Risquer sa vie pour sauver d’autres vies

2
1221

Risquer sa vie pour sauver des vies

Après cinq ans en tant que médecin de combat dans l’une des unités les plus éprouvantes de Tsahal, impliquée dans des missions de sauvetage souvent sous le feu, Guy est maintenant un étudiant en médecine qui espère que son livre “ De zéro à cent ” trouvera son chemin vers le grand écran pour que les gens puissent vraiment comprendre ce que c’est que d’être un soldat israélien

Itay Ilnai|
Publié le: 15.02.20, 13:29
Un vendredi après-midi, après une nouvelle mission difficile, Guy M. a quitté son treillis militaire et est rentré chez lui pour un Shabbat reposant.
Le soldat de combat de 24 ans et ambulancier paramédical de l’unité 669 de Tsahal avait désespérément besoin d’une occasion de s’arrêter et de respirer, mais le sursis n’est jamais venu.

Guy M. en uniforme de l'unité 669

Guy M. en uniforme de l’unité 669
( Photo: courtoisie )
“Nous avions prévu une opération majeure derrière les lignes ennemies et les pièces du puzzle se sont mises en place ce week-end, moins de 24 heures après notre retour de notre dernière mission”, dit-il.
“C’est donc comme ça que je me suis retrouvé à porter mon uniforme taché de sang, des bottes encore couvertes de boue depuis le dernier sauvetage, à monter dans un hélicoptère et à décoller pour une mission.”
L’histoire de Guy illustre la vie d’un soldat de combat dans l’unité 669, l’unité de sauvetage et d’évacuation de combat de l’armée de l’air israélienne, dont les fonctions se déroulent souvent à un rythme effréné – des missions de sauvetage aux opérations militaires secrètes.
Guy a servi pendant environ cinq ans dans l’unité 669, et tout au long de cette période – de l’entraînement intense aux sauvetages et aux opérations militaires les plus audacieuses – il a soigneusement illustré ses expériences.

Unité 669 de Tsahal en formation

Unité 669 de Tsahal en formation
( Photo: Gadi Kabalo )
Le résultat a constitué le livre le plus vendu “De zéro à cent”, un récit convaincant sur l’une des meilleures unités d’opérations spéciales de Tsahal.
Sa diffusion a été approuvée par les censeurs militaires et ministériels, à condition que le nom de famille de Guy reste secret.
Le livre fait bien plus que décrire les expériences – souvent déchirantes – d’un soldat de combat dans une unité d’opérations spéciales. C’est aussi un journal de bord qui révèle ses pensées et ses sentiments intérieurs.
«Pour moi, l’écriture était un outil pour réfléchir sur la vie et, finalement, elle est également devenue un processus de traitement des traumatismes», explique Guy.
«Cela fait partie de ma routine. Avant de m’endormir ou de commencer la garde, je sortais mon petit bloc-notes et j’écrivais. La pression émotionnelle qui s’accumule à l’intérieur est comme l’eau à marée haute, elle a besoin d’un exutoire. L’écriture m’a donné ce débouché, alors j’ai écrit. »

Guy en action sur un hélicoptère Black Hawk

Guy en action sur un hélicoptère Black Hawk
( Photo: courtoisie )
“Quand j’étais en action, mon adrénaline augmentait et il y a donc eu des moments où je me suis senti au sommet du monde, et à d’autres moments, à cause de l’épuisement dû à l’entraînement et son caractère punitif, je me sentais comme un objet plein de saleté”, dit-il.
Avec le recul, Guy admet que ce type de préparation professionnelle était nécessaire pour l’exécution de missions de sauvetage de haut niveau en toutes circonstances – y compris sous les tirs ennemis.
“Vous devez être méticuleux à tout moment car cela peut faire la différence entre la vie et la mort”, dit-il.
Lorsque Guy parle de circonstances extrêmes, cela conduit inévitablement à la tragédie du Tsafit Ravine en avril 2018, au cours de laquelle 10 étudiants de l’académie pré-militaire de Bnei Zion ont été emportés dans une crue éclair. Ce fut une catastrophe nationale et personnelle.
«C’est gravé non seulement dans ma propre mémoire mais aussi dans la mémoire collective de notre unité, car à peu près tous les combattants ont été mobilisés ce jour-là», dit-il.

