Qu’est-ce qui a tué la solution à deux États? Le droit au retour des Palestiniens

Il y a vingt ans, en juillet 2000, nous étions remplis d’espoir lorsque Ehud Barak, Premier ministre israélien et chef du Parti travailliste, s’est rendu à Camp David pour négocier un accord de paix final avec les Palestiniens. Après plus d’une décennie de percées historiques inimaginables – l’effondrement de l’Union soviétique, la chute du mur de Berlin, la fin de l’apartheid en Afrique du Sud et l’accord du Vendredi saint en Irlande du Nord – nous pensions être arrivés au moment historique : quand la paix avec les Palestiniens pourrait enfin être à portée de main.

Barak a mis sur la table des négociations une proposition audacieuse qui aurait fourni aux Palestiniens un État souverain indépendant dans presque toute la Cisjordanie et Gaza, sans une seule implantation en vue, et une capitale à Jérusalem-Est, y compris les lieux saints. Et nous étions certains que les Palestiniens diraient oui. Après tout, pendant des décennies, on nous avait dit que la clé de la paix au Moyen-Orient était qu’Israël cède la terre – le principe de «la terre contre paix» – et Barak venait d’accepter de céder la terre aux Palestiniens.

De plus, nous avions fait l’hypothèse directe que lorsqu’un peuple qui cherche à se gouverner dans son propre État a la possibilité de le faire, il dit oui.

Nous avions tort.

Il n’y a pas eu de oui. Yasser Arafat, le chef de l’Organisation de libération de la Palestine, est parti. Il s’est éloigné de la proposition de Barak à Camp David, et il s’est éloigné de la proposition du président Clinton qui fixait les paramètres de la paix.

S’il ne s’était pas éloigné, l’État de Palestine aurait pu fêter cette année vingt ans d’indépendance, dans sa capitale à Jérusalem.

Alors pourquoi est-il parti? Pourquoi Arafat n’a-t-il pas prononcé un oui retentissant lorsqu’on lui a présenté l’opportunité de donner à son peuple la liberté et la dignité de l’indépendance politique? Et pourquoi n’a-t-il fait face à aucune critique de la part de son peuple pour avoir agi ainsi? Que voulaient réellement les Palestiniens, sinon un État indépendant en Cisjordanie et à Gaza avec sa capitale à Jérusalem-Est?

La réponse se cachait à la vue de tous : le droit au retour.

La demande palestinienne primordiale, plus importante que la demande explicite d’un État, a toujours été le droit au retour “inoffensif” – la demande de millions de Palestiniens, descendants de ceux qui ont fui ou ont été expulsés lors de la guerre de 1948, pour être reconnus comme possédant chacun un «droit» de s’installer à l’intérieur de l’État d’Israël. Ce droit, non sanctionné par le droit international, l’emporte de manière cruciale sur la souveraineté israélienne ; puisque le nombre de ces Palestiniens est compris entre cinq et neuf millions, et comme la population juive d’Israël est d’environ sept millions, le sens d’une telle demande est la transformation d’Israël en un État arabe.

Et cette revendication d’un droit collectif massif à entrer en Israël a été inséparable des négociations plus larges du côté palestinien. Cela signifie que lorsque Arafat et Mahmoud Abbas, le chef de l’Autorité palestinienne, ont parlé de leur soutien à une solution à deux États, ils ont en fait envisagé deux États arabes: un en Cisjordanie et à Gaza, et un autre pour remplacer Israël.

C’est la seule solution à deux États que les Palestiniens aient jamais acceptée. Il n’y a jamais eu de vision palestinienne de la paix où l’État souverain du peuple juif est autorisé à demeurer tel quel, car il n’y a jamais eu de vision palestinienne qui n’incluait pas le droit au retour de millions de Palestiniens.

C’est pourquoi Arafat est parti en 2000. «La reconnaissance du droit au retour», a déclaré une note interne de l’OLP écrite peu de temps après le sommet de Camp David, «est une condition préalable à la clôture du conflit. La même semaine, un magazine officiel de la faction d’Arafat au sein de l’OLP a écrit que le retour massif des réfugiés palestiniens en Israël «aiderait les Juifs à se débarrasser du sionisme raciste».

