Les Juifs bulgares boycottent la cérémonie marquant les 80 ans de leur sauvetage des nazis.

Les représentants de la communauté juive accusent les dirigeants bulgares de déformer l’histoire de l’Holocauste, rôle du tsar Boris III.

Le président bulgare était présent vendredi pour une cérémonie marquant le 80e anniversaire de la décision dramatique du pays de sauver ses 48 000 Juifs des nazis.

Il en va de même pour les représentants de l’église orthodoxe bulgare dont les prédécesseurs ont été à l’origine du sauvetage, ainsi que pour un éminent historien et homme politique israélien d’origine bulgare, Michael Bar Zohar, qui a publié une histoire ancienne de l’épisode, qui n’était à peine connue qu’après la chute du communisme. .

Ensemble, ils ont marché de la bibliothèque nationale de Bulgarie – où se tient une exposition sur le roi bulgare de la Seconde Guerre mondiale, le tsar Boris III – jusqu’à la plus ancienne église de Sofia, où ils ont déposé des fleurs sur un mémorial à Boris et à sa femme, la tsarine Joanna.

Mais remarquablement absents de la cérémonie avec le président Rumen Radev se trouvaient des représentants de la communauté juive contemporaine de Bulgarie,

Les dirigeants communautaires n’ont été invités qu’à la dernière minute, jeudi après-midi, selon Alexander Oscar, président de Shalom, l’Organisation des juifs bulgares. Son groupe avait déjà prévu sa propre célébration du 10 mars, connue par les juifs bulgares comme le « jour du salut ».

Mais Oscar a dit qu’il n’aurait pas assisté même s’il avait été invité plus tôt – et il pensait que personne d’autre de la communauté juive locale ne l’aurait fait non plus.

« Aucun membre de la communauté n’aurait participé à un événement honorant le rôle imaginaire du roi Boris dans le sauvetage des Juifs bulgares et présentant une histoire déformée de l’Holocauste », a déclaré Oscar à la Jewish Telegraphic Agency.

Les commentaires d’Oscar indiquent un différend de longue date et de plus en plus puissant sur la manière dont le tsar Boris III devrait prendre en compte la mémoire de l’Holocauste en Bulgarie. Bien que Boris ait signé l’ordre d’arrêter la déportation des Juifs du pays, il était également le chef d’un gouvernement fasciste qui s’est allié à l’Allemagne nazie, a imposé des lois raciales oppressives à ses Juifs et a facilité le meurtre de plus de 11 000 Juifs sur le territoire. il occupait. Boris est mort dans des circonstances mystérieuses peu de temps après son retour d’Allemagne où il a rencontré Hitler en 1943.

Les troupes bulgares ont déporté plus de 11 000 Juifs vivant en Thrace occidentale, à Vardar, en Macédoine et dans la ville de Pirot dans l’actuelle Serbie vers des camps de la mort nazis, où presque tous ont été assassinés.

L’église Sainte-Sophie, où a eu lieu la cérémonie présidentielle, abrite des plaques honorant le tsar Boris III et sa femme qui se sont brièvement tenues dans la forêt bulgare de Jérusalem. Les plaques ont été retirées en 2000 après les protestations des Juifs bulgares et de leurs descendants qui n’étaient pas à l’aise avec l’idée de faire l’éloge de quelqu’un qui a supervisé le meurtre de Juifs pendant l’Holocauste.

Les commémorations passées du « Jour du Salut » n’ont pas spécifiquement exalté Boris. Mais le leader en temps de guerre est un favori de l’extrême droite bulgare et de ceux qui admirent les gouvernements précommunistes du pays, et son profil n’a fait que s’accroître ces dernières années alors que la Bulgarie, comme de nombreux autres pays, a connu un renforcement de son aile droite.

« Ce que nous choisissons de nous souvenir et ce que nous choisissons d’omettre lorsque nous racontons notre propre histoire est une marque de sagesse, de courage et de dignité », a écrit la journaliste juive bulgare Emmy Barouh dans une lettre ouverte à Radev avant la commémoration.

