L’interrogatoire de Khazali révélait le grand jeu de l’Iran en Irak©

1
2396

Le djihadiste irakien Qayis Khazali nous a mis en garde contre les patients stratagèmes de l’Iran en Irak. Nous l’avons ignoré.

Le commandant des opérations des Forces de mobilisation populaire irakiennes, Abu Mahdi al Muhandis, au milieu, annonçant l’aide aux civils déplacés lors d’une conférence de presse. Le chef de l’organisation Badr, Hadi al Ameri, à droite, et Asaib Ahl al Haq à la tête de Qayis Khazali, à gauche, le 13 mars 2017.

 

Note de l’éditeur: Cet article a été publié à l’origine dans The Weekly Standard.

L’influence croissante de Téhéran en Irak n’est pas un hasard, montrent les transcriptions des interrogatoires récemment déclassifiés.

L’Iran a ses tentacules partout en Irak et les États-Unis n’ont personne à blâmer, à part eux-mêmes. C’est un échec bipartisan datant de l’invasion de mars 2003. Même après l’adaptation de l’administration Bush en Irak, une vaste campagne de contre-insurrection (le Surge dirigé par David Petraeus), les États-Unis avaient tellement hâte de se laver les mains, face à une insurrection désordonnée, qu’ils n’ont guère cherché à faire reculer les progrès lents et constants de l’Iran. Près de sept ans après le retrait désastreux ordonné par le président Obama en Irak, en décembre 2011, l’Iran et ses milices chiites possèdent une énorme quantité de pouvoir et les armes politiques affûtées, détenues par les milices, joueront un rôle majeur au sein du prochain gouvernement irakien.

On peut relever les germes de cet échec dans les transcriptions des interrogatoires de Qayis Khazali, le chef d’une milice soutenue par l’Iran, l’une de celles que l’armée américaine a appelé les «groupes spéciaux». L’American Enterprise Institute a publié ces documents jusque-là classifiés, le 30 août. Les centaines de pages de dossiers s’inscrivent  dans la volonté du gouvernement américain de désigner Khazali, un djihadiste chiite avec du sang américain sur les mains, comme un architerroriste. Khazali est maintenant devenu un homme politique et son groupe, Asaib Ahl al-Haq, détient 15 sièges au parlement irakien. Sa montée dans les arcanes du pouvoir n’est pas un accident. Khazali, qui était détenu par les États-Unis de 2007 à la fin de 2009, a déclaré à ses interrogateurs que l’Iran avait des projets à long terme pour infiltrer la société irakienne à tous les niveaux. Et les Iraniens ont exactement fait ce qu’il décrivait à ce moment-là.

Les groupes spéciaux étaient des unités paramilitaires intégrées dans l’armée du Mahdi de Muqtada al-Sadr. Sadr est, depuis longtemps, un médiateur entre les diverses sources de pouvoir, au sein de la sphère chiite dans le sud de l’Irak. Les dossiers nouvellement publiés confirment que Khazali, qui travaillait pour Sadr, en est venu à considérer son supérieur comme un rival. Ils confirment également que l’armée du Mahdi de Sadr a reçu des fonds, des armes, une formation et des conseils de l’Iran et de son principal représentant, le Hezbollah au Liban. Les djihadistes chiites ont principalement pris pour cible les forces de la coalition, tuant des centaines de soldats américains. Khazali lui-même a dirigé de telles opérations.

En mars 2007, des commandos SAS britanniques ont attaqué un complexe à Bassorah (Irak) et ont capturé leurs cibles principales : Qayis, qui dirigeait alors les groupes spéciaux, son frère Laith et un commandant militaire du Hezbollah connu sous le nom de Musa Ali Daqduq.

