Plan Trump : 50 milliards de $ dans l’économie palestinienne

10
1090

Le plan de Trump au Moyen-Orient envisage un investissement de 50 milliards de dollars dans l’économie palestinienne

Le principal architecte de la proposition de paix, Jared Kushner, a déclaré que la partie économique de la “transaction du siècle” comprend 179 infrastructures et projets commerciaux qui créeraient un million d’emplois en Cisjordanie et à Gaza, réduisant de moitié la pauvreté palestinienne.

Le plan économique de 50 milliards de dollars du Moyen-Orient élaboré par l’administration Trump appelle à la création d’un fonds d’investissement mondial visant à redresser les économies des États palestiniens et arabes et à la construction d’un couloir de transport de 5 milliards de dollars pour relier la Cisjordanie à Gaza, selon des responsables américains et des documents examinés par Reuters.

L’approche “économie d’abord” pour relancer le processus de paix moribond israélo-palestinien pourrait être difficile à faire accepter, dans une région largement sceptique. Le plan, qui doit être présenté par le gendre du président Donald Trump, Jared Kushner, lors d’une conférence internationale à Bahreïn la semaine prochaine, comprend 179 projets d’infrastructure et d’entreprises, selon les documents.

Jared Kushner (רויטרס)

Plus de la moitié des 50 milliards de dollars seraient dépensés dans les territoires palestiniens en difficulté économique sur 10 ans, le reste étant réparti entre l’Égypte, le Liban et la Jordanie. Certains des projets se situeraient dans la péninsule égyptienne du Sinaï, où les investissements pourraient profiter aux Palestiniens vivant à Gaza adjacente, une enclave côtière surpeuplée et appauvrie.

Le plan propose également près d’un milliard de dollars pour développer le secteur du tourisme des Palestiniens, une notion apparemment peu pratique pour le moment, étant donné les flambées fréquentes entre les forces israéliennes et les djihadistes de Gaza régis par le Hamas et la sécurité précaire en Cisjordanie.

L’administration Trump espère que d’autres pays, principalement des pays riches du Golfe et des investisseurs privés, paient une grande partie de la facture, a déclaré Kushner.

Le dévoilement du projet économique fait suite à deux années de délibérations et de retards dans l’élaboration d’un plan de paix plus large entre Israéliens et Palestiniens. Les Palestiniens, qui boycottent l’événement, ont refusé de parler à l’administration Trump, qui a reconnu Jérusalem comme capitale israélienne fin 2017.

Dans deux interviews avec Reuters, Kushner a expliqué qu’il considérait sa formule détaillée comme un changement de la donne, malgré l’avis de nombreux experts du Moyen-Orient qu’il avait peu de chance de réussir, lorsque des décennies d’efforts de paix soutenus par les États-Unis ont échoué.

“Je ris quand ils attaquent cela comme étant le” deal du siècle “”, a déclaré Kushner à propos des dirigeants palestiniens qui ont rejeté son plan comme une tentative d’être quitte de leurs aspirations à la création d’un Etat. “Cela va être l’opportunité du siècle s’ils ont le courage de le poursuivre.”

Le président Trump et son conseiller Jared Kushner (Photo: AP)

Le président Trump et son conseiller Jared Kushner (Photo: AP)

 

Kushner a déclaré que certains dirigeants d’entreprise palestiniens ont confirmé leur participation à la conférence, mais il a refusé de donner leurs identités. La grande majorité du monde des affaires palestinien ne participera pas à l’événement, ont déclaré des hommes d’affaires à Ramallah, en Cisjordanie.

Plusieurs États arabes du Golfe, dont l’Arabie saoudite, participeront également au rassemblement organisé par les États-Unis à Manama, la capitale bahreïnie, pour le lancement par Kushner de la première phase du plan de paix Trump. Leur présence, selon certains responsables américains, semble viser en partie à gagner les faveurs de Trump alors qu’il adopte une ligne dure contre l’Iran, le grand ennemi régional de ces pays.

