Pompeo veut construire une coalition mondiale contre l’Iran

2
370

Pompeo veut construire une coalition mondiale contre l’Iran

À son départ de Washington, Pompeo a déclaré: “L’objectif de mes entretiens avec le royaume saoudien et les Emirats Arabes Unis est de refuser à l’Iran les moyens de fomenter la terreur, de développer son système d’armes nucléaires et de développer son programme de missiles”

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a déclaré qu’il souhaitait constituer une coalition mondiale contre l’Iran lors de consultations urgentes au Moyen-Orient, après une semaine de crise au cours de laquelle les Etats-Unis se sont abstenus au dernier moment d’une frappe militaire iranienne. 

Pompeo a parlé dimanche alors qu’il quittait Washington pour l’Arabie saoudite, suivi par les Émirats arabes unis, alliés arabes sunnites alarmés par l’affirmation croissante de l’affirmation de l’Iran chiite, qui s’efforcent de limiter son influence dans la région.

Le secrétaire d'État Mike Pompeo part dimanche pour un voyage au Moyen-Orient (Photo: EPA)

Le secrétaire d’État Mike Pompeo part dimanche pour un voyage au Moyen-Orient (Photo: EPA)

 

Ses escales à Djeddah et à Abou Dhabi ont été rapidement organisées à la fin de la semaine dernière pour compléter son voyage en Inde, où il rejoindra le président Donald Trump au Japon et en Corée du Sud.

Mais ils n’ont été annoncés que juste avant son départ, en signe d’évolution rapide et imprévisible.

Des fragments du drone américain abattu par l'Iran

Des fragments du drone américain abattu par l’Iran

 

“Nous discuterons avec eux de la manière de nous assurer que nous sommes tous alignés stratégiquement et de la manière de bâtir une coalition mondiale, une coalition qui comprend non seulement les États du Golfe, mais également l’Asie et l’Europe, et qui comprend ce défi, alors qu’il est prêt à lutter contre le plus grand Etat parrain du terrorisme au monde “, a déclaré Pompeo à propos de l’Iran.

Même si Pompeo a prononcé son discours grave, il a fait écho aux présidents Donald Trump et Mike Pence pour affirmer que les États-Unis étaient prêts à négocier avec l’Iran, sans conditions préalables, dans le but d’atténuer les tensions. Ces tensions se sont accrues depuis que Trump, l’année dernière, a retiré les États-Unis d’un accord nucléaire mondial avec l’Iran et a commencé à faire pression sur Téhéran avec des sanctions économiques. Une nouvelle série de sanctions contre l’Iran doit être annoncée lundi dans le but de forcer les dirigeants iraniens à des pourparlers.

Le président Donald Trump revient de Camp David à la Maison Blanche (Photo: EPA)

Le président Donald Trump revient de Camp David à la Maison Blanche (Photo: EPA)

 

“Ils savent exactement comment nous trouver”, a déclaré Pompeo.

Il s’est passé une semaine d’annonces bouleversantes sur la politique américaine à l’égard de l’Iran, qui a fait s’opposer les belliqueux et les conciliateurs, et qui survenait après que l’Iran a abattu un drone militaire américain et s’est vanté de ne pas céder à la pression de Washington.

Trump a d’abord déclaré que l’Iran avait commis une “très grosse erreur” et qu’il était “difficile de croire” que l’abattage du drone jeudi n’était pas intentionnel. Il a ensuite affirmé qu’il pensait qu’il s’agissait d’un acte non intentionnel commis par un Iranien “lâche et stupide” et il a annulé les frappes militaires de représailles menées contre l’Iran. Samedi, Trump a inversé la tendance et a affirmé que l’Iran avait agi “en connaissance de cause”.

Mais Trump a également déclaré ce week-end qu’il appréciait la décision de l’Iran de ne pas abattre un avion espion américain piloté. Il s’est dit prêt à devenir le “meilleur ami” de l’Iran si Téhéran finissait par renoncer à sa volonté de construire une arme nucléaire, et à aider le pays à surmonter les difficultés liées à son économie estropiée.