L’interrogatoire de ce Libanais du Hezb, selon les informations disponibles que nous avions compilées en février 2009, a directement menée au repérage, à la traque et à l’élimination de son chef, Imad Moughnieh, le 12 février 2008, lors d’une opération conjointe entre le Mossad israélien, opérateur, et la CIA américaine, en arrière-plan :

La majeure partie des informations concernant l’apparence, les habitudes, les contacts, y compris téléphoniques d’Imad Moughniyeh ont été obtenues grâce à la capture de l’un de ses lieutenants, Ali Moussa Daqduk, son envoyé spécial en Irak, par les forces anglo-américaines. Il a révélé un trésor de renseignements : ses différents numéros de téléphone, sa description physique après opération chirurgicale, ses traits de comportement et habitudes, les noms de ses contacts. Dès lors, après transmission aux services israéliens, l’opération était d’ores et déjà planifiée.
I.Moughniyeh aurait commis l’erreur de venir seul à la réception à l’Ambassade d’Iran, sans ses gardes du corps, pour le 29è anniversaire de la Révolution islamique. Israël avait envoyé une escouade de Kidonim au Kurdistan irakien, qui n’ont franchi, en 3 véhicules, la frontière syrienne que la veille de l’opération pour gérer ses conditions de réalisation. Ils se sont contentés d’entrer par effraction dans son véhicule Mitsubishi Pajero et d’échanger son appuie-tête par un similaire, modifié en cela qu’il contenait l’explosif mortel qui allait emporter la vie de l’architerroriste et une partie avant de son véhicule… La bombe n’était pas munie d’une minuterie, mais c’est  par déclenchement à distance que l’explosion, contrôlée par les agents de l’Institut, s’est déroulée au moment voulu par eux. Depuis très exactement un an (le 11 juillet 2009 -il ne s’est rien produit de tel depuis, en septembre 2018), Hassan Nasrallah promet une revanche éclatante qui, jusqu’à cette heure, a été brillamment déjouée par l’excellence du renseignement israélien. [11 février 2009 Les Infos Déterminantes Concernant Mughniyeh Ont Été Tirées De Daqduk En Irak]

 

Qayis, pour sa part, était chargé de donner l’ordre de kidnapper et de tuer cinq soldats américains à Karbala. Laith était l’adjoint de Qayis, tandis que Daqduq était responsable de l’organisation, de la formation et du conseil aux groupes spéciaux.

Les interrogateurs militaires américains ont interrogé Qayis au moins 70 fois au cours de ses presque trois ans de détention. Qayis jouait souvent un rôle d’ignorant, en faisant semblant de ne pas connaître les personnalités et les groupes composant l’insurrection chiite. Cependant, à d’autres moments, il a divulgué des détails importants sur son rôle de leadership au sein des groupes spéciaux de l’armée du Mahdi, ainsi que sur le rôle de l’Iran dans la propagation de l’incendie en Irak.

Qayis était l’une des rares personnalités à connaître les plans de l’Iran pour l’Irak. Lors d’un interrogatoire, il a «laissé échapper» son contact direct avec le général [Qassem] Suleimani du Corps des Gardiens de la Révolution islamique iranien. En tant que commandant de la Force Qods, le tristement célèbre Suleimani est chargé de diriger l’expansion de l’Iran à travers tout le Moyen-Orient et au-delà.

se faire 

Cette carte a été créée par l’armée américaine. il détaille le réseau iranien utilisé pour faire la contrebande d’armes et de combattants et pour soutenir les milices chiites irakiennes. La carte a été fournie à The Long War Journal en 2008.

L’Iran ne s’intéressait pas simplement à faire saigner le nez de l’armée américaine en Irak, bien que ses dirigeants aient certainement apprécié de voir les soldats américains se faire tuer et être blessés par les milices qu’ils parrainaient. “Le but ultime de l’Iran est de détruire les Américains”, a déclaré Qayis, selon un résumé de l’interrogatoire. En outre, Qayis a indiqué que «l’Iran utilise à la fois les Etats-Unis et les Irakiens pour continuer d’être occupés à se combattre les uns les autres tout au long des combats, alors que l’Iran poursuit son propre programme et, surtout, ses ambitions nucléaires».

Qayis a fourni de nombreuses informations concernant l’utilisation par l’Iran d’un vaste réseau de milices chiites, dont beaucoup étaient en compétition les unes avec les autres, pour atteindre ses objectifs. Pourtant, ses interrogateurs semblaient beaucoup moins intéressés par la vision globale de l’expansionnisme iranien en Irak que par l’extraction d’informations tactiques qu’ils pourraient exploiter, ainsi que par la manière dont Qayis pourrait être utilisé dans le cadre d’un processus de réconciliation irakien.

