L’ONU critique Israël pour le blocage de visas pour son personnel.

La Haute-commissaire de l’ONU aux droits de l’Homme, Michelle Bachelet, a critiqué mardi Israël pour ne pas avoir délivré ou renouvelé les visas de son personnel chargé de surveiller la situation des droits humains en Cisjordanie.

« En 2020, les quinze membres du personnel international de mon bureau en Israël, en activité dans le pays depuis 26 ans, n’ont eu d’autre choix que de partir. Les demandes ultérieures de visas et de renouvellements de visas sont restées sans réponse pendant deux ans », a déploré Mme Bachelet dans un communiqué. « Pendant cette période, j’ai essayé de trouver une solution à cette situation, mais Israël continue de refuser de s’engager », a-t-elle ajouté.

En tant qu’Etat membre, Israël devrait coopérer de bonne foi avec l’ONU et permettre à ses fonctionnaires d’exercer leurs fonctions, a poursuivi Mme Bachelet: « L’incapacité d’Israël à traiter les demandes de visas nécessaires à l’accès de mon personnel est incompatible avec ces normes ». « Cela fait naître des interrogations sur ce que les autorités israéliennes tentent de cacher exactement », a-t-elle encore dit, ajoutant que son bureau continuerait à rendre compte de la situation dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

L’ancienne présidente chilienne, qui quitte ses fonctions mercredi après quatre années passées à la tête du Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme, estime que le traitement réservé par Israël à son personnel s’inscrit dans une « tendance plus large et inquiétante » visant à bloquer l’accès à la Cisjordanie à tout ce qui est lié aux droits humains.

En dépit de la situation des visas pour le personnel international, le bureau de Mme Bachelet a fait savoir qu’il continuait de veiller au respect des obligations en matière de droits de l’Homme en Cisjordanie. « Nous rendons publiquement compte des allégations de violations commises par Israël, mais aussi des violations commises par (la) Palestine, par le Hamas à Gaza et par les groupes armés palestiniens », a déclaré Mme Bachelet.

La mission d’Israël auprès des Nations unies à Genève a indiqué qu’il était « peu surprenant » que Mme Bachelet utilise les dernières heures de son mandat « pour attaquer une fois de plus Israël ».

Dans une déclaration écrite envoyée à l’AFP, la mission a ajouté que la Haute-Commissaire avait passé des années à « refuser de condamner les violations des droits de l’Homme commises par les Palestiniens ». « En 2020, Israël a suspendu ses liens avec le bureau du Haut-Commissaire pour des raisons bien connues », a écrit encore la mission, en soulignant que « le parti pris contre Israël au sein de son bureau est bien connue, et les rapports de son bureau sur Israël sont déséquilibrés et empreints de préjugés ».

La déclaration a encore ajouté qu’elle espère que « le prochain Haut-Commissaire réparera les erreurs commises du temps de Michelle Bachelet (…) et s’engagera enfin à éliminer le parti pris contre Israël au Conseil des droits de l’homme. »

Le successeur de Mme Bachelet n’a pas encore été nommé par le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Source : AFP

3 Commentaires

  1. Israel a bien raison de bloquer les visas des fonctionnaires de l’ONU pour les raisons que l’on connaît, comme dit il est souhaitable que la nouvelle équipe fera son travail juste et ne fera pas les mêmes erreurs que l’ancienne équipe à savoir à aller que dans un sens au niveau médiatique et que des condamnations pour les organisations terroristes palestiniennes seraient plus que nécessaires et obligatoires

  2. IL convient de rappeler à la chilienne, que pour aller à Gaza, elle peut passer par l’Egypte, mais peut être, que Sisi n’a pas envie , qu’elle passe par Rafah. Maintenant, Israël pourrait conditionner l’octroi de visas aux gentils collaborateurs de la chilienne, a la visite par ces mêmes membres des otages israéliens détenus par le Hamas.

  3. Sachant qu’il y a eu environ 600’000 réfugiés du nouvel Etat juif vers les pays arabes et le même nombre de réfugiés juifs des pays arabes vers le nouvel Etat juif, il me semble opportun de faire un bilan comparatif de l’action de l’ONU pour ces deux groupes de réfugiés de même importance, de la même région et à la même époque.
    – quels budgets des Nations Unies pour l’un et l’autre de 1948 à 2022 ?
    – combien de visites par des délégations onusiennes de l’un et l’autre ?
    – combien de résolution concernant l’un et l’autre ?
    Ce n’est qu’au vu des réponses que je me permettrais de juger s’il y a un double standard comme certaines langues semblent le prétendre… D’ailleurs Israël devrait poser officiellement la question !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.