Netanyahou: la superstar du monde politique d’envergure nationale et internationale.
Si les résultats de sondages comptent pour quelque chose, Benyamin Netanyahou sera à nouveau le prochain Premier ministre d’Israël, à la tête d’un gouvernement qui, nous l’espérons, sera plus stable que les trois gouvernements de coalition précédents et de courte durée qu’il a formés après les élections tenues en avril 2019, septembre 2019 et mars 2020.

Netanyahou a déclaré aux électeurs :

«Je me suis engagé à prendre soin des citoyens d’Israël et je le fais avec une mission profonde. J’ai apporté des vaccins et quatre accords de paix, il y en a quatre autres en route».

Ce n’est pas la diatribe auto-promotionnelle d’un politicien désespéré cherchant à être réélu, mais plutôt une description précise de ce que Netanyahou a personnellement fait pour protéger la santé, la sûreté et la sécurité de tous les citoyens israéliens – juifs et arabes – quelles que soient ses convictions politiques ou religieuses.

Sigal Atzmon – fondateur et PDG de Medix Global – a salué le succès du programme de vaccination d’Israël:

«Tout d’abord, le programme de vaccination d’Israël fait l’envie du monde. Au 14 mars, 59,7% des 9,3 millions d’habitants avaient reçu au moins une dose du vaccin BioNTech de Pfizer. Deuxièmement, le succès du déploiement signifie qu’Israël est suffisamment confiant pour recommencer à rouvrir son économie. Les citoyens qui ont reçu les deux vaccins ou qui se sont rétablis du COVID-19 peuvent télécharger une application développée par le ministère de la Santé. Cela leur donne un code QR unique, qui dure six mois. En le scannant, les citoyens peuvent accéder aux gymnases, aux théâtres, aux restaurants et aux bars. Cela contribue également à favoriser une meilleure acceptation du vaccin».

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, a révélé l’implication personnelle de Netanyahou dans la réalisation de ce résultat spectaculaire dans cet article de Bloomberg :

«Pfizer Inc. a choisi Israël pour une étude nationale de vaccination contre le virus Covid-19, fournissant suffisamment de vaccins pour inoculer rapidement toute la population éligible, après des dizaines d’appels téléphoniques de son Premier ministre, parfois au milieu de la nuit».

La taille relativement petite du pays et les dossiers de santé électroniques couvrant plus de 99% des résidents étaient deux raisons importantes pour localiser l’étude en Israël, a déclaré le PDG de Pfizer, Albert Bourla, dans une interview dimanche soir à Israel News Channel 12. Mais ce qui a fait pencher la balance en faveur d’Israël, c’est la persévérance du Premier ministre Benyamin Netanyahou, que Bourla a qualifié d’«obsession».

«Il m’a appelé 30 fois», a déclaré Bourla. «Je me posais des questions sur les variantes, sur les données dont nous disposons. Et je lui disais: «Monsieur le Premier ministre, il est trois heures». Et il disait: « Non, non, ne t’inquiètes pas, dis-le-moi».  Ou il m’appelait pour me poser des questions sur les enfants: «Je dois vacciner les écoles». Ou me poser des questions sur les femmes enceintes. Alors il m’a convaincu, franchement».

En termes de promotion de la sécurité personnelle de tous les citoyens israéliens, Netanyahou a supervisé :

– Que les Émirats arabes unis (ÉAU), Bahreïn, le Soudan et le Maroc établissent des relations diplomatiques avec Israël dans le cadre des accords d’Abraham.

– La création d’une ambassade à Jérusalem par le Kosovo, l’un des rares pays musulmans d’Europe.

– Les ÉAU annoncent la création d’un fonds de 10 milliards de dollars pour investir en Israël.

– Des dizaines de milliers d’Israéliens visitant Dubaï

– Plusieurs autres pays arabes, semble-t-il, sont sur le point de rejoindre les accords abrahamiques, notamment Oman, le Qatar et la Mauritanie.

– La normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël, qui a commencé avec l’octroi par l’Arabie saoudite de droits de survol vers Israël et, plus récemment, l’autorisation pour une équipe de course israélienne de participer au Dakar.

– L’offre de Gaza, 70% de la Judée-Samarie et des zones du territoire souverain d’Israël à l’Organisation pour la libération de la Palestine pour la création d’un deuxième État arabe – en plus de la Jordanie – dans le territoire qui constituait auparavant la Palestine mandataire.

Les dénigrants et les détracteurs qui contestent la réélection de Netanyahou font face à une bataille difficile.

David Singer

David Singer est un avocat australien actif dans les organisations communautaires sionistes de ce pays. Il a fondé le Comité «Jordan is Palestine» en 1979.

JForum ‒ Infos Israel-news

1 COMMENTAIRE

  1. Extrêmement révélateur, ce tiercé : Bibi a les vaccins, et d’un, et de deux, la sécurité du citoyen, et de trois, celle du pays…
    Dénominateur commun : la peur.
    Profiter d’une crise sanitaire pour essayer de se faire réélire, c’est digne d’un opportuniste comme notre Premier minitre, et pas très jojo !
    Seulement voilà, les sondages se sont plantés et Bibi l’a dans l’baba.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.