La Maison Blanche a déclaré qu’elle avait décidé de ne pas inviter le gouvernement israélien parce que l’Autorité palestinienne ne serait pas là, se contentant d’une petite délégation israélienne.

LES DIFFERENDS POLITIQUES DEMEURENT

Il y a de fortes chances que les gouvernements donateurs potentiels soient disposés à ouvrir leurs comptes au plus tôt, tant que les épineuses querelles politiques au cœur du conflit palestinien vieux de plusieurs décennies restent en suspens.

Kushner, âgé de 38 ans – qui, comme son beau-père, est arrivé au gouvernement, alors qu’il était plongé dans le monde des transactions immobilières à New York – semble considérer le rétablissement de la paix comme une transaction commerciale, selon des analystes et d’anciens responsables américains.

Les responsables palestiniens rejettent l’ensemble des efforts de paix dirigés par les États-Unis, car ils sont très favorables à Israël et ils pensent qu’ils risquent de leur refuser un État pleinement souverain.

La tentative de Kushner de décider des priorités économiques d’abord, tout en esquivant la politique ignore les réalités du conflit, affirment de nombreux experts.

“C’est complètement hors de propos, parce que la question israélo-palestinienne est principalement motivée par des blessures historiques et des revendications redondantes de terres et d’espaces sacrés”, a déclaré Aaron David Miller, ancien négociateur au Moyen-Orient pour les administrations républicaine et démocratique.

Jared Kushner rencontre le Premier ministre Netanyahu (Photo: Ambassade des États-Unis à Jérusalem)

Jared Kushner rencontre le Premier ministre Netanyahu (Photo: Ambassade des États-Unis à Jérusalem)

 

Kushner reconnaît que “vous ne pouvez pas faire avancer le plan économique sans résoudre également les problèmes politiques”. L’administration, a-t-il dit, “traitera de cela plus tard”, en se référant à la deuxième phase du déploiement du plan de paix, qui n’est pas attendue avant novembre.

Kushner a déclaré que son approche visait à mettre en place des incitations économiques pour montrer aux Palestiniens le potentiel d’un avenir prospère s’ils retournaient à la table pour négocier un accord de paix.

Les responsables de la Maison Blanche ont minimisé les attentes à l’égard de la conférence de Manama, ce qui mettra Kushner de l’autre côté du Golfe par rapport à l’Iran, à une époque de tensions croissantes entre Téhéran et Washington.

Kushner, par exemple, appelle cela un “atelier sur la prospérité pour la paix” au lieu d’une conférence et une “vision” ou de parler d’un plan réel. Il a souligné que les gouvernements ne seraient pas tenus de prendre des engagements financiers sur-le-champ.

“C’est une petite victoire qu’ils se présentent tous pour écouter et participer. Dans l’ancien temps, les dirigeants palestiniens auraient parlé et personne n’aurait désobéi”, a-t-il déclaré.

Couloir de voyage

Le nouveau fonds d’investissement proposé par Kushner pour les Palestiniens et les États voisins serait administré par une “banque de développement multilatérale”. Les prêteurs financiers mondiaux, y compris le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, prévoient d’être présents à la réunion.

Un projet de premier plan consisterait à construire un couloir de circulation à usage palestinien qui traverserait Israël pour relier la Cisjordanie à Gaza. Cela pourrait inclure une autoroute et éventuellement une voie ferrée. La distance la plus étroite entre les territoires, dont la population a longtemps été divisée par des restrictions de déplacement imposées par Israël, est d’environ 40 km.

Kushner insiste sur le fait que si le plan était exécuté, il créerait un million d’emplois en Cisjordanie et à Gaza, réduirait de moitié la pauvreté palestinienne et doublerait le PIB des Palestiniens.

Mais la plupart des investisseurs étrangers resteront probablement à l’écart pour le moment, non seulement pour des raisons de sécurité et de corruption, mais aussi à cause du ralentissement de l’économie palestinienne, que certains rendent imputable à la présence israélienne en Cisjordanie, qui entrave la circulation des personnes, des biens et des services, ont déclaré des experts pro-palestiniens.

