Iran: Washington maintiendra « des centaines de sanctions » même en cas d’accord sur le nucléaire

Les Etats-Unis vont maintenir « des centaines de sanctions » contre l’Iran même si les deux pays « ennemis » parviennent à un compromis pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien, a prévenu mardi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken.

En cas d’entente à l’issue des négociations indirectes en cours depuis deux mois à Vienne, qui doivent reprendre en fin de semaine, « notre responsabilité sera de lever les sanctions qui sont en contradiction » avec l’accord de 2015 sur le nucléaire iranien, a affirmé M. Blinken lors d’une audition parlementaire à Washington.

Mais le gouvernement va « résolument maintenir les sanctions qui ne sont pas en contradiction avec lui, qui concernent les nombreux comportements néfastes de l’Iran dans toute une série de domaines », a-t-il ajouté.

« Je prévois que, même en cas de retour au respect de l’accord, des centaines de sanctions resteront en vigueur, y compris des sanctions imposées par l’administration Trump, si elles ne sont pas en contradiction avec l’accord. Elle resteront en vigueur jusqu’à ce que l’Iran change de comportement », a-t-il insisté.

Grâce à l’accord conclu en 2015 à Vienne avec les grandes puissances (Etats-Unis, Chine, Russie, Allemagne, France, Royaume-Uni), Téhéran avait bénéficié d’une levée des sanctions économiques internationales en échange de l’engagement, soumis à une stricte surveillance, à ne pas se doter de la bombe atomique.

Mais l’ex-président américain Donald Trump a retiré les Etats-Unis de cet accord en 2018, le jugeant insuffisant. Il a rétabli et durci les sanctions américaines contre l’Iran, qui en retour a commencé à s’affranchir des limites imposées à son programme nucléaire.

Le nouveau président américain, Joe Biden, dit vouloir revenir dans l’accord si la République islamique renoue également avec les restrictions prévues par le texte de 2015.

Les négociations de Vienne, par l’intermédiaire des autres signataires de l’accord, visent à déterminer quelles sanctions les Américains doivent lever, ainsi qu’un calendrier pour un retour de l’Iran dans les clous de ses engagements.

i24NEWS – AFP dernière modification 08 juin 2021, 20:25

JACQUELYN MARTIN / POOL / AFPLe chef de la diplomatie américaine Antony Blinken

1 COMMENTAIRE

  1. Je suis prêt à parier une bouteille de Jack Daniels sur le scénario suivant :
    Si le gouvernement de pieds nickelés à la solde de l’étranger est formé à la Knesset, nous apprendrons dans les heures qui suivent, qu’un accord de capitulation sans conditions, a été signé entre les Etats-Unis de Joe le grabataire, et les enturbannés.
    Il faut se méfier des « Démocrates » qui prennent de plus en plus leurs distances avec leur « plus fidèle allié » qu’ils veulent « jeter sous l’autobus ».
    Un vent nouveau souffle sur les USA, les gauchistes et nazislamistes de tous bords font pression sur leur pays pour qu’ils sanctionne Israël dans tous les domaines.
    Un dernier exemple :
    Des militants de BDS viennent d’empêcher le débarquement de marchandises dans un port américain, sans que personne ne réagisse.
    Pour briser le cercle de violences contre Israël et les Juifs, il faut d’urgence mettre en place des milices de défense pour compenser les carences/inerties des gouvernements….

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.