Le ton monte entre l’Iran et la France, qualifiée de « responsable » du soulèvement populaire

L’Iran a accusé les services secrets français d’être derrière le soulèvement des femmes, une accusation qui survient après la réception de quatre Iraniennes à l’Élysée ; mais surtout après le choix de l’Iran de soutenir la Russie en Ukraine et de ne pas renouer avec l’accord nucléaire.

Le Président conservateur Ephraïm Raïssi, sous le portrait de l’ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique, le 4 novembre 2022 à Téhéran ©AFP - ATTA KENARE / AFP
Le Président conservateur  Ibrahim Raïssi, sous le portrait de l’ayatollah Khomeiny, fondateur de la République islamique, le 4 novembre 2022 à Téhéran ©AFP – ATTA KENARE / AFP

La France, un « petit Satan »

La France a longtemps été un « petit Satan » pour le fondateur de la République islamique, l’ayatollah Khomeini ; le titre de « Grand Satan » étant bien sûr réservé aux États-Unis. Depuis, il y a eu des hauts et des bas dans la relation entre l’Iran et la France, mais nous sommes de nouveau entrés dans une ère de glaciation.
Hier, les autorités iraniennes ont accusé les services de renseignement français d’être derrière le mouvement de protestation né de la mort en détention de la jeune femme Mahsi Amani. Et la France compte le plus grand nombre de nationaux emprisonnés, sept Français dans les geôles de la République islamique : la plus ancienne est Fariba Adelkhah, anthropologue franco-iranienne détenue depuis 2019, et les plus récents ont été annoncés ce weekend, deux nouveaux détenus -otages devrait-on dire-, dont l’identité n’a pas été révélée.

Il y a évidemment un contexte

Vendredi dernier, Emmanuel Macron recevait à l’Élysée quatre femmes iraniennes -vous les avez entendues dans la matinale lundi- et exprimait haut et fort son soutien au soulèvement des jeunes femmes -et des hommes- d’Iran pour la liberté.
Quelles que soient les raisons pour lesquelles Emmanuel Macron a choisi de s’engager, ce geste fait de la France un bouc émissaire idéal, l’agent étranger, pour expliquer l’ampleur des manifestations, même si personne n’est dupe. Mais l’explication conjoncturelle ne suffit pas.
Le problème tient aussi à l’évolution des rapports entre l’Iran et le monde ces dernières années, et à la place que la France y occupe. En 2015, l’Iran signait avec les États-Unis, les Européens, la Russie et la Chine, l’accord nucléaire qui prévoyait la fin du programme militaire iranien, et la levée des sanctions.
Beaucoup prédisaient alors une ouverture de l’Iran, avec le retour des échanges, du tourisme, des investissements. La population était descendue dans la rue à Téhéran pour célébrer cet accord porteur d’espoir.
Donald Trump a rejeté cet accord en 2018. Les sanctions ont repris, le programme nucléaire iranien aussi. La France a vainement tenté de recoller les morceaux, souvenez-nous du G7 de Biarritz, en 2019, lorsqu’Emmanuel Macron avait tenté d’organiser une rencontre entre Trump et le ministre iranien des affaires étrangères de l’époque, le « réformiste » Javad Zarif.
Ça ne s’était pas fait, mais la France était alors perçue comme un pays amical, malgré des réserves.
Il y a une double évolution : l’élection d’un président conservateur, Ephraim Raïssi en Iran, et le rapprochement de Téhéran avec le camp des contestataires de l’ordre occidental. Aujourd’hui, l’Iran fournit des drones à la Russie et ne s’encombre plus de façade présentable.
Mais dans le même temps, le programme nucléaire s’est poursuivi et, selon les responsables français, le pays approche à grand pas du « seuil nucléaire », c’est-à-dire le moment où il sera en mesure de fabriquer sa bombe. Question de semaines ou de mois, dit-on à Paris.
L’Iran semble avoir fait le choix, jamais clairement exprimé autrement qu’en gagnant du temps, de foncer vers l’arme nucléaire plutôt que d’accepter de renouer avec Washington et les Occidentaux en redonnant vie à l’accord de 2015. L’exemple nord-coréen est là pour montrer qu’on n’attaque pas un pays disposant de l’arme nucléaire, c’est une assurance-vie.
Dans ce contexte, le pouvoir des mollahs réprime sans s’encombrer des protestations occidentales et des sanctions supplémentaires, il en a déjà tellement. Et dans ce contexte, il faut désigner un responsable : en ce moment, la France est le coupable idéal.

