d’Algérie est le plus problématique. Je le sais depuis ma campagne », ajoute-t-il.

À l’époque, le candidat d’En marche! avait cru bon, lors d’un déplacement de l’autre côté de la Méditerranée, de qualifier la colonisation de « crime contre l’humanité ». Une expression qu’il « ne regrette pas » aujourd’hui, même s’il se garde bien de la réemployer. « J’ai crispé des gens. (Mais) je pense que je les ai ramenés, maintenant, dans une capacité à dialoguer », estime-t-il, citant tour à tour l’ensemble des partie-prenantes. Désormais, il souhaite mettre fin au « conflit mémoriel » qui demeure sur cette question. « Je n’ai pas la réponse » pour y parvenir, reconnaît-il toutefois « avec beaucoup d’humilité », admettant « tourner autour du sujet ».

En attendant de trouver la bonne formule, Emmanuel Macron s’inspire de son défunt prédécesseur, Jacques Chirac. « Quand (il) fait le discours du Vél d’Hiv, ça a un impact politique ! C’est quelque chose qu’il fait à dessein, aussi, politiquement. Et pas simplement historiquement », se souvient-il. En 1995, l’ancien président avait été le premier à reconnaître officiellement, depuis le square des Martyrs, la responsabilité de l’État français dans la déportation de plusieurs dizaines de milliers de Français juifs.

Aujourd’hui, son lointain successeur considère que la charge mémorielle qui lui incombe avec la guerre d’Algérie est équivalente. Il précise au Figaro : « La guerre d’Algérie est aujourd’hui un impensé de notre politique mémorielle et l’objet d’un conflit de mémoires comme l’était la Shoah et la collaboration de l’État français lorsque Jacques Chirac avait prononcé son discours du Vél d’Hiv. »

À voir aussi – Guerre d’Algérie, communautarisme: êtes-vous choqué par les propos d’Emmanuel Macron?

lefigaro.fr

3 Commentaires

  1. Le Micron est un irresponsable multirécidiviste qui ne contrôle pas ses actes et propos.
    Affirmer que la colonisation est un « crime contre l’humanité » est tout simplement délirant.
    Pourquoi les Anglais, plus grands colonisateurs de l’Histoire, ignorent-ils leur passé ?
    Il est pourtant facile de recenser tous les pays qui ont pratiqué cette saloperie, et leur demander de la qualifier et la traiter en commun, de façon objective et humaine.
    Attention toutefois, la liste de ceux qui veulent une tranche du gâteau de la victimisation est très longue, elle va de l’esclavage des Noirs, en passant par les génocides arménien, rwandais et cambodgien, aux crimes contre les homosexuels et autres minorités.
    Dans leur infinie recherche, tous ceux qui veulent à tout prix établir un parallèle entre la Shoah et les crimes commis au cours de l’Histoire, pourront trouver sur leur chemin un irresponsable débile dans le style du Micron, pour lancer une machine infernale.
    Ce minable président qui réagit de façon incontrôlée et souvent irresponsable, n’a pas son pareil pour provoquer le trouble et le scandale partout où il se trouve.
    Au cours d’un débat récent, nous avons vu le Micron s’exprimer dans un anglais parfait à Davos, et parler en français-anglais à Jérusalem, pour des raisons évidentes, et sans le moindre respect pour le pays hôte, et les services de sécurité israéliens chargés de sa protection, même si elle peut paraitre rugueuse à certains, il faut savoir ce que l’on veut.
    Ras le bol de ce débile agité qui sème la pagaille en France depuis son élection, et qui se fait remarquer sur la scène internationale par des provocations et des coups foireux qui restent la plupart du temps, sans le moindre effet.
    Maman Brigitte devrait mieux surveiller son garnement très inspiré par Gaston Lagaffe …..

  2. Macron doit arrêter d’improviser car à chaque fois c’est le dérapage non controlé. Quelle catastrophe, du jamais vu pour un responsable de ce niveau.
    Le pire est qu’il pense vraiment ce qu’il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.