Le député UDI Meyer Habib a déploré vendredi l’occultation de la haine d’Israël, principal vecteur actuel de l’antisémitisme, dans la tribune publiée par le Premier ministre Édouard Philippe à l’occasion du 80ème anniversaire de la Nuit de cristal.

“Le Premier ministre Édouard Philippe l’a annoncé ce matin : les actes antisémites ont augmenté de 69 % sur les 9 premiers mois de 2018. Est-ce vraiment une surprise ? Non. Je l’interrogeais d’ailleurs sur ce sujet précis la semaine dernière avant communication des dernières statistiques, peut-être de manière prémonitoire. Il ne m’a pas répondu et laissé le Ministre de l’Intérieur le faire à sa place. Le gouvernement est-il préparé ? La volonté existe mais une véritable stratégie fait défaut aujourd’hui comme hier… Incantations et lamentations n’y feront rien : refuser de nommer les choses, c’est se condamner à l’incurie”, a-t-il dénoncé dans un long statut Facebook.

“Combattre l’antisémitisme dans la France de 2018, c’est d’abord identifier ses racines : négationnisme, islamisme et surtout cet antisionisme que nos gouvernants préfèrent ne pas voir. C’est un fait : à aucun moment le Premier ministre ne mentionne la haine d’Israël. Or, l’antisionisme est devenu un marqueur culturel puissant dans certains quartiers, les mêmes où le mot “juif ” (ou “français” d’ailleurs) est devenu une insulte ! Il est nourri par certains médias et politiques, qui s’abritent derrière la rhétorique antisioniste pour exprimer leur détestation des Juifs”, a-t-il poursuivi.

Le 30 octobre, après la tuerie de Pittsburgh, je l’ai dit sans détour dans ma question au gouvernement : cet antisionisme, plus sournois, plus politiquement correct, n’épargne pas certains bancs l’Assemblée nationale.A l’extrême-gauche évidemment et même parfois au sein de la majorité, comme en témoignent récemment les attaques très dures lancées par des députés LREM ou Modem contre Israël. On a le droit de critiquer Israël comme n’importe quel pays mais on n’a pas le droit de travestir la réalité, falsifier des images, attiser la haine et les tensions. Dans la France de 2018, refuser l’équation antisionisme = antisémitisme, c’est avoir perdu d’avance la bataille contre cette haine, qui n’est, en définitive, qu’une variante de la haine de la France”, a conclu l’élu.

Éric Hazan

1 COMMENTAIRE

  1. Nos sages l’ont dit il y a 2000 ans dans la Guemara : « עשיו שונא ועקוב״ ״  » ou en français « Esau a la haine de Jacob ». La paracha Toldot de cette semaine le rappelle. Esau c’est l’occident et Jacob est Israël. Rien ne changera cette vérité jusqu’à la venue de Mashiah.
    Oui, l’Occident a une haine viscérale d’ Israël, c’est dans ses gènes, et ce n’est pas une question de territoires supposés palestiniens occupés. La fameuse phrase de De Gaulle sur l’arrogance d’un peuple sûr de lui et dominateur n’est que la traduction de ce qu’ont dit nos sages.
    C’est pourquoi le gouvernement français ne fera rien pour éviter que cette haine se perpétue. L’AFP, Elise Lucet et tout Françe Télévision, Le Monde et autres médias, et tous ces gauchistes à l’indignation sélective, ont hélas de belles perspectives car personne ne les empêchera d’agir, au contraire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.