« Il n’y a aucune moralité à trouver dans la sinistre arithmétique selon laquelle la vie de 50 000 personnes a été ‘payée’ par la vie de 11 343 », a écrit Barouh. « Sauter la moitié de cette triste ‘équation’ transforme le ’80e anniversaire du sauvetage’ en un autre épisode d’utilisation politique des Juifs bulgares. »

Immédiatement après la guerre, la population juive de Bulgarie était encore d’environ 50 000 personnes, son niveau d’avant-guerre, selon le United States Holocaust Memorial Museum. Mais contrairement à la plupart des pays communistes, le gouvernement a permis aux Juifs d’émigrer en grand nombre et les a en fait encouragés à le faire ; la grande majorité est partie pour Israël à la fin des années 1940. Aujourd’hui, le Congrès juif mondial estime la population juive du pays entre 2 000 et 6 000 ; Le pays a récemment vu la création d’une école juive à Sofia et d’un centre culturel dans les vestiges d’une synagogue en ruine dans la ville côtière de Vidin.

Les dirigeants juifs locaux ont marqué l’anniversaire d’autres manières. Plus tôt dans la semaine, certains se sont rendus à Kavala, en Grèce, pour une cérémonie sur le site où des soldats bulgares ont déporté des milliers de Juifs à Treblinka en 1943. Vendredi, ils ont également organisé leur propre cérémonie dans un autre monument à Sofia commémorant à la fois le sauvetage et le meurtre des Juifs dans les régions occupées par la Bulgarie. Ils ont été rejoints par des personnalités publiques, dont le maire de Sofia et ministre bulgare des affaires étrangères, Nikolay Milkov, et son procureur général.

Certains Bulgares avaient ouvertement appelé leur pays à rendre un plus grand hommage au tsar Boris III lors des commémorations du 10 mars de cette année. Daniela Gortcheva, une figure médiatique de droite néerlando-bulgare, a fait circuler une pétition demandant qu’il soit reconnu.

La pétition affirmait que laisser Boris hors de la commémoration s’apparenterait à ce qui s’est passé dans la ville macédonienne d’Ohrid l’année dernière, lorsqu’un club culturel bulgare nommé d’après Boris a suscité des protestations de la part de ceux qui ont noté que le gouvernement de Boris était responsable du meurtre de milliers de juifs macédoniens.

Cet incident, le dernier d’un conflit de longue date entre les deux nations des Balkans au cours de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale, a propulsé le tsar Boris sous les projecteurs nationaux en Bulgarie et a fait de sa réhabilitation un centre d’intérêt pour les nationalistes bulgares.

Après que des groupes juifs aient rejeté la pétition, Gortcheva a attaqué ses détracteurs sur Facebook en les qualifiant d’« héritiers des communistes » ingrats, de « cinquième colonne de Moscou » et de traîtres – des affirmations selon lesquelles les dirigeants juifs font écho aux calomnies antisémites faites contre les Juifs dans le passé.

Shalom, la principale organisation juive bulgare, a déposé une plainte contre Gortcheva auprès du procureur général de Bulgarie – le même fonctionnaire qui a décidé le mois dernier que la Bulgarie pouvait interdire une marche néonazie en l’honneur d’un collaborateur nazi.

« Gortcheva – une grande partisane de la marche de Lukov – a été constamment impliquée dans la propagation de la négation et de la distorsion de l’Holocauste », a déclaré la vice-présidente exécutive du Congrès juif mondial, Maram Stern, dans une lettre à Milkov. « Elle combine de telles déclarations avec des affirmations calomnieuses selon lesquelles l’Organisation des Juifs de Bulgarie SHALOM et l’Organisation des Juifs bulgares en Israël sont déloyales envers la Bulgarie. »

Suite aux cérémonies de la semaine dernière, un groupe d’universitaires bulgares a fait circuler son propre appel cette semaine, appelant les dirigeants bulgares à reconnaître les déportations de Juifs sous le régime du pays pendant l’Holocauste.

« Notre État n’a jamais cherché à trouver le langage approprié pour marquer deux faits historiques inséparables et pourtant antipodaux : la vie préservée des Juifs des territoires d’avant-guerre de la Bulgarie et la déportation à Treblinka (4-29 mars 1943) de ceux des terres occupées. en avril 1941 », lit-on dans l’appel. « L’État bulgare devrait reconnaître publiquement, sincèrement et inconditionnellement sa responsabilité en s’excusant pour les persécutions et les déportations de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. »

« C’est une question de décence et de tact de base que l’accent mis sur le salut soit fait par ceux qui ont été sauvés et non par le sauveur », ajoute la pétition. « Ici, c’est exactement le contraire qui se produit : les Bulgares se livrent à l’auto-glorification et invitent la communauté juive à leur témoigner une gratitude éternelle. »

Source : israelnationalnews.com – Par David I.Klein

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.