נערים שחולצו מנחל צופית יובל כהאן

Survivants de la crue éclair de Tsafit
( Photo: Haim Horenstein )
“Les soldats qui rentraient déjà chez eux ce jeudi-là ont fait demi-tour et, dans les 15 minutes, étaient en l’air avec leur équipement.
“Même après la fin de l’opération de sauvetage, l’équipe a été maintenue en service, car les fortes inondations dans le désert de Judée ont créé toute une série de situations d’urgences. Cela résume parfaitement la plus grande capacité de l’unité – passer de zéro à cent en quelques minutes.”
C’était l’inspiration pour le titre de son livre, et Guy n’épargne à ses lecteurs aucun détail sur ce qui s’y est passé.
«Après avoir obtenu mon autorisation Unit 669, c’est devenu moins compliqué à écrire. Nous revenions d’une mission, descendions de l’hélicoptère, préparions l’équipement, puis je m’asseyais devant l’ordinateur et je laissais tout sortir. »
«J’ai vu comment cela serait écrit pendant l’action elle-même. D’une part, c’était très bon pour l’écriture car cela la rendait plus authentique, mais d’autre part, cela signifie que ces images, odeurs, souvenirs, sont devenues plus profondément ancrées dans mon esprit. »
Cela touche un sujet qui n’est pas entendu à propos de l’unité 669 : comment faire face émotionnellement à l’interaction quotidienne avec les blessés et les morts.
«Il y a une formation pour nous préparer à ces situations, mais quand vous êtes un groupe de jeunes de 18 ans confrontés à ces choses jour après jour, à la fin, vous les absorbez. Cela vous affecte. “

Guy et son camarade Yochai soignent un homme blessé dans le désert de Judée peu de temps avant leur appel à Zafit Stream

Guy et son camarade Yochai soignent un homme blessé dans le désert de Judée peu de temps avant leur appel à la catastrophe de Tsafit
( Photo: courtoisie )
Aujourd’hui, Guy est étudiant en médecine à l’Université de Tel Aviv, le fils aîné d’une fière famille de soldats de combat.
Sa sœur est un officier qui forme des cadets à l’Académie de formation des officiers de Tsahal, son frère sert dans une autre unité de combat d’élite et leur plus jeune sœur est toujours au lycée.
«Nous avons grandi avec des parents disciplinés, qui se levaient à 5 heures du matin pour faire de l’exercice et méditer», explique Guy.
«Ma mère court et nage sur de longues distances et me fait me sentir comme la personne la plus inapte de la maison. Ma famille dirigeait également une école de karaté. J’ai peut-être dû ramener à la maison mon écusson de l’Unité 669 pour équilibrer les choses! »
«La branche la plus active de Tsahal est l’armée de l’air», explique Guy. «Pour chaque mission de l’Armée de l’air à travers la frontière d’Israël, où qu’elle se trouve, Tsahal n’enverra pas de pilote sans avoir la possibilité de le ramener chez lui en cas d’urgence. Telle est notre mission. »
Maintenant que le livre est sorti, quelle est la prochaine étape dans l’histoire de Guy?
“Tout le monde me dit que le livre devrait être traduit en anglais et transformé en film pour que les non-Israéliens sachent ce qui se passe réellement dans les forces spéciales de Tsahal.”
Adaptation : Marc Brzustowski

2 COMMENTS

  1. Merci à tous ces jeunes courageux qui défendent le pays. Ils sont l’honneur d’Israël et des juifs de la diaspora. Que D. les bénisse.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.