Les interrogatoires apparaissent donc comme étant à courte vue. Peu d’efforts ont été déployés pour exploiter les connaissances de Qayis sur les petites jalousies et les rivalités au sein de l’armée du Mahdi et entre diverses factions chiites. Et pratiquement rien n’a été fait pour cibler le réseau de camps d’entraînement, de centres d’approvisionnement en armes et d’autres infrastructures en Iran qui soutenaient les milices chiites. L’Iran n’a jamais payé le prix de son ingérence dans les affaires irakiennes et de sa responsabilité directe dans la mort de centaines de soldats américains, même si la culpabilité de Téhéran était évidente.

Beaucoup d’interrogatoires se concentrent sur les idées de Qayis pour mettre fin à l’insurrection chiite. Il semble avoir senti le désir de réconciliation de ses interrogateurs et se positionner comme le seul homme capable de jouer un rôle majeur pour faire pivoter les aiguilles sur le cadran de la violence et amener à la fin de l’implication iranienne en Irak. À certains moments, ses ravisseurs semblent avoir accepté les opinions de Qayis sans critique. En juin 2009, l’armée américaine a libéré son frère Laith et plus de 100 commandants et combattants d’Asaib Ahl al-Haq. Qayis a été libéré six mois plus tard. La raison invoquée : Qayis et compagnie ont été libérés afin de pouvoir participer à un plan de réconciliation. L’armée américaine pensait que les Khazali et leur groupe terroriste soutenu par l’Iran allaient déposer les armes et se joindre au processus politique.

En échange de Qayis et de ses hommes, le gouvernement américain a libéré Peter Moore, un otage britannique, et les corps de trois des quatre hommes enlevés avec lui au printemps 2007. Les compatriotes de Moore ont été assassinés par les hommes de Khazali. ; trois des corps restitués étaient criblés de balles; le quatrième n’a jamais été récupéré.

L’armée américaine a également remis au gouvernement irakien, en 2011, Daqduq, le commandant des forces spéciales du Hezbollah, l’oreille du secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, et Suleimani, sous la promesse qu’il resterait en prison. Daqduq a été libéré en un an. Qayis et Daqduq n’ont jamais payé pour l’enlèvement et l’assassinat des cinq soldats américains à Karbala ou de l’une des autres attaques qu’ils avaient orchestrées contre les forces américaines.

On ignore où se trouve Daqduq, mais il serait retourné au Hezbollah et aurait repris un poste de haut dirigeant au sein du groupe [on sait, par ailleurs, qu’il détenait les informations menant à l’élimination de Moughniyeh, ce qui rend son devenir moins enthousiasmant au sein du Hezbollah]. Le gouvernement américain a rapidement désigné Daqduq comme terroriste international après sa libération par les Irakiens.

Qayis, son frère et sa milice n’ont jamais déposé les armes. Il mènera plus tard une partie de sa milice en Syrie pour combattre aux côtés du régime de Bachar Al-Assad, à la demande de Suleimani. En 2014, la milice luttait contre l’État islamique et terrorisait les minorités irakiennes dans les zones libérées de l’Etat islamique.

Qayis Khazali est l’un des principaux acteurs de la branche chiite de l’insurrection irakienne. Les commandants soutenus par l’Iran, Abu Mahdi al-Muhandis, Mustafa Abou Sheibani, Akram al-Kabi, Abou Duraa et d’autres, dirigent leurs propres milices et dominent ce que l’on appelle les Forces de mobilisation populaire (PMF). Khazali a mentionné ces hommes et leurs relations avec l’Iran à plusieurs reprises au cours de ses interrogatoires.

Muhandis aux côtés de Qassem Soleimani

Muhandis est le plus célèbre de tous. Khazali a déclaré que Muhandis entretient les «liens les plus étroits avec l’Iran, à travers ses accointances au sein du CGR» et qu’il réside à Téhéran. Le Département d’État a qualifié Muhandis de terroriste mondial, l’a désigné comme «conseiller de Qassem Suleimani» et a détaillé son implication au sein des groupes spéciaux. Aujourd’hui, Muhandis est à la tête des FMP, dominé par des milices soutenues par l’Iran qui ont fait la guerre aux forces américaines en Irak. Ces milices restent hostiles aux États-Unis à ce jour, même si l’Amérique a soutenu le FMP dans sa lutte contre l’État islamique.

