Pourquoi la Jordanie attise-t-elle les flammes sur le Mont du Temple ?

Le roi Abdallah veut sauver sa propre peau alors qu’il devrait promouvoir la paix.

Sarah N.Stern

(17 janvier 2023 / JNS) Le 5 janvier, une session d’urgence des Nations Unies s’est tenue pour fustiger Israël pour la visite du ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir sur le mont du Temple. La session a été demandée par la Chine et les Émirats arabes unis au nom de l’Autorité palestinienne et de la Jordanie, cette dernière s’étant toujours considérée comme le « gardien spécial » des lieux saints musulmans à Jérusalem.

La session a été précédée par une rhétorique hostile de la part de la communauté internationale. Le Premier ministre de l’AP, Mohammad Shtayyeh, a accusé Israël de « transformer la mosquée Al-Aqsa en temple juif » et a appelé les Palestiniens à « faire face aux raids sur le Harim al-Sharif » – le nom musulman du Mont.

Le roi Abdallah de Jordanie s’est immédiatement rendu aux Émirats arabes unis pour consulter le président Mohamad Bin Zayed al-Nyan et a averti Israël « de ne pas franchir les lignes rouges ».

Au parlement jordanien, le député Khalil Attiyah a déclaré : « Rappelons-nous, lâche cochon, que la frontière jordanienne avec la Palestine s’étend sur plus de 300 kilomètres. C’est une bombe à retardement qui va exploser sur votre visage et sur le visage de gens comme vous, vous les lâches.

Le député Muhammad al-Shatnawi a déclaré : « C’est une ligne rouge. Nous sacrifierons nos âmes pour Jérusalem et les lieux saints. Nous donnerons tout ce que nous avons. Nous sommes prêts à être des martyrs, et les premiers à utiliser des bâtons, des bombes et des fusils contre cette entité de pillage.

Malgré le tollé, Ben-Gvir n’a pas mis les pieds dans la mosquée Al-Aqsa. Il n’a pas non plus remué les lèvres en prière. Il a fait une promenade de 13 minutes, ce que lui et de nombreux autres Juifs ont fait dans le passé sans incident. Il n’a en aucun cas porté atteinte au statu quo ni violé le droit international.

Que dit réellement le droit international ?

Selon l’article 9 du traité de paix de 1994 entre Israël et la Jordanie, qui traite des « lieux d’importance historique et religieuse et des relations interconfessionnelles », il devrait y avoir un accès égal à tous les lieux saints :

1. Chaque Partie assurera la liberté d’accès aux lieux d’importance religieuse et historique.

2. À cet égard, conformément à la Déclaration de Washington, Israël respecte le rôle spécial actuel du Royaume hachémite de Jordanie dans les lieux saints musulmans de Jérusalem. Lorsque les négociations sur le statut permanent auront lieu, Israël accordera une haute priorité au rôle historique jordanien dans ces sanctuaires.

3. Les parties agiront ensemble pour promouvoir les relations interreligieuses entre les trois religions monothéistes, dans le but d’œuvrer à la compréhension religieuse, à l’engagement moral, à la liberté de culte, à la tolérance et à la paix.

Alors, pourquoi toute cette hystérie ?

L’une des raisons est la longue histoire d’Israël de traiter à la fois la Jordanie et les Palestiniens avec des « gants pour enfants ».

Par exemple, lorsque la guerre des Six jours a éclaté en juin 1967, le Premier ministre Levi Eshkol a envoyé un message au roi Hussein de Jordanie : « Cessez de tirer et nous n’attaquerons pas.

Le monarque jordanien, cependant, était convaincu que les faux reportages radio qu’il avait entendus du Caire, qui affirmaient que l’Égypte décimait les Israéliens, étaient vrais. Ainsi, il a ignoré les messages d’Israël.

Quand Israël a trouvé le Mont du Temple entre ses mains, le drapeau israélien a flotté sur le site pendant quelques minutes. Le ministre de la Défense Moshe Dayan l’a vu à travers ses jumelles et s’est exclamé : « Voulez-vous mettre le feu au Moyen-Orient ? Le drapeau fut rapidement abaissé et les clés des lieux saints remises au Waqf jordanien.

Cela est resté le statu quo depuis. Les Israéliens se demandent depuis longtemps si Israël aurait dû ou non permettre à la Jordanie de garder le contrôle du Mont. Mais le fait demeure que c’est seulement dans l’État juif, où la liberté de culte est accordée à toutes les minorités religieuses, que les Juifs ont été interdits d’accès à leur lieu le plus sacré.

Pourtant, le temps a le don de cimenter un statu quo.

