Reuters teste un nouveau moyen de délégitimer Israël

0
180

Que les médias internationaux en général et français en particulier aient un biais défavorable envers Israël n’est pas nouveau. Par contre dans ce domaine, Reuters a « innové », en testant un nouveau moyen de délégitimer l’Etat juif. Extraits.

Voici la dépêche publiée par Reuters à 3h39 du matin la nuit dernière, nous reproduisons les 3 premiers paragraphes en vous laissant deviner la nouvelle formule biaisée utilisée par l’agence de presse pour nuire à Israël:

« Le vice-président américain Joe Biden est arrivé, hier, en Israël au cœur d’un nouvel accès de violences palestiniennes qui ont coûté la vie à un de ses compatriotes près de l’endroit où il a rendu visite à l’ancien président Shimon Peres.

Le conflit israélo-palestinien ne s’annonçait pas comme la dominante de la visite de Joe Biden, précédée d’un nouvel accroc dans les relations entre l’administration Obama et le gouvernement de Benyamin Nétanyahou.

Mais Israël et Jérusalem, en proie depuis cinq mois à un enchaînement de violences quasiment quotidiennes, ont été le théâtre, hier, d’au moins trois attaques anti-israéliennes qui ont fait un mort, une quinzaine de blessés, et dont les trois auteurs palestiniens ont été abattus. »

Passons le fait de décrire les terroristes palestiniens comme des « auteurs », cela n’a rien de nouveau. Par contre le début du troisième paragraphe ne cesse d’étonner: « Israël et Jérusalem ». Comme si le pays et sa capitale étaient deux éléments distincts. La presse internationale a depuis longtemps adoptée la version arabe d’une partie de Jérusalem prétendument « occupée » par Israël. Mais le fait de distinguer l’ensemble de la ville sainte comme une zone ne faisant pas partie d’Israël est une nouveauté dont le crédit est donné à Reuters.

coolamnews

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.