Le procès d’Elor Azariya, qui a tiré et tué un terroriste blessé à Hévron, se poursuit aujourd’hui (mercredi) devant le tribunal militaire de Jaffa. L’accusation a mis le sergent D, un ambulancier de l’armée sur le banc des témoins avec l’espoir que son témoignage allait renforcer la thèse qu’Azariya n’était pas en danger quand il a tiré sur le terroriste.

L’ambulancier est arrivé sur les lieux sept minutes après les actions d’Azariya. « J’ai vu deux terroristes neutralisés sur le sol. Je me suis dirigé vers eux pour voir s’ils avaient besoin de traitement, et j’ai vu qu’ils étaient morts, alors j’ai commencé à me préparer à évacuer leurs corps. Nos ordres sont de traiter la personne la plus gravement blessée, peu importe si c’est un soldat ou un terroriste, » a-t-il expliqué. « C’est la nouvelle morale de Tsahal… »

On lui a ensuite demandé si Azariya l’avait averti d’un engin explosif sur les corps, et il a dit que non. « Elor m’a dit qu’il y avait un terroriste neutralisé qui avait un couteau à côté de lui. Il a dit que lorsque le terroriste a déplacé sa tête et la main vers le couteau, il se sentait menacé et lui a tiré dessus. Je lui ai dit que beaucoup de gens voudront lui poser des questions sur l’incident. J’avais l’impression qu’il était désorienté, alors je lui ai conseillé de réfléchir un peu plus sur ce qu’il convenait de dire. » CAN

2 Commentaires

  1. Ce terroriste est venu pour tuer et être tué, l’histoire doit s’arrêter la.
    Notre armée doit protéger ses soldats, et cette procédure désoriente la motivation de servir notre pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.