L’inévitable impact des élections sur Tsahal

0
721

Élections, politique et impact inévitable sur l’armée israélienne

Analyse : La stagnation politique d’une nouvelle campagne électorale implique de retarder le vaste programme d’aide militaire américain, de différer le lancement d’un nouveau plan pluriannuel et de fonctionner sans surveillance non militaire. cela ne signifie, toutefois, pas que l’armée ne peut pas défendre les frontières d’Israël

La décision de tenir de nouvelles élections entraînera inévitablement une stagnation du fonctionnement du gouvernement et du cabinet de sécurité, mais aura également des conséquences immédiates pour Tsahal. Cela aura un impact sur les efforts de renforcement des troupes, sans oublier que les décisions à long terme seront retardées de plusieurs mois, le gouvernement les bloquant.

L’armée a déjà commencé les préparatifs d’un nouveau plan pluriannuel, qui devait arriver sur la table du nouveau cabinet au plus tard à l’été ou à l’automne. Le plan pluriannuel actuel, baptisé “Gideon”, devrait être achevé dans environ un an et apporter de la stabilité à Tsahal ces prochaines années.

Benjamin Netanyahu et le chef d'état-major de la FDI, Aviv Kochavi (Photo: Aviahu Shapira)

Benjamin Netanyahu et le chef d’état-major de Tsahal, Aviv Kochavi (Photo: Aviahu Shapira)

 

Le plan a entraîné des changements majeurs et des réformes en profondeur dans l’armée, notamment la fermeture d’unités de réserve superflues et d’anciens escadrons de l’armée de l’air, supprimant des milliers de postes de soldats de carrière, créant de nouvelles unités et révolutionnant les cadres de la technologie et des renseignements.

Surtout, le plan a conduit à une formation accrue des troupes au sol, les rendant plus efficaces et leur permettant de se préparer à la prochaine guerre sans aucun problème extérieur et avec un budget ordinaire qui met fin aux batailles annuelles avec le ministère des Finances.

Il est donc douteux que ce soit ce que le lieutenant-général Aviv Kochavi avait en tête lorsqu’il envisageait de passer sa première année en tant que chef d’état-major pour rendre la puissance de l’armée encore plus dévastatrice. Le fait que le ministre de la Défense soit également un Premier ministre qui mène sa propre guerre de survie politique et juridique n’est guère bénéfique pour des relations saines entre l’armée et le gouvernement.

Un exemple de ces liens troublés a été mis en évidence lors de la dernière campagne électorale, lorsque Netanyahu a souvent été photographié avec des soldats dans le cadre de sa campagne politique, malgré les critiques et même une interdiction de publier ce genre de clichés exposant l’identité de plusieurs d’entre eux.

Photo de couverture de Benjamin Netanyahu sur Facebook avec des soldats des FDI en vue des élections du 9 avril (Photo: Facebook)

Photo de couverture de Benjamin Netanyahu sur Facebook avec des soldats de Tsahal en vue des élections du 9 avril (Photo: Facebook)

 

Le retard dans la mise en œuvre du prochain plan pluriannuel signifie également le report de l’aide massive des États-Unis négociée avec l’ancien président Barack Obama, qui devait commencer cette année. En outre, des contrats d’achat d’une valeur de plusieurs milliards de shekels n’ont pas encore été signés en raison des récentes élections et de la nomination de Kochavi au poste de chef d’état-major de Tsahal.

L’armée a des projets, mais ceux-ci ne peuvent être mis en œuvre sans un cabinet fonctionnel. La liste des décisions différées comprend également l’achat de nouveaux hélicoptères Saar pour remplacer des hélicoptères vieux de 50 ans, la définition d’un nouvel escadron de chasseurs de l’armée de l’air et la détermination de la quantité de munitions lourdes et de nouvelles armes fabriquées par les États-Unis pour l’armée israélienne. .

Le nouvel hélicoptère de la Sarre (Photo: Lockheed Martin)

Le nouvel hélicoptère Saar (Photo: Lockheed Martin)

 

Deux autres décisions importantes devraient être gelées : réduire la durée du service national de deux mois supplémentaires et nommer un nouveau médiateur de Tsahal. Le général de division Yitzhak Brick, qui a prouvé l’an dernier à quel point le rôle de gardien indépendant de l’armée est crucial, n’est plus en poste depuis janvier.

Pour le moment, le bureau de l’ombudsman est dirigé par un ministre-adjoint, et cela pourrait durer encore au moins un an à cause des nouvelles élections.

Néanmoins, les élections du 17 septembre n’auront pas d’incidence majeure sur les routines opérationnelles de l’armée le long des frontières israéliennes ou sur les opérations secrètes de Tsahal au Moyen-Orient. Cela n’aura également aucun impact sur la réaction à une guerre – si, Dieu nous en préserve, une guerre éclate au sud ou au nord.

C’était clair à l’hiver 2008-2009, alors qu’Israël était impliqué dans sa première guerre à Gaza et que le Premier ministre de l’époque, Ehud Olmert, était aux prises avec les conséquences de ses activités criminelles et en pleine campagne électorale.

Et si Olmert peut le faire, Netanyahu, qui supervise le fonctionnement du pays et de l’armée depuis des années, peut le faire également.

Yoav Zitun | Publié: 05.31.19, 23:52

Adaptation:  Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.