Le terroriste de Londres n’aurait jamais dû sortir de prison

0
237

L’attaquant du London Bridge qui a tué deux personnes a été emprisonné pour crimes terroristes

Selon le responsable de la police britannique, Usman Khan, âgé de 28 ans, a été emprisonné pendant six ans pour des infractions liées au terrorisme avant d’être libéré. il a tué un homme et une femme et en a blessé 3 autres vendredi

Voici comment 3 héros ont neutralisé le terroriste de London Bridge hier.

Publiée par Waleed Al-Husseini sur Samedi 30 novembre 2019

Presse associée|
Mis à jour le: 11.30.19, 10:01

 

Un homme, emprisonné six ans pour crimes de terrorisme avant sa libération l’année dernière, a poignardé plusieurs personnes à Londres vendredi, dont deux mortellement, avant d’être plaqué par des membres du public puis abattu par des agents sur le pont de London Bridge.
Neil Basu, chef de la police antiterroriste de la police de Londres, a déclaré que Usman Khan, âgé de 28 ans, participait à un programme de rééducation des prisonniers lorsqu’il a lancé l’attaque, tuant un homme et une femme et blessant trois autres personnes à quelques mètres du site meurtrier d’une attaque à la voiture-bélier et d’un déchaînement de coups de couteaux de 2017. Selon Basu, le suspect portait apparemment un gilet explosif, mais il s’est avéré qu’il s’agissait d’un engin explosif.
Les responsables de la santé ont déclaré qu’un des blessés était dans un état critique mais stable, un autre était stable et le troisième avait des blessures moins graves.

אוסמן חאן שחוסל

Usman Khan, 28 ans
( Photo: police britannique )
L’attaque soulève des questions difficiles pour le gouvernement et les services de sécurité britanniques. La police a déclaré que Khan avait été reconnu coupable d’infractions  liées au terrorisme en 2012 et libéré en décembre 2018 “sous licence”, ce qui signifie qu’il devait remplir certaines conditions ou faire face à un retour en prison. Plusieurs médias britanniques ont rapporté qu’il portait un bracelet électronique à la cheville.
Le Premier ministre Boris Johnson a déclaré qu’il avait “longtemps soutenu” que c’était une erreur d’autoriser les criminels graves et violents à sortir de prison plus tôt que prévu.

ות המחבל באירוע ירי בלונדון

Images de la police appréhendant un attaquant du London Bridge
“Il est très important de sortir de cette habitude et d’appliquer les peines appropriées aux criminels dangereux, en particulier aux terroristes, et je pense que le public voudra pouvoir le constater” a-t-il déclaré.
Johnson, qui a présidé une réunion du comité d’urgence COBRA du gouvernement vendredi soir, a déclaré qu’un nombre croissant de policiers patrouilleraient dans les rues, dans les prochains jours à des fins de réassurance. La police a déclaré qu’ils traitaient cette agression au couteau comme une attaque terroriste et qu’ils ne recherchaient pas activement d’autres suspects.
Ces actes de violence a éclaté moins de deux semaines avant la tenue des élections nationales par la Grande-Bretagne le 12 décembre. Les principaux partis politiques ont temporairement suspendu leur campagne à Londres, en signe de respect.
Le chef de la police métropolitaine, Cressida Dick, a déclaré que les agents avaient été appelés juste avant 14 heures au Fishmongers Hall, un lieu de conférence situé au nord du pont de Londres. Le pont pour piétons et véhicules relie le quartier des affaires de la ville à la rive sud de la Tamise.
Learning Together, (Apprenons ensemble) un programme de rééducation en prison soutenu par l’université de Cambridge, y organisait une conférence vendredi. Le vice-chancelier de Cambridge, Stephen Toope, s’est dit “dévasté” d’apprendre que l’attaque odieuse qui a eu lieu aujourd’hui sur le London Bridge a peut-être été dirigée contre le personnel, les étudiants et les anciens élèves participant à un événement organisé par l’Institut de criminologie de l’Université de Cambridge.