Le FMP a été créé en 2014 pour lutter contre les criminels de l’Etat islamique d’Abou Bakr al-Baghdadi, mais il est depuis devenu une institution militaire officielle, qui ne rend uniquement de comptes que devant le Premier ministre irakien. À bien des égards, il est analogue au CGR iranien, qui prend ses ordres auprès du dirigeant suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, en dehors de la chaîne de commandement militaire irakienne.

Comme pour le Hezbollah, les milices irakiennes soutenues par l’Iran sont plus que des formations paramilitaires. Elles sont des acteurs politiques et ont remporté une grande victoire aux élections législatives irakiennes en mai. En tant qu’Alliance du Fatah (de la Conquête), ils ont fini deuxième derrière la coalition Saairun de Muqtada al-Sadr et vont probablement s’allier avec le parti de Sadr au parlement. Alors que Sadr conserve une certaine autonomie, Qayis, a noté à plusieurs reprises, dans ses interrogatoires que Sadr et ses hommes étaient soutenus de différentes manières par les Iraniens. Ces deux mouvements soutenus par l’Iran formeront le prochain gouvernement irakien et choisiront le prochain Premier ministre, qui aura le contrôle exclusif du PMF.

L’Iran a joué le match de longue haleine en Irak, mais c’était l’un de ceux dont le résultat était tout sauf assuré de déboucher. L’armée américaine a pris pour cible des supplétifs soutenus par l’Iran entre 2007 et 2009, forçant nombre de leurs dirigeants et combattants à fuir en Iran. Mais le président Obama était déterminé à tenir sa promesse électorale de mettre fin à toute implication des États-Unis en Irak, quel qu’en soit le coût. En 2012 (après le retrait de décembre 2011), il a affirmé que «nous avons mis fin à la guerre en Irak de manière responsable».

Cependant, la guerre en Irak ne s’est pas terminée parce que M. Obama a déclaré que c’était fini. Après avoir retiré les troupes américaines en décembre 2011, Al-Qaïda en Irak (futur Etat Islamique en Irak et au Levant, puis Etat Islamique, d’Abu Bakr Al-Baghdadi) s’est réorganisé et a profité de l’insurrection croissante en Syrie voisine. Khazali avait averti ses interrogateurs de l’influence néfaste des «salafistes» et des «wahhabites», par lesquels il entendait des groupes comme Al-Qaïda en Irak. Mais il a également averti que l’Iran était œcuménique quand il s’agissait de combattre les Américains. «Un détenu [Khazali] a déclaré que tous les groupes qui se battent en Irak s’entraînaient en Iran, y compris Al-Qaïda», indique un journal. Les passages qui suivent sont expurgés, ce qui indique probablement que certains membres du gouvernement américain sont encore mal à l’aise pour discuter de cette coopération chiite-sunnite contre leurs ennemis communs. D’autres dossiers d’interrogatoire nouvellement autorisés à publication, qui ont également été expurgés, font, tout autant, directement allusion à ces arrangements chiites-sunnites anti-occidentaux et anti-américains.

Au début de 2014, Al-Qaïda en Irak (alias Etat Islamique en Irak et au Levant) contrôlait la ville irakienne de Falloujah et de nombreuses villes de la province d’Anbar. En cet été, le groupe terroriste avait saisi près du tiers de l’Irak, y compris la ville de Mossoul. Elle s’est rebaptisée État islamique d’Irak et de Syrie. Ainsi, l’État islamique est né. Mais les djihadistes sunnites n’étaient pas les seuls à tirer parti du retrait américain.

Soutenu par le retrait précipité d’Obama d’Irak, l’Iran a étendu son influence là-bas. L’appui aux milices chiites et à leurs partis politiques s’est poursuivi sans relâche. L’Iran a pu recruter un grand nombre de ces milices, dont Asaib Ahl al-Haq, de Khazali, pour lutter aux côtés du régime syrien contre les rebelles et les groupes djihadistes sunnites. Cela a construit leur stature dans les communautés chiites en Irak, tout en faisant craindre aux sunnites irakiens que les milices n’étaient que des outils du gouvernement iranien.

