Quand RFI « réécrit » l’histoire des Juifs d’Egypte

2
458

Quand RFI « réécrit » l’histoire des Juifs d’Egypte

Par Michèle Mazel

« La synagogue d’Alexandrie rénovée, un signal fort pour les Juifs d’Egypte. »  Le préambule de cet article, publié   le 17 janvier,  cite « l’historien Jean-François Fau  » selon lequel   « La création de l’État d’Israël en 1948 a pratiquement mis fin à plus de deux mille ans de présence juive. La réaction a été le développement d’un nationalisme arabe radical faisant subir toutes sortes d’exactions aux juifs considérés comme « suppôts du sionisme ». « À partir de ce moment-là, beaucoup de membres de la communauté juive perdent cette notion d’appartenance au monde arabe pour développer une appartenance, beaucoup plus, soit communautaire soit vers des pays occidentaux qui sont des espaces d’accueil. »

La synagogue Eliyahu Hanavi synagogue à Alexandrie, Egyptz, vendredi 10 janvier 2020, édifice construit en 1354. (AP Photo/Hamada Elrasam)

Ce texte appelle quelques remarques

1   « Le développement d’un nationalisme arabe radical faisant subir toutes sortes d’exactions aux Juifs » est bien antérieur à la création de l’Etat d’Israël.  Les Egyptiens, qui soutenaient massivement l’Allemagne, en partie parce qu’ils détestaient l’Angleterre,  puissance occupante, se montrèrent particulièrement réceptifs aux thèses racistes véhiculées par le national-socialisme. L’apparition d’un mouvement fasciste égyptien, « Les chemises vertes » ne fit que conforter cette tendance.

Gamal Abdel Nasser, en “chemise verte”

Parallèlement, le mouvement des Frères Musulmans, créé en 1928 en Egypte,  qui  militait pour le retour à un islamisme pur et mettait l’accent sur tout ce que le Coran avait de négatif concernant les Juifs, collaborait avec le parti nazi allemand qui avait dépêché au Caire un représentant. Il y eut un certain nombre « d’incidents » – euphémisme recouvrant des attaques sur les biens et les personnes de la communauté. En 1946 une bombe explosa dans le quartier juif et, quelques mois plus tard,  ce quartier connut ce qu’il faut bien appeler un véritable pogrom : magasins pillés et brûlés, des dizaines de Juifs blessés et une fillette tuée.

Les débuts des Frères Musulmans

  1. « La création de l’État d’Israël en 1948 a pratiquement mis fin à plus de deux mille ans de présence juive. » Ce n’est pas la création de l’Etat d’Israël qui a mis fin à près de trois mille ans d’une présence juive attestée par des textes biblique et des vestiges archéologique depuis au moins le septième siècle avant l’ère actuelle, soit près de mille ans avant l’arrivée de l’Islam. Ce sont les mesures prises à l’encontre des Juifs d’Egypte, chassés de leurs emplois, dépouillés de leurs biens, enfermés dans des camps et déchus de leur nationalité avant d’être expulsés et jetés sur les chemins de l’exil.

 Saluons enfin la conclusion : « Les Juifs de la diaspora égyptienne sont tellement enthousiastes qu’ils prévoient de célébrer l’événement par un voyage et des cérémonies religieuses du 13 au 16 février 2020. » C’est que curieusement ces Juifs et leurs organisations n’ont pas été invités à l’inauguration de la synagogue. Ils seraient pourtant venus volontiers, comme ils l’ont fait en 2008 pour le centenaire de la grande synagogue du Caire, et en 2011, pour la réouverture de la Yeshiva du Rambam dans l’ancien quartier juif. Deux cérémonies auxquelles l’ambassadeur d’Israël avait participé. Cette fois, si le corps diplomatique avait été convié, l’ambassade d’Israël n’avait pas reçu d’invitation.

 

Magda Haroun, présidente de la communauté juive du Caire et une des rares dames juives présentes pour l’inauguration de la Synagogue d’Alexandrie, a les larmes aux yeux.

Par ©Michèle Mazel

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.