Les Kurdes déposent une plainte pénale contre la mosquée iranienne en Allemagne pour terrorisme

Le site allemand populaire d’informations et de commentaires Tichys Einblick a d’abord publié la plainte déposée auprès du parquet local.

La mosquée Imam Ali est photographiée à Hambourg, Allemagne, le 2 février 2017 (crédit photo: FABIAN BIMMER / REUTERS)
La mosquée Imam Ali à Hambourg, Allemagne, le 2 février 2017
(crédit photo: FABIAN BIMMER / REUTERS)

Ali Ertan Toprak, président de la communauté kurde en Allemagne, a déposé mardi une plainte pénale officielle contre le Centre islamique de Hambourg, contrôlé par le régime iranien, propriétaire de la mosquée Imam Ali, pour son soutien au terrorisme.

Selon la plainte, «la mosquée Imam Ali sert de lieu de rencontre et de lieu d’événement pour les réunions de cette association ainsi que de personnes en particulier, qui travaillent en tant que partisans de terroristes, d’organisations terroristes et de divers autres sponsors d’activités terroristes.»
La plainte, qui a été envoyée au procureur Jörg Fröhlich, a en outre déclaré que «l’institution [Centre islamique de Hambourg] dans son intégralité ainsi que chaque membre du conseil en tant qu’individu et en tant que communauté, ainsi que les membres… accomplissent l’acte de soutien aux terroristes en tant qu’individus et associations terroristes. »
Le site allemand populaire d’informations et de commentaires Tichys Einblick a d’abord publié la plainte déposée auprès du parquet local.
Le Jerusalem Post a rapporté qu’un groupe de 600 islamistes du régime pro-iranien a assisté à un service commémoratif début janvier au Centre islamique de Hambourg pour pleurer la mort du terroriste désigné par l’UE et les États-Unis, Qasem Soleimani.
L’administration américaine a déclaré avoir éliminé Soleimani le 3 janvier parce qu’il avait planifié des attaques terroristes contre des diplomates américains.
Les personnes en deuil du Centre islamique ont salué Soleimani comme un «martyr héroïque».
La plainte pénale affirme que le «conseil d’administration du Centre islamique et les membres de l’association travaillent comme un bras étendu de la direction révolutionnaire de Téhéran… et sont activement impliqués dans la diffusion des idées islamistes et le soutien des activités connexes au pays et à l’étranger».
Selon la plainte, «toutes les activités de l’association peuvent également être considérées comme un soutien direct et indirect, probablement aussi de nature financière, aux terroristes et aux organisations terroristes».
La plainte a noté que le Centre islamique a honoré Soleimani et qu’il a été le chef de la Force Quds qui est responsable des opérations en dehors du territoire iranien pour le régime de Téhéran. Le chef de la communauté kurde a écrit que la Force Qods fournit «une aide financière et matérielle aux organisations terroristes, par exemple le Hezbollah».
Le Centre islamique de Hambourg est également un fief des membres du Hezbollah en Allemagne. Selon les rapports des renseignements allemands, il y a 1 050 membres du Hezbollah en Allemagne. La chancelière fédérale Angela Merkel refuse d’interdire toute la structure du Hezbollah en République fédérale.
Soleimani figurait au 15e rang de la liste européenne actuelle des terroristes, a écrit la plainte.
Selon des informations des services de renseignement, des membres allemands du Hezbollah transfèrent de l’argent à l’organisation mère du Hezbollah à Beyrouth. Le gouvernement allemand n’a pas imposé de répression des transferts financiers des agents du Hezbollah à Beyrouth ou ailleurs.
L’agence de renseignement allemande classe le Centre islamique comme un «instrument» du chef suprême iranien Ali Khamenei en République fédérale.
Le gouvernement fédéral allemand a déclaré que l’organisation chiite était «influencée par les extrémistes».
Le Centre islamique et sa mosquée, qui appartiennent à la République islamique d’Iran, affrètent chaque année des bus pour la manifestation d’Al-Quds à Berlin qui appelle à la destruction d’Israël.
La manifestation annuelle est remplie chaque année d’agents du Hezbollah et de partisans du régime iranien qui ont également propagé les activités du BDS contre Israël.

En 2017, un politicien de Hambourg a demandé l’annulation du contrat de la ville avec l’institution contrôlée par l’Iran, car elle participe au rassemblement annuel de la journée Qods. Carsten Ovens, de la faction de l’Union chrétienne-démocrate au sein du corps législatif de Hambourg, a déclaré à The Post à l’époque que la «CDU appelait à la suspension des accords» parce que «le droit d’Israël à exister et la liberté du peuple juif ne sont pas soumis à négociation. »

Le gouvernement social-démocrate de Hambourg a négocié un accord de 2012 avec des organisations musulmanes qui promettaient des valeurs communes, des activités pacifiques et la tolérance. Selon le contrat, le Centre islamique a convenu de «la compréhension et la tolérance internationales envers les autres cultures, religions et visions du monde». L’actuel gouvernement de coalition du Parti vert et du Parti social-démocrate cherche à poursuivre le dialogue avec le Centre islamique et à ne pas annuler son contrat avec l’organisation islamique ultra-radicale et qualifiée de terroriste par les Kurdes.

JForum avec JPost

1 COMMENTAIRE

  1. Voilà c’est l’ Allemagne , les racines nazis sont vivantes , alimentées par l’ ISLAM et c’est logique que l’islamonazisme se développe vitesse grand V !! Le problème est , que la FRANCE aussi a des racines pétainistes bien vivantes alors , voyez vous , l’ EU qui a, à sa tête le couple franco-allemand , a de l’ avenir !!
    Deux maux qui ont pour but l’extermination vont être difficile à vaincre !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.