Lorsque l’État islamique s’est déchaîné dans le centre et le nord de l’Irak, menaçant Bagdad au cours de l’été 2014, l’armée irakienne était au bord de la défaite. Les milices soutenues par l’Iran sont venues à la rescousse et ont mené toutes les grandes opérations contre l’État islamique. Les généraux iraniens et les officiers du CGR ont intégré les milices chiites pour accroître leur efficacité. Les commandants de la milice ont été fréquemment photographiés avec Suleimani sur les champs de bataille irakiens. Suleimani aurait créé des plans de bataille et dirigé des opérations dans certains théâtres d’opération.

Les milices chiites, avec l’aide de l’Iran, ont contribué à la libération de Mossoul, Ramadi, Falloujah, Tikrit, Baiji et Sinjar. Mais les opérations visant à libérer les villes irakiennes de l’État islamique ont coûté très cher aux civils irakiens.

Ironiquement, l’armée américaine, qui avait été contrainte de se réengager en Irak par la montée de Daesh, a encouragé les milices en leur fournissant un appui aérien lors de leurs opérations pour dégager l’Etat islamique des villes irakiennes. En d’autres termes, la puissance aérienne américaine soutenait les mêmes milices chiites qui avaient tué des soldats américains et abusé de leurs propres compatriotes.

Il y a un aspect de la primauté de l’Iran en Irak qui n’a pratiquement pas été signalé : son accès à une vaste base de recrutement parmi la population chiite irakienne. Au Liban, l’Iran a défendu le Hezbollah, qui mène une guerre par procuration contre Israël depuis plus de trois décennies et a vécu pour en parler. Aujourd’hui, le Hezbollah est l’acteur le plus influent du Liban et ses militaires éclipsent totalement l’armée libanaise. L’Iran a pu créer le Hezbollah en recrutant au Liban 1,65 million de chiites. L’Iran compte plus de 24 millions de chiites à recruter en Irak.

Les milices chiites irakiennes ne se sont pas contentées de combattre l’Etat islamique à l’intérieur de l’Irak et de la Syrie. Comme l’a noté Jonathan Spyer en décembre dernier, Qayis Khazali a visité le village de Kafr Kila, à la frontière libanaise avec Israël, où il a prononcé un discours soulignant son désir de combattre au-delà de l’Irak et de la Syrie et de soutenir directement le Hezbollah.

«Je suis à la porte de Fatima à Kafr Kila, à la frontière qui sépare le sud du Liban de la Palestine occupée. Je suis ici avec mes frères du Hezbollah, la résistance islamique. Nous annonçons notre entière volonté de ne faire qu’un avec le peuple libanais, avec la cause palestinienne, face à l’occupation israélienne injuste », a déclaré Khazali.

La menace de Khazali est réelle. Avec l’aide de l’Iran, il est sorti d’une insurrection chiite localisée en Irak et a étendu ses opérations en Syrie. La montée en puissance de Khazali et d’autres commandants chiites soutenus par l’Iran a été encouragée par une politique américaine irréfléchie en Irak. Cette guerre n’a jamais vraiment pris fin, et les États-Unis et leurs alliés en paieront le prix dans les années à venir.

PAR  | 7 septembre 2018 | admin@longwarjournal.org | @billroggio

Bill Roggio est chercheur principal à la Fondation pour la défense des démocraties et rédacteur en chef du Long War Journal publié par la FDD.

Adaptation : Marc Brzustowski

Balises:  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  ,  , 

https://www.longwarjournal.org/archives/2018/09/iraqi-militant-qayis-khazali-warned-us-about-iran-we-ignored-him.php

1 COMMENT

  1. Effrayant mais instructif. Merci pour cet article qui dresse un tableau de l’influence iranienne dans la région.
    Le danger est énorme et l’appui américain d’un président conscient des enjeux n’est pas du luxe…
    Les hostilités à venir ne peuvent que croître et l’Iran nucléaire n’a rien d’un simple enjeu politique.
    C’est une menace vitale pour Ysraël. Et Obama mérite plus que la prison pour son rôle actif…dans ce balagan.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.