Nouvelles photos présentées comme incriminant l’Iran

1
671

Mer d’Oman: Washington publie de nouvelles photos présentées comme incriminant l’Iran

Les États-Unis ont également annoncé, par la voix de deux hauts fonctionnaires, l’envoi de nouveaux renforts au Moyen-Orient pour faire face aux «menaces iraniennes», sans préciser ni les effectifs ni la date de déploiement.

Capture d'écran de la vidéo postée par le Pentagone.

Capture d’écran de la vidéo postée par le Pentagone. U.S. Navy/Handout via REUTERS

Les Etats-Unis ont publié lundi de nouvelles photos présentées comme incriminant l’Iran dans les attaques contre deux pétroliers la semaine dernière dans les eaux du Golfe. Washington a également annoncé, par la voix de deux hauts fonctionnaires à Reuters, l’envoi de nouveaux renforts au Moyen-Orient pour faire face aux «menaces iraniennes», sans préciser ni la date de déploiement ni les effectifs.

» VOIR AUSSI – Pétroliers attaqués : l’armée américaine publie une vidéo qui incriminerait Téhéran

Les onze photos rendues publiques par le Pentagone montrent notamment un objet métallique circulaire de 3 centimètres de diamètre attaché à la coque du pétrolier japonais Kokuka Courageous, qui est présenté comme un des aimants ayant permis de poser la mine non explosée que Washington accuse les Iraniens d’avoir retirée après l’incident, qui s’est produit le 13 juin.

Une autre photo montre la cavité provoquée par une autre mine sur la coque du même pétrolier, que le Pentagone évalue à plus d’un mètre de diamètre.

La cavité provoquée par une autre mine sur la coque d'un pétrolier

La cavité provoquée par une autre mine sur la coque d’un pétrolier “AFP PHOTO / US Department of Defense

“L’Iran est responsable de cette attaque, comme le montrent les preuves vidéo et les ressources et les compétences requises pour retirer rapidement la mine aimantée non explosée”, indique le Pentagone dans un communiqué.

Les photos ont été prises d’un hélicoptère “Seahawk” de l’US Navy, précise l’armée américaine.

Selon des experts en explosifs de l’US Navy, l’emplacement choisi pour les mines, au-dessus de la ligne de flottaison, montre que l’objectif n’était pas de couler les pétroliers.

Mais la méthode utilisée pour retirer la mine non explosée – une dizaine d’hommes à bord d’une vedette rapide, équipés de gilets de sauvetage mais pas de protections anti-explosifs – était en fait très dangereuse, selon l’un de ces experts ayant requis l’anonymat, qui a qualifié l’opération de “scénario à très haut risque”.

Les Etats-Unis ont ouvert une enquête en coopération avec plusieurs autres pays qu’ils n’ont pas nommés.

Les pays membres de l’Union européenne se sont montrés lundi prudents dans l’attribution des responsabilités pour les attaques de deux pétroliers la semaine dernière dans la mer d’Oman et ont refusé de s’aligner sur Washington qui accuse l’Iran, comme l’a fait Londres.

Les attaques perpétrées jeudi ont eu lieu au sud-est du détroit d’Ormuz, un corridor vital reliant les Etats riches en énergie du Moyen-Orient au marché mondial.

L’Iran, qui dément toute implication dans ces incidents, a menacé à plusieurs reprises par le passé de bloquer le détroit.

Par Le Figaro avec AFP

Publié , mis à jour 

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.