Le président palestinien Mahmoud Abbas (Photo: AP)

Le président palestinien Mahmoud Abbas (Photo: AP)

 

Kushner considère que son approche économique ressemble au plan Marshall, mis en place par Washington en 1948 pour reconstruire l’Europe occidentale de la dévastation causée par la Seconde Guerre mondiale. Contrairement au plan Marshall financé par les États-Unis, toutefois, la dernière initiative imposerait une grande partie du fardeau financier à d’autres pays.

Trump “envisagerait de faire un gros investissement” s’il existe un mécanisme de bonne gouvernance, a déclaré Kushner. Mais il ne s’est pas engagé à voir jusqu’à combien le président, qui s’est souvent montré opposé à l’aide étrangère, pourrait contribuer.

On a déjà essayé des programmes économiques dans la longue lignée des efforts de paix dirigés par les États-Unis, mais ils ont échoué faute de progrès politiques. L’approche de Kushner, cependant, peut être la plus détaillée jusqu’à présent, présentée dans deux brochures de 40 et 96 pages chacune, remplies de tableaux financiers et de projections économiques.

A Manama, la partie politique du plan qui n’a pas encore été rendue publique ne fera pas l’objet de discussions, a déclaré Kushner.

Les documents économiques ne proposent aucun projet de développement dans la partie orientale à majorité arabe de Jérusalem, que les Palestiniens veulent obtenir comme capitale de leur futur État.

Ce que Kushner espère cependant, c’est que les Saoudiens et les autres délégués du Golfe apprécieront suffisamment ce qu’ils entendent pour appeler le président palestinien Mahmoud Abbas à examiner le plan.

Le message que Kushner souhaite qu’ils transmettent à Ramallah : “Nous aimerions que vous alliez à la table, négociez et tentiez de conclure un accord pour améliorer la vie du peuple palestinien“.

 

Les responsables palestiniens craignent, en plus du risque de perte de la maîtrise de leur trésor de guerre terroriste, que, même avec toutes les promesses élevées, la formule économique de Kushner ne soit qu’un prélude à un plan politique qui éliminerait la solution des deux États, pierre angulaire des efforts de paix américains et internationaux de longue date.

Reuters | Publié: 06.22.19, 18:52

ynetnews.com

10 COMMENTS

  1. A Sderot les enfants de la maternelle et autres , pour étudier sont obligés d’aller dans des abris en cas d’alerte .

    Pendant que les enfants gazaouis défilent avec des fusils en bois et un bandeau vert autour de la tête en vociférant des cris hostiles à Israël .

    C’est simple :

    Ce n’est qu’une question d’éducation , les milliards ne servent à rien .

  2. Les palestiniens depuis 48 sont nourris au lait de la haine d’Israël depuis la maternelle .

    Ils rêvent tous de mourir en martyrs et que leur famille touche unbe poignée de dollars .

    On a fini par les persuader que les Juifs sont des étrangers sur leur propre Terre .

    Vous pensez que 50 milliards vont changer quelquechose ?

    Combien de milliards ont il touché depuis 48 ?

    Où est passé cet argent ?

    Il faut cesser de nous prendre pour des cons .

    L’Europe au lieu de financer des terroristes anti israéliens et antisémites ferait mieux de se pencher plutôt sur les victimes israéliennes comme je l’ai déjà dit .

  3. Ne serait-il pas possible de regrouper les palestiniens sur un seul territoire à négocier avec la Jordanie, le Caire et l’Etat d’Israel ? Avant de distribuer 50 milliards, ne serait-il pas possible :
    – de créer un nouvel état Palestinien sous réserve d’obtenir auparavant :
    – la reconnaissance définitive de l’Etat d’Israël,
    – l’assurance que ce Territoire Israélien sera toujours protégé des Palestiniens et autres Pays environnant ou lointain ?
    Par simple mesure de sécurité, ne rien donner sans avoir des assurances locales, régionales, et mondiales définitives.

  4. Je pense que sur les 50 milliards on devrait indemniser les victimes israéliennes :

    les veuves , les blessés , les orphelins etc…. victimes du terrorisme aveugle de ces connards de palos .

