crédits/photos : MENAHEM KAHANA (AFP/FILE) Opposition head Isaac Herzog said ahead of the vote that the law represents "the buds of fascism blooming in Israel"
Le chef de l’opposition israélienne Yitzhak Herzog a déclaré lundi que les implantations illégales de Cisjordanie étaient un « virus » qui mettaient en danger la démocratie.

Le leader du parti de centre gauche Union sioniste faisait notamment référence à la polémique autour de l’implantation d’Amona, dont le statut a été régularisé par un projet de loi adopté dimanche.

« Je comprends la douleur des familles, mais [la Cour suprême] leur a donné deux ans pour partir et regardez ce que ce virus a fait à l’Etat d’Israël et à quel point il est dangereux pour la démocratie, tout cela à cause de ce non sens », a-t-il dit.

WikiCommons / Yaakov "L'implantation israélienne d'Amona près de Ramallah en Cisjordanie"

WikiCommons / Yaakov
« L’implantation israélienne d’Amona près de Ramallah en Cisjordanie »

La Commission interministérielle des lois a approuvé dimanche à l’unanimité un projet de loi controversé visant à empêcher l’évacuation d’Amona pourtant déjà ordonnée par la Cour Suprême.

Il stipule que le gouvernement peut ordonner la confiscation de terrains appartenant à des propriétaires privés palestiniens en échange du versement d’indemnisations.

Pour être appliqué, le texte doit être voté en trois lectures par le Parlement mais aussi ne pas être abrogé ensuite par la Cour suprême en cas d’appels probables.

Situé sur une colline près de l’implantation d’Ofra au nord de Jérusalem, Amona a été établie en 1995 et est l’un des plus anciens avant-postes de Cisjordanie habité par une cinquantaine de familles majoritairement ultra-orthodoxes, soit 300 personnes dont 200 sont des enfants.

Le Premier ministre Benyamin Netanyahou a rapidement condamné les remarques de Herzog sur « notre chair et notre sang » et a exigé qu’il s’excuse.

« Je ne peux pas croire qu’Herzog ait utilisé le terme ‘virus’ en référence aux habitants des implantations, ils sont notre propre chair et notre sang, servent dans l’armée, contribuent à la vie du pays », a-t-il écrit dans un tweet.

En utilisant le surnom du chef de l’opposition, le Premier Ministre a ajouté « Bougie – excuse-toi immédiatement. »

Herzog répliqué sur Facebook, en publiant le message suivant: « non Bibi, ça ne fonctionnera pas cette fois. »

I24 News

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.