ELECTIONS LÉGISLATIVES 2024: PRISCA THEVENOT PRISE À PARTIE À MEUDON, SA SUPPLÉANTE AGRESSÉE

Par Mathilde Klötgen

Une soirée d’activisme politique à Meudon (Hauts-de-Seine) a pris une tournure violente lorsque Prisca Thevenot, porte-parole du gouvernement, sa suppléante Virginie Lanlo, et le militant de Renaissance Guirassy Madiba ont été agressés par un groupe d’individus.

A quelques jours du second tour des élections législatives, l’heure est aux dernières tractations. Ce soir à Meudon (Hauts-de-Seine), une scène choquante a eu lieu impliquant Prisca Thévenot, porte-parole du gouvernement, sa suppléante Virginie Lanlo, ainsi qu’un militant de Renaissance, Guirassy Madiba. Les trois étaient occupés à coller des affiches sur les panneaux lorsque le calme a été brisé par un groupe d’une vingtaine d’individus hostiles.

L’incident, confirmé par nos spécialistes à CNEWS, s’est rapidement transformé en une confrontation violente. Virginie Lanlo et Guirassy Madiba ont été violemment agressés, frappés à coups de poing et même à coups de trottinette.

Virginie Lanlo a été blessée au bras gauche et se plaint de douleurs à la jambe, tandis que Guirassy Madiba a subi des blessures plus graves à la mâchoire, avec des hématomes au visage et des lésions au niveau des trapèzes et du rachis. Prisca Thevenot n’a elle pas été blessée lors de l’incident.

ATTAQUE EN RÉUNION PAR DES MINEURS

Trois individus auraient été appréhendés par les autorités. Quatre personnes (3 mineurs et un majeur) ont été placées en garde-à-vue dans ce cadre, mais les profils des suspects restent encore à éclaircir.

Suite à l’agression, le parquet de Nanterre a ouvert une enquête en flagrance confiée à la DTSP 92 pour des faits qualifiés de violences commises en réunion avec arme, et de violences sur un élu public en réunion et avec arme (par destination).

L’équipe a été immédiatement prise en charge et transportée en urgence relative à l’hôpital Percy de Clamart pour des examens approfondis et des soins appropriés. Cette agression choquante soulève de vives réactions et inquiétudes quant à la sécurité des personnalités publiques et des militants politiques engagés sur le terrain.

JForum.fr avec CNEWS

Prisca Thévenot, Virginie Lanlo et un membre du parti Renaissance, collaient des affiches lorsqu’ils ont été agressés. [Bertrand GUAY / AFP]

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Filouthai

Sur l’identité des agresseurs, vous avez une petite info?

Avraham

Ben faut être prêt à payer le prix de la liberté. Si aujourd’hui on ne peut plus s’exprimer/voter librement, demain ça sera pire et après encore bien pire. Avec cette guerre de religions, il faut être prêt à l’éventualité d’une sorte de guerre civile. L’autre choix est d’être à long terme converti de force, ou de se sauver ailleurs où ça finira pareil… L’ignorance des principes intolérants de l’Islam, de ses méthodes stratégiques, n’est pas un point fort pour une démocratie bêtement et aveuglément trop tolérante. Fallait pas se laisser envahir…