Ensuite, le conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, est intervenu dimanche avec un avertissement direct de Jérusalem, où il se rendait.

Bolton a déclaré que l’Iran ne devrait pas “confondre prudence et discrétion des Etats-Unis avec de la faiblesse” parce que Trump aurait annulé la frappe militaire. Trump dit avoir renoncé aux frappes prévues après avoir appris qu’environ 150 personnes seraient tuées, mais il a déclaré que l’option militaire restait en place.

Bolton, un faucon de longue date sur la question iranienne, a souligné que les États-Unis se réservaient le droit d’attaquer ultérieurement.

John Bolton, conseiller en sécurité nationale de Trump à Jérusalem (Photo: avec l'aimable autorisation de l'ambassade américaine à Jérusalem)

John Bolton, conseiller en sécurité nationale de Trump à Jérusalem (Photo: avec l’aimable autorisation de l’ambassade américaine à Jérusalem)

 

“Personne ne leur a accordé de permis de chasse au Moyen-Orient. Comme le président Trump l’a déclaré vendredi, notre armée est reconstruite, nouvelle et prête à décoller”, a déclaré Bolton lors d’une entrevue avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, lui-même un critique de longue date, par son franc-parler contre l’Iran.

Dimanche, le président iranien Hassan Rouhani a accusé la “présence militaire interventionniste” des États-Unis d’avoir attisé les flammes. Il est cité par l’agence de presse officielle IRNA. Peu de temps après, des rebelles houthis soutenus par l’Iran au Yémen ont lancé une attaque contre un aéroport du sud de l’Arabie saoudite, faisant un mort et sept blessés, selon l’armée saoudienne. Les autorités saoudiennes et américaines ont cité ces attaques comme des exemples du “comportement pervers” de l’Iran au Moyen-Orient.

Pompeo, qui s’est adressé aux journalistes sur le tarmac avant de monter à bord de son avion à Washington, a déclaré que le but de ses entretiens avec le royaume saoudien et les Emirats Arabes Unis est de refuser à l’Iran “les moyens de fomenter la terreur, à l’aide de leur programme de missiles “.

“Nous allons leur refuser les ressources dont ils ont besoin pour faire cela, assurant ainsi la sécurité des intérêts américains et du peuple américain dans le monde entier”, a déclaré Pompeo, qui devait arriver dans la région après qu’une personne a été tuée et sept autres blessées lors d’une attaque par des rebelles yéménites alliés de l’Iran sur un aéroport en Arabie Saoudite dimanche soir, a annoncé l’armée saoudienne.

 

Après l'attaque de l'aéroport d'Abha par les Huthis dimanche en Arabie Saoudite

Après l’attaque de l’aéroport d’Abha par les Huthis dimanche en Arabie Saoudite

 

Le tir (contre) et la chute de l’avion sans pilote a marqué un nouveau sommet dans la montée des tensions entre les États-Unis et l’Iran. L’administration Trump a promis de combiner une campagne de sanctions économiques “à pression maximale” avec un renforcement des forces américaines dans la région, à la suite du retrait par les États-Unis de l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les puissances mondiales.

Les cyber-forces militaires américaines ont lancé jeudi une attaque contre les systèmes informatiques de l’armée iranienne, selon des responsables américains. Les cyberattaques ont désactivé les systèmes informatiques du Corps des gardiens de la révolution iranien qui contrôlaient ses lance-roquettes et ses lance-missiles, ont indiqué des responsables.

Tout au long de la récente crise, Trump a oscillé entre un langage belliqueux et des actions prises à l’encontre de l’Iran et un ton plus accommodant, notamment un appel à la négociation. L’Iran a déclaré qu’il n’était pas intéressé par un dialogue avec Trump. Son gouvernement cherche à paralyser l’économie iranienne et à imposer des changements de politique en réimposant les sanctions, notamment sur les exportations de pétrole iranien.

Presse associée | Publié: 06.24.19, 08:28

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.