Les Américains confrontés à plus d’attaques chiites que de Daesh

0
164

Des manifestants et des miliciens se rassemblent pour condamner les frappes aériennes sur des bases appartenant au Hashd al-Shaabi (“forces de mobilisation populaire”, groupes paramilitaires), devant la porte principale de l’ambassade des États-Unis à Bagdad, en Irak, le 31 décembre 2019 (Reuters / Thaier al-Sudani).

Les forces américaines en Irak font face à plus d’attaques de la part des milices chiites que de l’Etat islamique, selon un commandant

Alors que l’Etat islamique tente de se réorganiser en mouvement d’insurrection, la plupart des attaques contre les forces américaines et alliées en Irak sont menées par les milices chiites, a déclaré le major-général Alex Grynkewich, commandant adjoint des opérations et du renseignement pour les troupes américaines en Irak et Syrie.

“Depuis que je suis en Irak, nous avons enregistré quelques victimes lors des combats contre l’EI sur le terrain, mais la plupart des attaques proviennent de ces milices chiites, qui lancent des roquettes sur nos bases et font franchement tout ce qu’ils peuvent pour tuer quelqu’un et faire valoir leur cause”, a déclaré Grynkewich, mercredi lors d’un événement organisé par l’Institut Mitchell d’Etudes Aérospatiales de l’Association de l’Air Force.

Les combattants des milices iraniennes opèrent également dans des zones à prédominance sunnite telles que la province d’Anbar, où ils sont nominalement responsables de la sécurité des frontières et d’autres missions qui étaient auparavant effectuées par les forces tribales locales, a-t-il déclaré.

Dans la province de Ninive, par exemple, une unité des Forces de mobilisation populaire a mis en place des postes de contrôle juste pour racketter des Irakiens locaux.

Il y a plus de 100 milices chiites en Irak, dont certaines prennent leurs ordres de l’Iran, a déclaré Grynkewich. Il n’est pas encore évident de savoir si l’Iran pourra continuer à diriger tous ses supplétifs en Irak, maintenant que l’armée américaine a supprimé le major-général Qasem Soleimani, l’ancien chef de la force d’élite Quds du Corps des gardiens de la révolution islamique.

Jusqu’à présent, il n’y a pas eu de réelle augmentation des attaques contre les troupes américaines par les forces chiites en représailles à la mort de Soleimani, a-t-il déclaré.

“Ce que nous avons évalué, c’est que nous pouvons probablement nous attendre à ce que cela se poursuive – j’appelle plutôt cela du harcèlement”, a déclaré Grynkewich. “Nous l’avons vu, il y a quelques nuits à peine, avec le complexe de l’ambassade de Bagdad. Nous l’avons vu dans quelques autres bases au cours des dernières semaines.”

La milice anti-américaine Muqtada al-Sadr est un groupe de combattants chiites qui ne sont pas directement sous le commandement et le contrôle de l’Iran, a déclaré Grynkewich.

“Nous ne les considérons pas comme étant influencés par l’Iran”, a déclaré Grynkewich. “Nous les considérons, en revanche, comme étant contrôlés par lui. Parfois, ses intérêts s’alignent sur ceux des Iraniens et parfois non. C’est un opérateur assez indépendant.”

Pendant ce temps, l’Etat islamique a tenté d’établir des cellules dormantes dans des endroits tels que Raqqa, en Syrie, et Mossoul, en Irak, mais pour sa majorité, le groupe terroriste “essaie juste de survivre”, a déclaré Grynkewich.

À l’heure actuelle, il y a “des milliers” de combattants de l’Etat islamique en Irak et en Syrie, a-t-il ajouté ; cependant, leur niveau d’engagement envers la cause varie.

Dans une région de l’Irak s’étendant de la province de Diyala à l’est à des parties de la province d’Anbar à l’ouest, l’Etat islamique est en mesure de racketter la population locale, mais pas de détenir de territoire pendant très longtemps, a-t-il déclaré.

“Ils ont pu trouver un refuge sûr sur une montagne ou dans un lit de ruisseau sec, un réseau d’oued, peut-être dans certaines grottes ; ils en sortent la nuit; descendent, extorquent de l’argent à certaines personnes; ils vont peut-être les kidnapper contre rançon; peut-être menacer de brûler les champs des agriculteurs, s’ils ne leur livrent pas leurs récoltes “, a déclaré Grynkewich. “Et puis ils se retirent dans ces refuges présumés.”

Mais à la suite de la mort de Soleimani, la plupart des efforts américains pour former les forces de sécurité irakiennes ont été suspendus, a déclaré Grynkewich, qui a refusé de dire “ce qui se passe précisément et ce qui ne se passe pas”.

Les gouvernements américain et irakien sont en discussion sur le moment de reprendre une coopération de sécurité totale, a-t-il dit.

“À plus long terme, même si moins de pression sera exercée sur Daesh – étant donné que ces conditions fondamentales existent toujours -, nous voulons certainement en revenir à exercer cette pression globale pour les maintenir au plus bas niveau et assurer leur défaite durable”, Grynkewich.

Même si l’Etat islamique a perdu son califat, le groupe a pu préserver sa puissance de combat en faisant en sorte que quelque 10 000 combattants masculins se rendent aux Forces démocratiques syriennes, tandis que des combattantes féminines de l’Etat islamique se sont infiltrées dans les camps de réfugiés, détenant les membres des familles de l’Etat islamique, a-t-il déclaré.

“Je pense que la préoccupation à long terme que nous devrions tous conserver à l’esprit est qu’il n’y a pas d’alternatives éducatives, au-delà de ce que ces mères offrent à leurs enfants”, a déclaré Grynkewich. “Donc, ils sont endoctrinés (“à perpétuité”) dans cette idéologie et cet état d’esprit de l’Etat islamique.”

taskandpurpose.com

Adaptation : Marc Brzustowski

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.