Intelligence artificielle. L’ancien patron de Google dresse un parallèle avec l’arme nucléaire

Lors d’une conférence du forum sur la sécurité d’Aspen (États-Unis), l’ancien patron de Google Eric Schmidt a comparé l’intelligence artificielle à l’arme nucléaire. Pour lui, les grandes puissances devraient engager des négociations afin d’aboutir à une politique de dissuasion au sujet de cette constellation de technologies.

Eric Schmidt, le patron de Google de 2001 à 2011, comptait au nombre des invités lors d’une conférence qui s’est déroulée lors du forum sur la sécurité d’Aspen (États-Unis). Durant sa prise de parole vendredi 22 juillet, l’ancien dirigeant, qui a également travaillé avec le Pentagone au sujet des innovations technologiques de la Silicon Valley, a dressé un parallèle entre l’intelligence artificielle et l’arme nucléaire, comme l’ont repéré 01Net et Yahoo.

« Nous étions très naïfs »

Tout d’abord, l’homme a évoqué l’évolution des mentalités autour de la puissance des technologies depuis 20 ans. « Nous étions très naïfs. J’étais très naïf au sujet des conséquences de ce que nous faisions. Je comprends maintenant que l’information est tout. Elle est incroyablement puissante », a-t-il développé.

Pour lui, « le gouvernement [américain] et d’autres institutions devraient plus s’engager sur les technologies afin qu’elles correspondent plus à nos valeurs ». Pour cela, il a invité l’ensemble des gouvernements des grandes puissances, notamment la Chine et les États-Unis, à lancer des négociations au sujet de l’utilisation des innovations technologiques, et en particulier autour de l’intelligence artificielle, afin d’aboutir à un accord.

Vers une politique de dissuasion pour l’intelligence artificielle ?

Ce traité serait comparable à ceux signés par de nombreux pays au sujet de la dissuasion nucléaire. « Dans les années 50 et 60, nous avons finalement créé un monde où il y avait une règle de ‘sans surprise’ concernant les essais nucléaires » a-t-il en effet rappelé. Pour Eric Schmidt, « il faut commencer à mettre en place un système dans lequel, parce que vous vous armez ou que vous vous préparez, vous déclenchez la même chose alors l’autre côté ».

« Nous n’avons personne qui travaille là-dessus, et pourtant l’IA est si puissante », a-t-il noté. À ce titre, Eric Schmidt a affirmé avoir tenté de trouver qui, en Chine notamment, serait en mesure d’être le bon interlocuteur. Des recherches qui n’ont pas abouti. « Nous ne sommes pas prêts pour les négociations dont nous avons besoin », a résumé l’ancien dirigeant de Google.

Ouest-France
Lors du forum sur la sécurité d’Aspen (États-Unis), l’ancien patron de Google Eric Schmidt a comparé l’intelligence artificielle à l’arme nucléaire. | RUBEN SPRICH / ARCHIVES REUTERS

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.