וחברי תא הטרור מ 2010

Attaquant britannique au bridge en 2010
Quelques minutes après les coups de couteau, des témoins ont vu un homme avec un couteau se faire plaquer au sol par des membres du public sur le pont avant que les agents ne lui tirent dessus.
Des images vidéo ont montré des personnes pulvérisant un extincteur sur le suspect en fuite, alors qu’un autre passant tenait ce qui semblait être un long bâton blanc. Le témoin Amy Coop, qui se trouvait chez les poissonniers, a déclaré qu’il s’agissait d’une défense de narval que l’homme avait saisie d’un mur avant d’aller affronter l’attaquant.
Une vidéo postée sur les réseaux sociaux a montré deux hommes qui luttaient sur le pont avant que la police ne retire un homme en civil qui combattait avec un homme vêtu de noir au sol. Des coups de feu ont suivi. Une autre vidéo a représenté un homme en costume et pardessus tenant un long couteau qu’il avait apparemment enlevé à l’attaquant.
Karen Bosch, qui se trouvait dans un bus qui traversait le pont, a déclaré avoir vu la police se débattre avec un homme grand et barbu, puis avoir entendu “des coups de feu, deux éclats bruyants”.
Elle a ajouté que l’homme “a retiré son manteau, montrant qu’il avait une sorte de gilet en dessous, qu’il s’agisse d’un gilet de stabilisation ou d’un gilet explosif, la police s’est alors très rapidement écarté en arrière, loin de l’homme”.
Une autre passagère, Amanda Hunter, a déclaré à la BBC que le véhicule «s’est soudainement arrêté et il y a eu du chaos, j’ai regardé par la fenêtre et je venais alors de voir ces trois policiers se diriger vers un homme.” 
“On aurait dit qu’il y avait quelque chose dans sa main, je ne suis pas sûr à 100%, mais un des policiers l’a ensuite abattu.”
La police a confirmé que l’homme était mort sur les lieux.
Le maire Sadiq Khan a salué “l’héroïsme à couper le souffle de membres du public qui ont littéralement couru vers le danger, ne sachant pas ce à quoi ils étaient confrontés”.

Le maire Sadiq Khan

Le maire Sadiq Khan
( Photo: Reuters )
“Ils sont les meilleurs d’entre nous”, a déclaré Khan.
Les voitures et les autobus sur le pont achalandé étaient abandonnés après la fusillade et un camion blanc s’est arrêté en diagonale sur les voies. La vidéo montre des policiers pointant des armes à feu sur le camion avant de vérifier son contenu.
La gare de London Bridge, l’un des centres ferroviaires les plus fréquentés de la ville, a été fermée pendant plusieurs heures après l’attaque.
Des dizaines de policiers, certains armés de mitraillettes et fusils d’assaut, ont emmené des employés de bureau et des touristes en dehors de cette zone, remplis d’immeubles de bureaux, de banques, de restaurants et de bars. Le personnel des immeubles à proximité a été invité à rester à l’intérieur.
Alors que la police nettoyait les rues, le personnel des magasins et des restaurants conduisait les clients dans des réserves et des sous-sols. Certains avaient vécu des événements traumatisants similaires en juin 2017, lorsque huit personnes sont mortes dans l’attaque d’un fourgon et d’hommes portant des coups de couteau, commise par trois personnes inspirées par le groupe État islamique. Les assaillants ont écrasé des personnes sur le pont, faisant deux morts, avant de poignarder plusieurs personnes dans le quartier Borough Market, situé à proximité.
Les dirigeants politiques ont exprimé leur sentiment de choc et leur peine lors de l’attaque de vendredi.

יגוע דקירה בגשר לונדון

La police près du pont de Londres après l’attaque
( Photo: AP )
“Nous ne nous laisserons pas intimidés par ceux qui nous menacent”, a déclaré le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn. “Nous devons nous unir et nous nous unirons pour rejeter la haine et la division.”
Les travaillistes et les conservateurs ont suspendu leur campagne dans la ville après l’attaque et le Premier ministre a annulé également les événements politiques de samedi.
Des responsables de la sécurité ont abaissé le niveau de la menace terroriste britannique de “grave” à “substantiel” au début du mois, ce qui signifie qu’une attaque est considérée comme “probable” plutôt que “hautement probable”. L’évaluation a été réalisée par le Centre conjoint d’analyse du terrorisme, un organe d’experts indépendants chargé d’évaluer les services de renseignements, à l’aune des capacités et des intentions des terroristes.
La menace terroriste au Royaume-Uni avait été répertoriée pour la dernière fois comme “substantielle” en août 2014 ; depuis lors, il est resté de stable à «sévère», passant brièvement à «critique» en mai et septembre 2017.
Première publication: 10:01, 30.11.19

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.