Mossad : Israël a rejeté la demande d’éliminer Khomeiny

0
906
MOYEN-ORIENT

Israël a fait ce qu’il fallait en n’éliminant pas Khomeiny, estime Eliezer Tsafrir. Si le Mossad l’avait fait, le monde n’aurait jamais pu comprendre l’ampleur du problème causé par le “régime de l’ayatollah”.

Comme chaque année, Eliezer Tsafrir, ancien chef du poste d’espionnage de l’agence du Mossad en Iran, va assister aux festivités de Téhéran marquant la fin du règne du chah et la création de la République islamique en 1979.

Mais il se souvient de temps meilleurs, où les Israéliens étaient toujours les bienvenus en Iran et où Téhéran “ne menaçait pas encore de rayer Israël de la carte”.

Nostalgie du passé

Bien que l’Iran se soit opposé au plan de partition de l’ONU de 1947 qui divisait la Palestine entre Juifs et Arabes, l’Iran a été le deuxième pays à majorité musulmane après la Turquie à reconnaître le nouvel État juif en 1948.

Israël chérissait ses liens avec ce pays musulman, en particulier compte tenu de l’animosité qu’il a recevait de la part de ses voisins arabes. L’Iran, de son côté, craignait le panarabisme croissant sous la direction du chef égyptien de l’époque, Gamal Abdel Nasser, et en conséquence, il considérait Israël non seulement comme une porte d’entrée vers Washington et son soutien financier, mais aussi comme un allié naturel.

Les deux pays ont également maintenu des relations économiques stables. L’Iran vendait du pétrole à Israël, ce que de nombreux pays voisins étaient réticents à faire, tandis que Tel Aviv était devenu l’un des principaux exportateurs vers Téhéran, lui fournissant des biens et des services israéliens, dont la formation que les agences de sécurité israéliennes dispensaient à la notoirement cruelle police secrète du shah – le Savak.

“Pour Israël, l’Iran était le deuxième allié le plus important au monde. Au cours de la dernière année du shah, nous avions quelque 1 300 Israéliens travaillant en Iran. C’étaient des hommes d’affaires, des agronomes, des ingénieurs – vous l’avez dit”, a déclaré Tsafrir.

Fin du paradis

Mais cela ne devait pas durer. “L’écriture était sur le mur. Nous savions que les jours du shah étaient comptés mais nous ne savions pas quand tout se terminerait”, se souvient-il.

En 1978, au milieu des troubles en cours, le New York Times estimait que le monarque iranien avait encore quinze ans à faire avant que son régime ne soit finalement renversé. Le Mossad et même les services de police secrets du shah avaient des opinions similaires. Ils avaient tous tort.

Des manifestations massives ont éclaté en novembre 1978. Au cours de l’un des rassemblements, des milliers de manifestants ont pris d’assaut les bureaux d’El Al, le transporteur aérien national d’Israël, à Téhéran.

“Ils l’ont incendiée pour que les gens s’échappent des bureaux par le toit, sautant les uns après les autres, pour ne pas tomber entre les mains de la foule en colère”, se souvient Tsafrir, qui surveillait la situation de près.

 Le Shah d'Iran, Mohammad Reza Pahlavi, gestes lors d'une conférence de presse au Trianon à Versailles, près de Paris, France le 27 juin 1974.
© AP PHOTO /
Le Shah d’Iran, Mohammad Reza Pahlavi, lors d’une conférence de presse au Trianon à Versailles, près de Paris, France le 27 juin 1974.

“Il a fallu cinq heures aux autorités pour venir à la rescousse et disperser la foule et c’est alors que nous avons réalisé que nous devions prendre les choses en main”, a expliqué l’ancien espion.

Tsafrir a appelé Jérusalem et a informé ses patrons de ce qui s’était passé. En réponse, Israël a envoyé trois avions visant à faire sortir tous ses citoyens, et l’ancien chef de station devait veiller à ce que tout se passe bien.

À ce stade, Israël s’est déjà rendu compte que les relations avec l’Iran avaient atteint un point de non-retour. Mais Jérusalem était loin d’être seul. Le shah le savait aussi et comprenait la direction que prenait son pays.

“En décembre, j’ai été approché par un haut responsable qui m’a transmis une demande personnelle du shah. Il voulait savoir si le Mossad serait disposé à liquider l’ayatollah Khomeiny à Paris. J’ai immédiatement informé Jérusalem de la demande mais j’ai reçu un «non» réticent. «Israël n’est pas le gendarme du monde, m’a-t-on dit».

Une autre révolution est inévitable

En regardant la situation actuellement, Tsafrir n’a aucun regret. “Si nous l’avions éliminé à l’époque, le monde entier aurait été contre nous et la communauté internationale n’aurait jamais compris l’ampleur de la catastrophe dont nous les aurions sauvés. Ils le comprennent maintenant”.

Tel Aviv et les États-Unis accusent l’Iran d’avoir développé une bombe nucléaire qui, selon eux, pourrait être utilisée contre des civils en Israël et dans d’autres pays, allégations démenties par Téhéran.

La République islamique est également accusée de persécuter les minorités, de violer les droits de l’homme et d’utiliser une force excessive pour freiner l’opposition à son régime. “Un jour, tout cela prendra fin”, estime Tsafrir

“80% de la population est constituée de jeunes hommes et femmes qui sont fatigués des limitations que ce régime leur impose. Ils veulent porter des jeans et du rouge à lèvres, se débarrasser de la ségrégation dans les lieux publics et, surtout, ils veulent récupérer leurs droits” .

Des manifestants brûlent des représentations des drapeaux israélien et américain lors d'un rassemblement devant l'ancienne ambassade des États-Unis à Téhéran, en Iran, le dimanche 4 novembre 2018
© AP PHOTO / VAHID SALEMI
Des manifestants brûlent des représentations des drapeaux israélien et américain lors d’un rassemblement devant l’ancienne ambassade des États-Unis à Téhéran, en Iran, le dimanche 4 novembre 2018

Au fil des ans, l’Iran a connu plusieurs manifestations importantes contre le gouvernement et sa direction actuelle. L’un des plus grands rassemblements a eu lieu en 2009 après la victoire de Mahmoud Ahmadinejad aux élections présidentielles du pays.

Des centaines de milliers de personnes qui pensaient que les élections avaient été truquées sont descendues dans les rues de Téhéran pour demander son renvoi. Au moins 20 personnes ont été tuées au cours de ce processus, tandis que de nombreuses autres ont été blessées ou arrêtées.

sputniknews.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.