L’affirmation selon laquelle les Juifs prennent ou souhaitent prendre le contrôle de la mosquée Al-Aqsa et reconstruire le temple à sa place remonte à la Palestine pré-étatique. En 1928, lors d’un service de Yom Kippour, un petit groupe de Juifs a placé des chaises et une petite barrière pour séparer les hommes des femmes près du Mur occidental. Le Mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini a rapidement concocté le mensonge d’une conquête juive d’Al-Aqsa. Le résultat a été des émeutes qui ont coûté la vie à 133 Juifs.

Cette diffamation mortelle a été diffusée sporadiquement depuis près d’un siècle maintenant, et est sortie et dépoussiérée chaque fois que les Palestiniens et les Jordaniens estiment qu’il est important de soulever leur peuple contre Israël.

Ce fut le cas le 23 septembre 1996, lorsqu’un tunnel a été creusé dans de la roche ancienne à la périphérie du complexe du mont du Temple et du mur occidental. Le tunnel a été ouvert dans le quartier musulman de la vieille ville à côté d’un monastère franciscain.

Bien qu’on lui ait dit l’emplacement exact du tunnel, le mufti de Jérusalem de l’époque, Ekrima Said Sabir, a immédiatement téléphoné à Yasser Arafat et a déclaré : « Les Juifs creusent sous le Temple », provoquant une émeute immédiate. Des Palestiniens ont mis le feu à une voiture et à une ambulance et ont lancé des pierres du Mont du Temple sur des Juifs qui priaient au Mur Occidental.

Le roi Abdallah de Jordanie a joué un rôle plutôt spécieux et trompeur dans cette exploitation constante du Mont à des fins politiques.

La Jordanie est l’un des plus grands bénéficiaires de l’aide étrangère américaine. Au cours de l’exercice 2023 , la loi de 2023 sur les crédits du Département d’État, des opérations étrangères et des programmes connexes fournira à la Jordanie « pas moins de » 1,65 milliard de dollars en dollars des contribuables américains.

Pourtant, les Jordaniens ont refusé les demandes américaines répétées de plusieurs membres du Congrès – que mon organisation, EMET, soutient depuis des années – d’extrader Ahlam Tamimi. Tamimi est un terroriste notoire qui a orchestré l’horrible attentat à la bombe contre la pizzeria Sbarro en 2001. Quinze civils innocents, dont deux Américains – Malki Roth, 15 ans, et Judith Greenblum, 31 ans et enceinte à l’époque – ont été assassinés. Alors que la Jordanie a signé un traité d’extradition avec les États-Unis le 28 mars 1995, ils affirment maintenant qu’ils ne l’ont jamais fait et rejettent systématiquement l’idée de permettre à Tamimi de faire face à la justice.

Bien qu’il n’y ait pas de données de recensement officielles sur le sujet, on estime généralement que jusqu’à 75 % de la population jordanienne est palestinienne. Abdullah comprend à quel point son emprise sur le pouvoir est fragile et il fait appel aux sentiments hostiles des Palestiniens envers Israël afin d’assurer sa propre survie. Il le fait au lieu d’éduquer sa population à la paix et à la tolérance, comme cela aurait dû être le cas depuis la signature du traité de paix israélo-jordanien en 1994.

Abdullah veut peut-être simplement sauver sa propre peau, mais attiser les flammes de la haine anti-israélienne n’est pas un moyen d’assurer la paix et la stabilité à long terme dans la région.

Sarah N.Stern

Sarah N. Stern est fondatrice et présidente de la Endowment for Middle East Truth (EMET).      JNS

 

3 Commentaires

  1. Israël n’aurait jamais dû accepter cette ingérence étrangère sur son sol. Le monde aurait gueulé… mais, de toute façon, Israël est toujours critiqué. Cela aurait-il pas changé d’un iota? C’est comme pour le christianisme, « protégé » par les musulmans, parce que Israël n’a pas envoyé boulé des vieilles lois turques d’asservissement. C’est vrai que pour les zécuméniques, c’est du pain béni. Des processions chrétiennes devancées par des musulmans sous le contrôle de la police israélienne, donc juive. Les trois religions réunis au cours d’une même procession. N’est-ce pas un exemple du vivre-ensemble? Les religieux ont aussi leur idiots utiles…

  2. Mais enfin ! ! ! Certes, cet article appelle à la « modération ». Soit. Mais il ne faut pas confondre « modération » et reptation !

    Car pour l’auteur et pour beaucoup d’autres, est-il normal que les fanatiques musulmans interdisent aux Juifs de prier sur le Har Habayit ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.