Renseignements : l’Iran développe des ADM

3
4271
Renseignements allemands : L’Iran veut développer les armes de destruction massive
L’Iran a été qualifié de «pays à risque» dans le document de 335 pages décrivant les menaces graves à la sécurité et à la démocratie de l’État de Bavière.

 

Informations allemandes: L'Iran veut développer les armes de destruction massive
Iran  photographies nucléaires 298. (Photo: AP [fichier])

 

La République islamique d’Iran est attachée à un programme d’armes de destruction massive, a déclaré l’agence de renseignement nationale de la Bavière, dans le sud de l’Allemagne, dans son rapport des renseignements de mai 2019.

La section édulcorée du rapport examinée par le Jerusalem Post indique que le régime iranien “s’efforce d’élargir son arsenal conventionnel d’armes de destruction massive”. L’ Iran a été qualifié de “pays à risque” dans le document de 335 pages décrivant les graves menaces à la sécurité et à la démocratie, produit pour l’état de Bavière.

Le nom officiel de l’agence de renseignement nationale est l’Office bavarois pour la protection de la Constitution, dans son rapport de renseignement. FoxNews.com a déclaré, mardi pour la première fois, que l’agence de renseignement bavaroise avait publié un article accusant «la République islamique de chercher à fabriquer des armes de destruction massive». Bien que le rapport ait été publié en mai, il couvre les renseignements recueillis en 2018.

Le rapport de renseignement définit armes de destruction massive comme «la prolifération d’armes de destruction massive atomiques, biologiques et chimiques».

“Nous savons que le régime iranien est à la recherche d’argent pour financer ses activités malveillantes. Il est donc impératif que les États-Unis et nos alliés européens travaillent ensemble pour refuser à ce régime le capital qu’il recherche“, a déclaré l’ambassadeur américain en Allemagne, Richard Grenell, à FoxNews.com. «Ils utiliseront des stratagèmes secrets et de l’argent noir ; il faut être vigilant. Ils sont à court d’argent. »

Le président des États-Unis, Donald Trump, s’est retiré de l’accord sur le nucléaire iranien en 2018, car il avait déclaré que l’accord n’avait pas empêché le régime de la république islamique de construire une arme atomique.

Téhéran a accepté de limiter son programme nucléaire dans le cadre de l’accord en échange de la levée des sanctions contre son économie. Les puissances mondiales et l’ONU ont imposé des sanctions au régime iranien en raison de son programme nucléaire.

«Afin d’obtenir le savoir-faire nécessaire et les composants correspondants, ces États (l’Iran, la Corée du Nord et le Pakistan) tentent d’établir des contacts commerciaux avec des sociétés situées dans des pays à haute technologie comme l’Allemagne», a déclaré le rapport des services de renseignements bavarois dans la section Armes de destruction massive.

Le rapport a noté que la police judiciaire des douanes du pays avait empêché la vente d’un appareil de soudage par faisceau électronique à l’Iran.

“La machine peut être utilisée pour la production de lanceurs [de missiles]”, précise le document.

Selon le rapport, de nombreuses tentatives ont été faites «pour dissimuler le client réel en Iran» en ce qui concerne la machine. Le véritable utilisateur final se trouvait en Iran, mais l’activité illicite indiquait que la société de l’utilisateur final se trouvait en Malaisie. Les efforts déployés pour contourner illégalement la réglementation allemande en matière de contrôle des exportations ont abouti à une condamnation pénale du directeur de la société bavaroise qui cherchait à vendre le poste de soudage à l’Iran.

L’agence bavaroise a déclaré qu’elle continuerait “à contrôler si l’Iran se conformait systématiquement et de façon conséquente à l’accord signé en juillet 2015”.

La chancelière allemande Angela Merkel et son ministre social-démocrate des Affaires étrangères, Heiko Maas, restent attachés à l’accord nucléaire iranien. Traditionnellement, l’Allemagne était le plus important partenaire commercial de l’Iran pour l’Europe, et en février, le ministère des Affaires étrangères allemand a célébré la révolution islamique iranienne à l’ambassade de Téhéran à Berlin. 

Merkel a nommé un banquier allemand, Per Fischer, à la tête d’un mécanisme visant à contourner les sanctions américaines contre l’Iran. Le mécanisme dit de véhicule spécial est situé à Paris et permettra le commerce avec l’Iran.

Fischer travaillait auparavant pour la Commerzbank. En 2015, la Commerzbank a accepté de verser 1,45 milliard de dollars aux autorités américaines pour résoudre les violations des sanctions imposées par l’Iran et d’autres pays sanctionnés.

Les Etats-Unis ont désigné le régime iranien comme le principal sponsor du terrorisme.

Par BENJAMIN WEINTHAL le  29/05/2019

jpost.com

3 COMMENTS

  1. EN ESPERANT QUE CELA SUFFISE,IL FAUT QUE LES AMERICAINS FASSENT COMME ILS ONT FAIT AVEC LES SOVIETIQUES EN LES ASPHYXIANT ECONOMIQUEMENT DANS UNE COURSE EFFRENEE VERS LES ETOILES,C’ETAIT LE DEBUT DE LA FIN POUR L’URSS.SI CELA NE SUFFIT PAS AVEC LES IRANIENS,IL FAUDRA QUE LES USA ET ISRAEL REDUISENT A NEANT LEUR ENVIE DE NUCLEAIRE EN LES BOMBARDANT AVANT QUE CE SOIT IRREVERSIBLE.QUE CELA SOIT ECRIT ET ACCOMPLI.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.