Des agents du renseignement français et des terroristes de l’Etat islamique ont été arrêtés lors des récentes émeutes en Iran

Il y a quelques jours, un responsable français a admis que certains de leurs agents sont actuellement détenus en Iran et qu’ils s’emploient à les libérer.

Une telle annonce publique a semé la confusion dans le monde des organisations de renseignement du monde, mais le petit lecteur n’a pas vraiment compris ce qui se cachait derrière une déclaration aussi révélatrice ? Aujourd’hui, le mystère a été résolu.

Le site d’information en ligne arabe – Al-Waqat rapporte que le ministre iranien de l’Intérieur, Ahmed Vahidi, a annoncé que des agents des services de renseignement français et des éléments associés à l’organisation terroriste « ISIS » avaient été arrêtés lors des récentes émeutes dans le pays.

Image

Vahidi a déclaré hier lors de la réunion du gouvernement iranien que « les ennemis de l’Iran ont tenté par ces actions de saper la sécurité et la stabilité et d’arrêter les progrès du pays, mais ces plans ont échoué et les forces de sécurité iraniennes ont empêché d’atteindre ces objectifs malveillants ».

Vahidi a noté que lors des émeutes en Iran, des membres de plusieurs nationalités ont été arrêtés, dont des officiers du renseignement français et des terroristes d’autres nationalités qui ont joué un rôle central dans ces opérations.

 

JForum avec www.radiofrance.fr et Nziv

6 Commentaires

  1. la protestation populaire iranienne a trouvé sa plus marrante expression dans la baffe sur le crane des barbus qui envoie valdinguer le turban au sol

    le courageux jeune sait qu il risque la peine de mort

  2. La France est un pays de ratés, pervers et corrompus, une fausse nation constituée d’amalgame de populations, dont certaines ont finalement compris qu’elles avaient été manipulées et piégées à s’y installer. Bilan des courses: plus de la moitié de la population ne vote pas et donc ce pays est politiquement effondré, et l’effondrement économique suivra.

    Face à un pays putréfié de corruption, Macron est dans la situation de Daladier en 1939, et l’outil favori des politiciens est, dans ce cas, de jeter le pays dans une guerre. Comme la France ne peut aligner au mieux 15.000 hommes et 50 avions de combats, et n’a que 5 jours de stocks de munitions, la guerre sera perdante dès le départ. Malgré-tout, cela définit la politique étrangère de la France, non pas de rester silencieuse comme les circonstances l’imposeraient, mais de chercher une guerre par toutes provocations possibles. Macron aimerait donc bien envoyer 2-3 millions de jeunes glandeurs, shootés au cannabis et addicts au smartphone, au casse-pipe.

    Il est certain qu’en Russie et en Iran, les gens refusent d’aller crever à la guerre, pour les beaux yeux de Poutine ou des ayatollahs, et de tous les corrompus profiteurs, mais dans ces pays à régimes totalitaires les oppositions sont étouffées.

    Dans cette situation, les Juifs vivant en France, ont intérêt à s’organiser pour fuir le plus rapidement possible ce pays de souffrance et de misère. Le Monde est immense. Vos valises sont-elles prêtes?

  3. « Beaucoup prédisaient alors une ouverture de l’Iran, avec le retour des échanges, du tourisme, des investissements. La population était descendue dans la rue à Téhéran pour célébrer cet accord porteur d’espoir.
    Donald Trump a déchiré cet accord, et cet espoir, en 2018.  »

    En effet, c’etait magnifique … ca permettait a l’Iran, tout en peaufinant sa bombe, de continuer a faire de l’Irak, de la Syrie et du Liban des bases avancees, de menacer regulierement Israel de destruction, … Mechant Trump !

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.