Les Palestiniens falsifient les titres de propriété de la terre d’Israël.

Les Palestiniens ont enregistré environ la moitié des territoires de Judée et de Samarie dans le Tabu.

Environ 600 fonctionnaires, inspecteurs et architectes de l’Autorité palestinienne sont également employés à l’enregistrement du foncier dans la zone C.

La bataille pour les terres en Judée-Samarie ne se limite pas au seul secteur de la construction. L’Union européenne et l’Autorité palestinienne s’efforcent de créer un registre foncier de remplacement en Judée-Samarie, qui annulerait rétroactivement tous les achats de terres par les Juifs au cours des 140 dernières années, prétendument sous contrôle israélien total.

L’un des bras de la pieuvre qui s’empare de la zone C est l’Usine de Tabu palestinienne. Selon un rapport complet rédigé à ce jour par des chercheurs de droite, des centaines d’architectes et de fonctionnaires budgétisés par le syndicat et la direction de l’Autorité palestinienne s’efforcent de créer un nouveau Tabu dans les villages de Judée et de Samarie, ignorant complètement les achats historiques des Juifs ainsi que les Tabus israéliens et jordaniens.

L’enregistrement des Tabus et l’enregistrement de la propriété en Judée-Samarie ont commencé pendant l’occupation ottomane et se sont poursuivis pendant l’occupation britannique et jordanienne, jusqu’à ce qu’Israël arrête la colonisation foncière en 1968, et cela n’a pas été achevé à ce jour avec Israël, qui est responsable de l’enregistrement dans la zone C.

En 2002, l’Autorité palestinienne a créé l’Autorité foncière palestinienne, qui a commencé par organiser l’enregistrement auprès de la Banque mondiale pour financer au moins 6 millions de dollars. En 2016, une réforme a été menée sur le terrain et une nouvelle autorité professionnelle a été mise en place, l’« Autorité de Régulation de l’Immobilier et de l’Eau », dirigée par Muhammad Sharaka. Une décision du gouvernement a également été prise pour commencer à réglementer la propriété foncière dans la zone C, une procédure qui viole la souveraineté de l’État d’Israël et les accords d’Oslo.

Suite à la réforme, l’usine palestinienne de Tabu a été accélérée et a reçu 12,6 millions de dollars de financement de la Banque mondiale pour les zones A et B sous contrôle palestinien (dans la zone B sous sécurité civile israélo-palestinienne mais palestinienne), et 4,4 millions de dollars de l’Union européenne pour trafiquer les titres de propriétés dans la zone C.  Tout cela en vue de la création d’un futur État palestinien dans ces territoires également. L’ONU, à travers le programme d’établissement humain d’ONU-Habitat, finance également largement le programme tabu palestinien.

En outre, l’UE inclut son budget pour la gestion des terres dans son programme stratégique global pour la Judée-Samarie, d’un montant d’environ 30 millions d’euros. L’Autorité palestinienne a également reçu du gouvernement turc les archives ottomanes de Kushan, qui contiennent des informations précieuses sur la propriété foncière. Depuis la période de domination ottomane en Israël.

Le processus de prise de contrôle est également révélé jusqu’à présent dans le rapport. Dans la première étape, le directeur local de l’établissement annonce la délivrance d’un ordre d’enregistrement dans une certaine zone, et les résidents de la zone commencent à soumettre les documents prouvant leur propriété du terrain. Et des parcelles dans des endroits où il n’y a pas une telle carte. Les résidents ont trente jours pour faire appel de l’enregistrement des droits.

Après une audition des objections, le directeur de l’implantation délivre un enregistrement définitif des droits, et un juge palestinien l’approuve. Les bureaux d’enregistrement délivrent des documents de propriété aux propriétaires fonciers après avoir payé les frais. Selon l’Autorité, les travaux d’enregistrement foncier devraient être achevés l’année prochaine.

À ce jour, l’Autorité palestinienne a employé environ 600 inspecteurs en faveur de l’enregistrement des terres, tandis que l’Administration civile israélienne n’a qu’une dizaine d’inspecteurs impliqués dans la prévention de cette prise de contrôle. Le dernier budget approuvé a convenu d’un ajout d’environ 50 inspecteurs à l’administration civile, mais comme cela a été révélé pour la première fois, avant le vote, il a été déterminé que des normes seraient allouées pour un ajout de seulement 20 inspecteurs.

« L’État d’Israël est négligent dans sa responsabilité de réglementer l’enregistrement des terres et permet à l’Autorité palestinienne d’agir sans entrave, comme si elle était souveraine sur le terrain, d’une manière qui lui permet de faire de la zone C une partie du futur État palestinien qui pourrait être irréversible sur le terrain», dit Gilad But, directeur général pour l’instant. Israël ne fait rien pour empêcher la violation de la gouvernance qui est contraire aux accords avec les Palestiniens, et permet aux Palestiniens de continuer à opérer sans entrave. L’enregistrement continu des territoires palestiniens dans la zone C doit être évité, ainsi que l’activité diplomatique pour arrêter le financement de l’Union européenne, des Nations Unies et de la Banque mondiale.

JForum – Makor Ricvhon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.