L’Iran a testé des missiles anti-navires lors d’exercices la semaine dernière

Des responsables américains ont déclaré à Fox News que les Gardiens de la révolution iraniens avaient tiré un missile balistique à courte portée Fateh-110 Mod 3 depuis leur base de Bandar-e-Jask ; il a survolé plus de 161km au-dessus du détroit d’Ormuz lors du premier essai balistique en un an.

WASHINGTON – L’Iran a mis à l’essai un missile anti-navire à courte portée dans le détroit d’Ormuz au cours d’exercices navals lancés la semaine dernière que Washington pense avoir servi pour envoyer un message aux les Etats-Unis, au moment où la Maison Blanche réimpose des sanctions contre l’Iran.

Le responsable américain n’a cependant pas laissé entendre qu’un tel essai de missile était inhabituel pendant les exercices navals ou qu’il avait été effectué de manière quqi risquait de créer un incident sécuritaire, notant qu’il s’agissait de ce que l’on pourrait appeler les eaux territoriales iraniennes dans le détroit.

Selon Fox News, citant trois sources américaines, il s’agissait du premier test de missiles balistiques réalisé par Téhéran depuis plus d’un an.

 

L'Iran teste un missile balistique en 2015 (Photo: Reuters)

L’Iran teste un missile balistique en 2015 (Photo: Reuters)

 

Le missile balistique à courte portée Fateh-110 Mod 3 a été tiré depuis une base des gardiens de la révolution iranienne à Bandar-e-Jask, dans le sud-est de l’Iran, et a survolé le détroit d’Hormuz sur plus de 100 milles (161 km).

Tandis que les exercices navals étaient très médiatisés, dans un acte de défi public contre les Etats-Unis, le test de missile a, quant à lui, été tenu secret et détecté par les satellites d’espionnage américains, a rapporté Fox News.

Les gardiens de la révolution iranienne ont confirmé dimanche avoir organisé des simulations de guerre dans le Golfe au cours des derniers jours, affirmant qu’ils visaient à « faire face aux menaces éventuelles » de la part des ennemis.

 

Le général Joseph Votel, chef de l’armée américaine, a déclaré, au début de cette semaine, que la portée et l’ampleur des exercices étaient similaires à ceux de l’Iran dans le passé. Mais le calendrier de cette série d’exercices a été conçu pour attirer l’attention de Washington.

« Il est assez clair pour nous qu’ils essayaient d’utiliser cet exercice pour nous envoyer un message selon lequel, alors que nous approchons de cette période de sanctions, ils avaient des capacités militaires de rétorsion », a déclaré M. Votel aux journalistes au Pentagone.

L’Iran est furieux de la décision du président américain Donald Trump de se retirer d’un accord international sur le programme nucléaire iranien et de réimposer des sanctions à Téhéran. De hauts responsables iraniens ont averti que le pays ne céderait pas facilement à une nouvelle campagne américaine visant à étrangler les exportations de pétrole vitales de l’Iran.

Le mois dernier, le guide suprême de l’Iran, l’ayatollah Ali Khamenei, a soutenu la suggestion du président Hassan Rouhani selon laquelle l’Iran pourrait bloquer les exportations de pétrole du Golfe si ses propres exportations étaient stoppées.

Votel a déclaré que l’armée américaine était très au courant des activités militaires de l’Iran.

« Nous sommes conscients de ce qui se passe et nous restons prêts à nous protéger alors que nous poursuivons nos objectifs d’assurer la liberté de navigation et la liberté de commerce dans les eaux internationales », a déclaré M. Votel.

Reuters | Publié: 08.11.18, 08:47
Première publication: 08.11.18, 08:47

Adaptation : Marc Brzustowski

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.