Huit ans plus tard, lorsque la secrétaire d’État Condoleezza Rice a esquissé les détails de la proposition de paix du Premier ministre israélien Ehud Olmert à Abbas en mai 2008, sa réponse révélatrice, citée dans ses mémoires «No Higher Honor» [Pas de plus grand honneur], était: «Je ne peux pas dire à quatre millions [de réfugiés] palestiniens que seuls cinq mille d’entre eux peuvent rentrer chez eux. »

Et comme en 2000, il n’y a eu aucune critique à l’encontre d’Abbas pour avoir privé les Palestiniens d’un État, aucun éditorial ne disant que c’était une grande opportunité qui aurait dû être saisie à deux mains, et aucune ONG appelant les Palestiniens à sortir de leur point de fixation sur ce fameux “droit au retour”.

Une chose qu’Abbas aurait pu dire à ces réfugiés palestiniens était que le vingtième siècle a vu de nombreux empires s’effondrer et des États-nations s’établir, souvent dans un processus sanglant et douloureux de division des terres et de dessins de frontières qui ont causé la mort et le déplacement de dizaines de millions d’êtres humains. Beaucoup d’entre eux, tout comme les Palestiniens, voulaient retourner sur les lieux où ils avaient vécu auparavant. Mais seule la demande palestinienne de se réinstaller à l’intérieur de l’État d’Israël a été accueillie et soutenue de cette manière par la communauté internationale. Le fait est qu’aucune autre population de réfugiés n’existe depuis les années 1940. Ils ont tous déménagé pour construire leur vie dans les endroits où ils ont fui ou dans d’autres pays.

Le refus de la communauté internationale de s’engager sur ces simples vérités est révélateur. En 1947, le ministre britannique des Affaires étrangères, Ernst Bevin, a résumé l’essence du conflit dans le territoire du mandat britannique comme se résumant au fait que les Juifs veulent un État dans le pays et que les Arabes veulent que les Juifs n’aient pas d’État dans le pays. Il n’a eu raison que depuis. Plus que les Palestiniens ne voulaient un État pour eux-mêmes, ils veulent toujours que le peuple juif n’ait pas son propre État dans le pays, dans aucune frontière.

Et tant que le prix à payer pour avoir un État arabe palestinien dans le pays allait être que le peuple juif aurait également son propre État dans le pays, la réponse allait être non, non et – pour citer Abu Mazen – “Mille fois non.”

L’Organisation de libération de la Palestine a subi un changement à la fin des années 80. L’effondrement de l’Union soviétique, patron militaire, diplomatique et économique de l’OLP pendant des décennies, a forcé l’organisation palestinienne à chercher un soutien en Occident. Cela a, à son tour, contraint l’OLP à changer de ton, mais pas sa position centrale : le rejet total de l’État d’Israël. Fini le temps de la rhétorique violente révolutionnaire; la nécessité de résoudre le conflit par des moyens pacifiques est arrivée au premier plan.

Mais ce n’était que tactique et n’a encore rien fait pour briser la vision maximaliste de la domination arabe sur l’ensemble du territoire, manifestée par la revendication d’un «droit au retour», qui n’a jamais été retiré de la table, et auquel l’objectif des deux États était toujours subordonné.

Des preuves supplémentaires de la volonté des dirigeants palestiniens de sacrifier la solution à deux États au droit au retour sont devenues flagrantes en 2011, lorsque quelque 1700 documents originaux ont été divulgués par le bureau du négociateur en chef palestinien Saeb Erekat et publiés en ligne par Al Jazeera. Les documents, connus sous le nom de Palestine Papers, étaient des mémos internes de l’AP et d’autres documents, qui renseignent sur une décennie de négociations de paix avec Israël.

Les documents révèlent que les dirigeants palestiniens étaient si sérieux au sujet du «droit au retour» qu’ils n’étaient pas disposés à accepter des phrases et des formulations qui pourraient le compromettre – y compris la formule «deux États pour deux peuples», ce qui était considéré comme une menace à la réalisation de la demande de retour. Dans un mémorandum pour Saeb Erekat le 3 mai 2009, par exemple, l’équipe de négociation écrit: «La référence au droit des deux peuples à l’autodétermination dans deux États peut avoir un impact négatif sur les droits des réfugiés, à savoir le droit au retour. … De plus, la reconnaissance du principe de deux États pour deux peuples comme solution au conflit israélo-palestinien confirme que l’OLP n’envisage plus l’autodétermination palestinienne sur le territoire de l’État d’Israël.

Dans un autre mémorandum daté de novembre 2007, l’équipe de négociation palestinienne a expliqué que la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif «serait probablement traitée comme… une renonciation implicite au droit au retour» et «porterait atteinte aux droits légaux des réfugiés».

