L’US Space Force inquiète des manœuvres de satellites Kosmos

2
428

L’US Space Force dénonce le comportement « inhabituel et inquiétant » des satellites russes Kosmos-2542 et Kosmos-2543

 

Le 25 novembre 2019, une fusée Soyouz 2-1V Volga, pouvant placer en orbite basse une charge utile de 2,85 tonnes, décolla du site de lancement de Plessetsk, à 800 km au nord de Moscou, avec le satellite Kosmos-2542 à son bord. Mais pas seulement.

En effet, dix jours plus tard, Kosmos-2542 libéra un sous-satellite désigné « Kosmos-2543 ».

Selon les explications données à l’époque par le ministère russe de la Défense, l’objectif de cette mission était de « poursuivre les travaux sur l’évaluation de l’état technique des satellites nationaux. »

Or, il fut ensuite été constaté que les deux engins russes évoluaient sur la même orbite que le satellite USA-245, exploité depuis 2013 par le National Reconnaissance Office [NRO], chargé du renseignement d’origine spatiale au sein du Pentagone.

A priori, USA-245 serait un satellite de type KH-11, conçu pour fournir des images optiques et infrarouges haute résolution aux agences de renseignement américaines.

Quatre engins de ce type, dont les capacités sont hautement classifiées, sont actuellement en orbite [USA-186, USA-224, USA-245 et USA-290, lancé en janvier 2019].

Selon les observations faites par des astronomes amateurs à la mi-janvier, il apparut alors que Kosmos-2542 et Kosmos-2543 s’étaient rapprochés du satellite d’observation américain, après avoir effectué des manœuvres « suspectes » grâce à leurs propulseurs embarqués. Ce qui laissait à penser que les deux engins russes cherchaient à espionner USA-245.

Michael Thompson@M_R_Thomp

Something to potentially watch: Cosmos 2542, a Russian inspection satellite, has recently synchronized its orbit with USA 245, an NRO KH11.
A thread:

Voir l'image sur Twitter
828 personnes parlent à ce sujet

« La conclusion selon laquelle il surveille le satellite NRO est de la spéculation, mais elle est corroborée par les données orbitales », avait alors expliqué Brian Weeden, directeur de la planification des programmes de la Secure World Foundation au site d’information The Verge. « Pour le moment, les manœuvres du satelliter russe et la raison pour laquelle il se trouve sur cette orbite font que c’est l’explication la plus probable que nous avons trouvée », a-t-il ajouté.

Ainsi, il est possible que la mission des deux engins russes soit de déterminer les capteurs embarqués à bord d’USA-245 et de collecter les signaux qu’il émet afin de savoir comment et surtout quand il collecte des images.

Finalement, il aura fallu attendre encore quelques jours pour que cette piste soit confirmée par le général John Raymond, le chef d’état-major de la nouvelle force spatiale américaine [US Space Force], auprès de Time Magazine.

En effet, ce dernier a dénoncé les manoeuvres de Kosmos-2542 et de Kosmos-2543 autour du satellite de la NRO. La distance entre les trois engins n’aurait été que de 160 km, ce qui paraît très proche à ces altitudes.

Ces deux engins russes agissent « de la même manière qu’une paire de satellites déployés en 2017 et qualifiés par le gouvernement russe de ‘satellites inspecteurs’ », a fait valoir le général Raymond.

« C’est un comportement inhabituel et inquiétant. Il a le potentiel pour créer une situation dangereuse dans l’espace ». « Les États-Unis considèrent que ces récentes activités sont préoccupantes et ne reflètent pas le comportement d’une nation spatiale responsable », a-t-il continué, avant d’indiquer que Washington avait adressé une note à Moscou sur cette affaire.

Ce qu’a confirmé le Sergueï Riabkov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères. « Moscou répondra après l’avoir étudié », a-t-il dit, selon l’AFP.

« En ce qui concerne les manœuvres de ces objets dans l’espace, ce sont des pratiques réalisées par de nombreux pays », a-t-il cependant fait valoir.

« Nous sommes déterminés à faire en sorte que l’espace reste libre de tout conflit. Mais d’autres nations transforment l’espace en domaine de guerre », a par ailleurs affirmé le général Raymond au site spécialisé Space News.

« La Russie développe des capacités en orbite qui cherchent à exploiter la dépendance des États-Unis à l’égard des systèmes spatiaux », a-t-il accusé.

Et selon lui, la Russie aurait déjà mis sur orbite un satellite similaire à Kosmos-2542 en 2017. Cet engin aurait également libéré un « sous-satellite » qui « présentait les caractéristiques d’une arme ». Et le général Raymond de conclure : « L’un de ces satellites a lancé un projectile dans l’espace. »

Cela étant, au début des années 1990, la navette spatiale Atlantis aurait mis sur orbite un « satellite inspecteur » [ou butineur] appelé « Prowler ».

Et cela, en contravention des traités internationaux. Ce qui fait que l’on ne peut en parler qu’au conditionnel, les États-Unis n’ayant jamais reconnu officiellement son existence. Cela étant, il a été avancé que cet engin était capable d’approcher les satellites géostationnaires militaires.

Source: www.opex360.com

2 COMMENTS

  1. Année de tous les dangers…
    La simultanéité des conflits planétaires, les économies chancelantes, les phénomènes météorologiques, dont le réchauffement et les activités volcaniques, telluriques, et ouragans, tempêtes et inondations, les épidémies, les dernières invasions d’algues, vers de terre tueurs obamachin, mildiou des tomates et poivrons, sauterelles petaravageuses, et tous les trucs invisibles à venir, comme ce qui remue dans les profondeurs des mers ou fonce depuis l’espace profond, avec marqué dessus “Terre”…
    Et le plus dangereux, l’Homme, bien sûr, détruisant la pensée humaine à coup de religions extrêmes ou dévoyées, permissif extrême et dévoyé, iniquités, impunités, et de pollution d’écrans, tactiles ou autres, entretenant une Diversion formidable sur toutes les menaces citées plus haut.
    Pour satisfaire le profit et l’orgueil de quelques-uns sur terre…
    Quel futur à l’avenir contrarié allons-nous laisser à nos enfants ?
    Seul résiste le petit village ” d’irreductibles Gaulois”, et sa potion magique, la Torah…
    Alors que des “armées romaines” s’approchent…
    On attend dorénavant la reponse du Ciel.
    Et si c’était ces plaies, justement ?
    Shabbath Shalom, particulièrement celui-là, où la Torah nous fut donnée.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.