Les frontières bibliques d’Israël retrouvées?

1
912

La Bible a t-elle raison? 

L’inscription pourrait confirmer les anciennes frontières d’Israël

Abel Beth-Maacah est mentionné à plusieurs reprises dans la Bible.

Pots trouvés à Abel-Beth-Maacah. (crédit photo: ROBERT MULLINS)
Pots trouvés à Abel-Beth-Maacah.
(crédit photo: ROBERT MULLINS)

Jusqu’où s’étendait le nord du royaume biblique d’Israël?

Une inscription en hébreu récemment découverte pourrait confirmer que la frontière de l’ancien Israël atteignait des zones, à propos desquelles certains archéologues étaient auparavant sceptiques, confirmant ainsi le récit de la Bible.

L’inscription a été découverte sur le site d’Abel Beth-Maacah, ont déclaré au Jerusalem Post les archéologues Dr Naama Yahalom-Mack et Nava Panitz-Cohen de l’Institut d’archéologie de l’Université hébraïque de Jérusalem.

Abel Beth-Maacah est mentionné à plusieurs reprises dans la Bible.

«Ben-hadad a répondu à la demande du roi Asa; il a envoyé ses commandants de l’armée contre les villes d’Israël et a capturé Ljon, Dan, Abel-Beth-Maacah et tout Chinneroth, ainsi que tout le pays de Naphtali », lit-on dans la première référence dans I Rois 15:20 (traduction de Sefaria.org).

Plus tard, dans II Rois 15:29, la ville figure parmi celles conquises par le roi d’Assyrie.

Comme expliqué par les chercheurs, le tell (colline) éminent a été découvert au 19ème siècle et identifié à la ville mentionnée dans la Bible en raison de son emplacement et de la ressemblance entre le nom du village arabe Abil al-Qameh qui était situé au-dessus et correspond à l’ancien nom biblique. Il est situé à la frontière avec le Liban, non loin de la frontière avec la Syrie.

“Il s’agit d’un site très vaste et bien en vue, et avant de commencer notre projet il y a huit ans, il n’avait jamais été fouillé, peut-être en raison de sa situation frontalière“, a déclaré Panitz-Cohen au Post.

Les archéologues ont souligné qu’il y a 3000 ans, la ville était également au carrefour de différentes entités politiques, à savoir le Royaume d’Israël, le royaume Araméen et les Phéniciens, qui ne constituaient pas un État unifié mais vivaient dans plusieurs villes indépendantes (Cités-Etat) le long de la côte du nord.

Bien qu’Abel Beth-Maacah ait produit plusieurs découvertes importantes au fil des ans, y compris une œuvre d’art unique en forme de tête finement ciselée d’un homme barbu (image ci-dessus en Une)- ainsi que des figurines, des sceaux et des bocaux – aucune découverte à ce jour n’a permis aux archéologues de comprendre l’appartenance politique de la ville à l’âge du fer.

«La question que se posent les archéologues est de savoir à qui ils ont payé leurs impôts. Mais cela ne change pas nécessairement la culture, les cultes, la poterie et la cuisine de la ville. Cela signifie peut-être que les Israélites, les Araméens et les Phéniciens à cette époque, 10e et 9e siècles avant JC [E], partageaient de nombreux traits culturels », a déclaré Panitz-Cohen.

À la toute fin de la période de fouilles de l’été dernier, l’équipe, dirigée par les deux archéologues de l’Université hébraïque et le professeur Robert Mullins de l’Université Azusa Pacific à Los Angeles, a trouvé cinq pots écrasés dans un bâtiment de l’âge du fer.

Ce n’est que beaucoup plus tard, lorsque la restauratrice de l’Autorité des Antiquités Adrienne Ganur y a travaillé, qu’elle s’est rendu compte que l’un des pots comportait une inscription à l’encre, assez rare pour l’époque. Après d’autres études, le professeur Christopher Rollston de l’Université George Washington à Washington a déclaré que l’inscription comprenait le mot Lebenayau, ou «appartenant à Benayau», un nom formé par la racine Bana – qui en hébreu et dans de nombreuses langues sémitiques fait référence au concept de bâtiment – et la fin théophore «yahu» – se référant à YHWH, le Dieu des Israélites.

Yahalom-Mack et Panitz-Cohen ont expliqué que davantage de travail était nécessaire pour prouver qu’Abel Beth-Maacah faisait partie du Royaume d’Israël. Le pot aurait pu être apporté de loin et le nom écrit à un stade ultérieur, ou la ville aurait pu abriter des personnes ayant des identités culturelles et ethniques différentes.

Certaines réponses proviendront de recherches supplémentaires sur l’artefact, qui sont en cours. Par exemple, tester la source de l’argile à partir de laquelle le pot a été fabriqué.

Une question cruciale à propos de l’inscription est également liée à sa datation: les archéologues pensent qu’elle date vraisemblablement de la seconde moitié du IXe siècle avant notre ère, ou du début du VIIIe au plus tard. Si cela s’avérait vrai, l’inscription serait l’un des premiers exemples de ce type de terminaison théophorique septentrionale.

D’autres mystères entourent Abel Beth-Maacah.

Par exemple, le fait qu’ils «aient identifié des activités cultuelles, certaines uniques, qui diffèrent des expressions archéologiques d’activités religieuses sur des sites contemporains», a souligné Yahalom-Mack. Ou que jusqu’à présent, le site ne présente aucun signe de la destruction de la fin du 8ème siècle avant notre ère apportée par la conquête assyrienne, qui est mentionnée dans la Bible et a émergé sur d’autres sites de la région.

Des réponses à ces problèmes pourraient être trouvées cet été lorsque l’équipe reviendra pour une autre saison de fouilles.

«Cet été, nous allons à nouveau fouiller pendant encore un mois, en nous concentrant sur la zone et le bâtiment où nous avons trouvé les pots, entre autres contextes intrigants de l’âge du fer», a conclu Yahalom-Mack. “S’il s’avérait être un bâtiment détruit, ce sera la première destruction de l’âge du fer II que nous rencontrerons.”

jpost.com

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.