L’ancien Premier ministre a porté à la connaissance de ses interlocuteurs des témoignages remontant à 20 ans, et rappelé son combat contre l’antisémitisme.

Invité sur le plateau de Paris Première, dans l’émission Z&N (Zemmour et Naulleau), Manuel Valls a ressorti de vieilles histoires. Et pour cause, Eric Zemmour a dénoncé l’antisémitisme probant qui règne dans certaines cités et quartiers en lançant : « Je ne vous demanderais pas combien de Juifs il reste à Evry, parce que si c’est comme en banlieue ».

A ce moment-là, l’ancien Premier ministre a témoigné de propos que des personnes de confession juive lui auraient confié à Evry en 2001 : « Il y a avait une toute petite communauté (…) ils sont venus me voir en disant ‘tous les samedis matin quand on va à la synagogue, on reçoit des pierres et on nous traite de sales juifs’ », s’est-il rappelé. Son ex-femme, à l’époque institutrice, lui aurait même rapporté qu’en posant la question « Qui est l’ennemi ? », des enfants auraient répondu sans détour « le Juif ».

Zemmour le renvoie à ses responsabilités

S’appuyant sur ces exemples datant de 20 ans, Manuel Valls a interpellé Eric Zemmour : « Vous pensez que je n’ai pas compris ça avant beaucoup de monde, ce que ça voulait dire la montée de l’antisémitisme ? J’ai été au premier rang », a-t-il assuré. Brandissant son livre paru en mars dernier intitulé « Pas une goutte de sang français », l’homme politique a expliqué y détailler son combat contre l’antisémitisme et contre Dieudonné, dans lequel il s’est senti « bien seul (…) en première ligne ». Il a aussi appuyé sur l’influence néfaste de l’humoriste controversé pour certains mais adulé par d’autres : « Dieudonné ça n’était pas seulement les petits gars de quartier qui le suivaient, c’était bien au-delà, il remplissait des Zéniths », s’est désolé Manuel Valls. Pour conclure, il a rappelé la « campagne antisémite (qu’il avait) reçue pendant la campagne législative de 2017 » comme ultime argument pour convaincre ses interlocuteurs de sa connaissance et de son expérience face à ce fléau. Mais Eric Zemmour a rétorqué, lui reprochant d’avoir « alimenté le phénomène » par ses actes et ses mesures politiques : « Quand vous dites que vous facilitez la naturalisation et la venue, vous facilitez la montée de tous ces phénomènes », a-t-il conclu.

Manuel Valls. Photo © Alain ROBERT/SIPA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.