Le parquet de Nice a ouvert, mardi 26 juillet, une enquête préliminaire pour abus d’autorité, sur la base des déclarations de Sandra Bertin, la policière municipale qui dit avoir subi des pressions du ministère de l’intérieur pour changer son rapport sur la nuit du 14 juillet. Le Monde a pu consulter des attestations transmises à la justice qui corroborent la version de Mme Bertin.

« Je l’ai entendue dire je ne mettrai pas ce que je n’ai pas vu aux écrans », atteste ainsi une personne en fonction au centre opérationnel de commandement (COC) de Nice, qui héberge les écrans de vidéosurveillance du centre de sécurité urbaine.

Un autre membre du COC témoigne : « Le 15 juillet vers 15 h 30, je me trouvais en salle vidéo avec notre responsable, Sandra Bertin, lorsque son adjoint vient la chercher en salle vidéo, en lui disant qu’un commissaire de police venait la voir et qu’il était envoyé par le cabinet du ministère de l’intérieur. »

« Divergence d’opinion »

Sandra Bertin a déclaré que ce commissaire de la direction départementale de la sécurité publique des Alpes-Maritimes, ainsi que le commandant qui l’a rapidement remplacé, lui ont relayé des ordres émanant de quelqu’un se revendiquant du cabinet ministériel au téléphone. Démentant les faits, Bernard Cazeneuve a porté plainte en diffamation mardi 26 juillet.

Il apparaît aujourd’hui que la personne au bout du fil était une commissaire de l’état-major de la direction centrale de la sécurité publique à Paris, l’une des directions centrales de la police nationale. Elle souhaitait obtenir un rapport sur le déroulé de l’attaque tel qu’il ressortait de l’exploitation de la vidéosurveillance. Cette procédure, qui vise à produire une note à l’attention du directeur général de la police, est sur le principe tout à fait normale.

Mais, étayant les déclarations de Mme Bertin, un employé municipal présent ce jour-là, se souvient : « Le fonctionnaire souhaitait obtenir le rapport de Sandra Bertin dans les meilleurs délais et souhaitait également y voir figurer des indications qu’il soumettait au fonctionnaire de police municipale (…), j’ai rapidement compris qu’il y avait divergence d’opinion sur la façon de rédiger le document. »

« Dans le brouillard »

Un cadre de la police rappelle le contexte de tension, voire de confusion qui règne ce jour-là : « On est quelques heures après l’attentat, tout le monde est dans le brouillard. La demande est urgente. » La commissaire de la DCSP aurait souhaité que le rapport fasse apparaître deux points de présence de la police nationale sur la promenade des Anglais. D’après nos informations, il s’agirait des intersections avec le boulevard Gambetta et la rue Meyerbeer.

Or, Mme Bertin ne visualise pas ces effectifs et refuse de les inscrire. La raison tient en deux points. D’abord, à partir du moment où l’alerte est donnée, les caméras se mettent à suivre la progression du camion. Or celle-ci s’effectue sur le trottoir dès après son arrivée sur la promenade par la rue Fabron, au niveau de l’hôpital Lenval. Pour cette raison, les images exploitées par Mme Bertin ne montrent pas les dispositifs policiers qui, eux, sont installés sur la chaussée.

Le rapport de la policière municipale, diffusé par la police auprès de la presse, ne fait pas apparaître ces barrages. En revanche, la note du 15 juillet émanant de la direction générale de la police nationale en évoque un au niveau de la zone piétonne. La note dit : « Il ressort de l’exploitation des images de vidéoprotection de la ville que (…) le chauffeur est obligé de se déporter sur le trottoir pour contourner les barrières qui obstruent les voies. » La note dit aussi que « l’angle de l’unique caméra orientée sur le barrage en question ne permet pas de voir la réaction de l’équipage présent ».

Comment une note censée être issue de l’exploitation des images de vidéosurveillance peut contredire le rapport effectué sur la base de ces images par la responsable de la vidéosurveillance ? On sait aujourd’hui que ce qu’énonce la note est faux. En effet, des policiers nationaux ont bien tenu des points de barrage dans la journée du 14 juillet mais, quand Mohamed Lahouaiej Bouhlel fonce sur la foule, ce sont des policiers municipaux qui sont présents.

La haute fonctionnaire parisienne était-elle trop pressée pour l’entendre ? On peut penser aujourd’hui que c’est sur la base de sa note que les autorités de l’Etat ont communiqué les premiers jours qui ont suivi l’attentat, prêtant le flanc à des accusations de mensonge. Qui continuent de prospérer.


Julia Pascual

Le Monde

3 Commentaires

  1. Bravo à cette femme qui maintient ses allégations car il faut du cran pour le faire .Pot de terre contre pot de fer , elle risque fort d’être  » remerciée » pour avoir dit la vérité .
    Guy Béart l’avait bien dit  » le premier qui dit la vérité , il doit être exécuté  » .
    Je souhaite sincèrement que rien de mal ne lui arrive .
    Selon moi toute vérité n’est pas bonne à entendre , contrairement à ceux qui disent que toute vérité n’est pas bonne à dire .

  2. Faut-il encore devoir justifier l’évidence ?

    Bien sûr que Madame Bertin est une citoyenne exemplaire, c’est la seule qui déclare que le roi est nu !

    Un example de la volonté du ministre de favoriser le terrorisme en France :

    Lorsque vous allez sur le site du gouvernement français (en guerre) permettant de signaler des faits, premièrement, vous devez cocher comme quoi il s’agit d’une urgence et ensuite vous avez le choix suivant ::

    « Quel type de contenu souhaitez-vous signaler ?

    Choisissez le type de contenu dans la liste ci-dessous*:

    Pédophilie ou corruption de mineur sur Internet

    Incitation à la haine raciale ou provocation à la discrimination de personnes en raison de leurs origines, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap

    Menaces ou incitation à la violence

    Trafic illicite (stupéfiants, armes, etc.)

    Mise en danger des personnes

    Incitation à commettre des infractions

    Spam

    Injure ou diffamation

    Escroquerie  »

    Pas une allusion à l’islamisme terroriste !!!!!!

    Ce serait intéressant que l’IGPN fasse également un rapport à ce sujet !!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.