    Ils sont assez gras comme çà cette pourriture .

  5. Quelle naiveté .

    50 milliards ?

    Une fois qu’ils ont pris l’oseille quelle garantie ?

    Faire confiance aux arabes ?

    j’ai plus confiance au lion qui ouvre sa gueule face à son dompteur au cirque Bizzaro de Tunis .

  6. Je pense qu’avant tout accord économique et l’instauration d’une paix juste ; Il faudrait que l’ensemble du monde Arabe et Perse des états du Proche et Moyen-Orient reconnaissent par une déclaration solennelle devant l’assemblée générale de l’O.N.U et à la face du monde, dans laquelle Ils s’engagent à appliquer ce que prescrit l’écrit coranique “Incréé”.

    Document saint élevé jusqu’à en faire le compagnon d’Allah !

    La terre appartient au Seigneur Dieu/Allah, celle de Canaan, Il l’a donné aux enfants d’Israël. (Judée-Samarie = Palestine). (Coran Se. La Table, V. 23-29)

    Le Coran souligne et proclame face aux vrais croyants qu’Allah accorda la Terre Sainte aux Juifs. (Cn. Voyage nocturne, XVII, 106)

    Le Coran souligne l’Alliance conclue entre Allah/Dieu et Israël. (Cn. La Table V, 15)

    Le Coran affirme que les promesses divines sont irrévocables. (Cn. Jonas, X. 56)

    Le Coran affirme la véracité des prophéties reçues par Israël. (Cn. Joseph, XII, 111)

    Le Messager d’Allah « Mahomet » signa, en l’an 2 de l’Hégire, avec les Juifs un pacte, texte déterminant – connu aujourd’hui sous le nom de « Sâhïfâ » ou « ‘ahd el-Médine » – convention, contrat social ou pacte – constitue l’ébauche d’une véritable constitution – Parmi les bénéficiaires des droits édictés par la constitution de Yathrib (Médine) figurent les Juifs qui, pourtant n’ont pas embrassé l’Islam ni n’ont manifesté l’intention de le faire

    Le Coran, en plusieurs de ses versets (VI, 89-91 ; XX, IX, 27 ; XLV, 16 : LVII, 26, etc.) témoigne du dépôt divin du Rouleau de la Thora, entre les mains des descendants et des successeurs d’Abraham, Isaac, Jacob/Israël, et Moïse particulièrement.

    En effet, si les Jurisconsultes islamiques et les autorités religieuses et politiques des états islamiques ne renaissent pas les textes fondamentaux de leur RELIGION,
    Comment et pourquoi l’Etat nation Juif/Israël accepterait de traiter un accord de paix avec les Arabo-islamiques, alors que ces derniers n’accordent aucune valeur à leur écrits saints, même pas la valeur du papier sur lequel ils sont gravés !

  7. Abbas doit stopper le financement de ses terroristes payés pour tuer les Juifs ; et devrait être jugé pour tout l’ argent qu’il s’est mis dans les poches et celles de ses fils ; et pour terrorisme antisémite .pourquoi ce criminel du peuple inventé n’a jamais fait l’ objet d’ un procès au TPI ET jamais condamné par l’ ONU . Ce que veulent les terroristes du peuple inventé c’ est la destruction pure et simple d’ Israël voilà la vérité .

  8. Parce qu’il serait temps de penser au peuple palestinien qui vit sans emploi et qui tue des Israéliens pour percevoir une indemnité des autorités palestiniennes.
    Ils percevront un salaire et l’économie du pays ira en prospérant.
    En 1947 ils n’ont pas accepté d’état alors qu’Israël avait accepté le petit bout de terre sans les lieux saints Juifs de Jérusalem. Et nous avons construit et construit !
    Pourquoi le gouvernement palestinien s’entête à tout refuser ? petit à petit l’oiseau fait son nid.
    Ou tout bêtement parce que c’est plus rentable de rester réfugiés à vie, pendant que le peuple souffre chaque jour encore plus.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.