Un autre document de juin 2008, qui formule des recommandations sur la question des réfugiés, note que la formulation «« deux États pour deux peuples »n’implique aucun retour… en Israël». Et un document de mai 2009 déclare qu’en ce qui concerne les droits des réfugiés et la responsabilité d’Israël dans la création du problème des réfugiés palestiniens, «se référer à« deux États pour deux peuples » comporte des risques similaires à ceux associés à la reconnaissance d’Israël comme État du peuple juif.

Ces documents ne révèlent pas seulement les efforts palestiniens visant à saper la solution à deux États ; ils révèlent, en premier lieu, que cela n’a jamais été une option.

On entend beaucoup parler ces jours-ci de la mort de la solution à deux États. Israël, nous dit-on, l’a tuée par l’expansion des implantations. Ou ce sont les États-Unis qui l’ont tuée en déplaçant l’ambassade à Jérusalem.

La vérité est que la solution à deux États n’a jamais été mise à mort – ni par Israël ni par les États-Unis – parce que dans la vision palestinienne, elle n’a jamais été conçue comme réalisable.

Les Juifs et les Arabes ont le droit de vivre dans la liberté et la dignité, et de posséder le pouvoir politique de garantir à la fois leurs droits individuels et collectifs. Mais pour que cela se produise, le plus gros obstacle doit être reconnu dès maintenant et résolu dès le départ.

La demande d’une entrée massive des Palestiniens en Israël, uniquement satisfaite par l’Occident depuis des générations, doit être rejetée. Tant que les Palestiniens rejettent le droit égal du peuple juif au pouvoir politique et à l’auto-gouvernance dans n’importe quelle partie du pays et cherchent à le défaire par le «retour» (des Palestiniens), aucune solution politique n’apportera la paix.

Dr. Einat Wilf et Adi Schwartz sont les co-auteurs de «La guerre du retour : comment l’indulgence occidentale envers le rêve palestinien a obstrué la voie de la paix», récemment publié par St. Martin’s Press.

forward.com

Adaptation : Marc Brzustowski

6 Commentaires

  1. Le grand malentendu concernant la fameuse “solution à deux états” provient de l’ignorance (même par beaucoup de responsables israéliens, dont Ehud Barak..) de l’existence, depuis 14 siècles, de la DHIMMA (ou “Dhimmitude”, équivalent en langue française proposé par l’historienne de la dhimma Bat Ye’or..), règle impérative en Islam de soumission des “dhimmis” à leurs maîtres musulmans.
    https://www.menora.info/la-dhimma-ignoree/
    Dans ce cadre, l”indépendance juive (indépendance des dhimmis juifs, sur leur terre souveraine..) est tout simplement inacceptable car en contradiction avec le dogme de la suprématie musulmane, l’Islam étant la seule vraie religion et les juifs étant mille fois maudits pour avoir prétendument falsifié les écritures pour effacer le principe de la création par Allah d’un univers exclusivement musulman, Adam et Eve et toute leur descendance étant musulmans.
    L’exigence du retour de 5 millions de “réfugiés” palestiniens n’est qu’un outil visant à éliminer cette indépendance juive “scandaleuse”.
    La Paix ne pourrait donc venir que de répudiation de la Dhimma, donc du suprèmatisme musulman par l’ensemble de la Umma, c’est à dire en fait de l’auto dissolution, hautement improbable de l’Islam.
    En attendant, la solution est le maintien d’un status quo par un rapport de force favorable au Monde Libre, face aux dictatures (islamiques, chinoise, socialo-communistes, etc…

  2. Ce paramètre empêchera la paix pour toujours car aucun leader palestinien n’osera l’abandonner même s’il le voulait.

    Entretemps Israel avance et se renforce et rend de plus en plus impossible l’accomplissement de ce paramètre.

    Jusqu’au jour où une nouvelle guerre mondiale ait lieu et redessine les frontières ici et là. Cette guerre mondiale hélas semble inévitable tant les tensions actuelles sont fortes. Sans compter le fait que l’Iran et les islamistes la souhaitent.

  3. Les promoteurs de la cause arabe peuvent accueillir chez eux tous ces “palestiniens ”
    Quand on aime on ne compte pas ! On le voit bien avec l immigration choisie ,c Elle qui commence a remplacer toute une population lâchée par ses “Zelites “

  4. Inventés il y a une soixantaine d’années, les palestiniens vivent sous perfusion depuis. Ils sont dans un état végétatif agressif, le monde subissant les effets contaminants de leur grave maladie: “la corruption entretenue par le détournement des préoccupations vers l’assassinat”.

    Tout montre qu’ils sont incurables; il est temps d’arrêter cet acharnement thérapeutique, de les débrancher et de demander aux pays arabes d’où ils sont venus pour coloniser la Palestine ottomane de les reprendre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.