Shoah: Un film slovaque raconte comment des évadés ont tenté d’alerter le monde

Rudolph Vrba et Alfréd Wexler se sont échappés d’Auschwitz en emportant des notes minutieuses, mais leurs appels désespérés se sont heurtés à une bureaucratie indifférente

JTA – Sans Rudolph Vrba et Alfréd Wexler, le monde connaîtrait-il aujourd’hui la véritable ampleur des massacres que les nazis ont infligés pendant la Shoah?

Les deux hommes, des Juifs slovaques qui ont échappé à Auschwitz, ont secrètement enregistré des notes fastidieuses, sur des détails du camp de la mort, inconnus du monde extérieur.

Il s’agissait notamment de schémas des chambres à gaz, de l’utilisation par les nazis du produit chimique mortel Zyklon-B, du nombre de prisonniers amenés à la mort chaque jour et du projet de construction d’une nouvelle ligne ferroviaire pour la déportation des Juifs hongrois directement vers le camp. Les informations que les hommes ont fait sortir clandestinement d’Auschwitz ont constitué la base du rapport Vrba-Wetzler – la première fois que la communauté internationale a entendu parler de la plupart de ces horreurs.

Le nouveau film slovaque « The Auschwitz Report », réalisé par Peter Bebjak, met en scène de manière quelque peu maladroite l’évasion de Vrba et Wexler en 1944 et leur tentative de transmettre leur message à un monde extérieur encore largement ignorant de ce qui se passait dans les camps. S’agissant d’un film sur la Shoah, Bebjak passe également un temps considérable (une bonne moitié des 94 minutes) à reconstituer l’enfer du camp lui-même.

Ces premières séquences – des nazis battant un homme à mort, tirant sur la fille d’un père devant lui, empilant des cadavres nus comme de la viande – nous retournent l’estomac d’une manière malheureusement familière, et servent à montrer que le film veut s’aligner sur des frères et sœurs plus brutaux comme « Le Fils de Saul » plutôt que sur des œuvres plus douces comme « La Vie est belle ».

Que vous considériez ces scènes comme un outil nécessaire à la philosophie du « N’oubliez jamais » dépendra probablement du nombre de films sur la Shoah que vous avez déjà vus, et du nombre de films supplémentaires que vous pensez pouvoir tolérer.

Les évadés sont appelés « Freddy » et « Walter » dans le film et sont joués par Noel Czuczor et Peter Ondrejicka.

Dans l’un des choix les plus audacieux (ou peut-être simplement les plus économiques) du film, ces hommes n’ont rien de fondamentalement héroïque ou spécial. Nous en savons autant sur leur passé que sur celui des autres prisonniers, c’est-à-dire aucun, car nous ne les rencontrons qu’à Auschwitz.

Cela permet à Bebjak et à ses co-scénaristes, Tomás Bombik et Jozef Pastéka, d’éviter l’erreur laide mais typique des films sur la Shoah qui consiste à présenter les survivants sous un jour plus favorable que les autres, comme s’ils avaient simplement plus de force de volonté que ceux qui n’ont pas survécu.

Mais cette approche a aussi un inconvénient. Dans « The Auschwitz Report », aucun des prisonniers juifs n’apparaît comme une personne réelle dont la vie a une valeur en dehors de son uniforme rayé. En fait, le seul prisonnier à qui l’on fournit un peu d’histoire personnelle est désigné comme un franciscain. Une fausse scène, dans laquelle l’un des protagonistes s’imagine être pendu aux portes du camp, est censée choquer nos sens, mais les prisonniers sont tellement interchangeables que cela produit l’effet inverse.

Un train de victimes destinées au camp de concentration d’Auschwitz, alignées dans la gare à leur arrivée à Auschwitz. Une photo prise par les nazis au début de la Seconde Guerre mondiale. (Crédit : PHOTO AP/FILE)

Une séquence ininterrompue de 10 minutes, à la toute fin du film, semble finalement répondre aux préoccupations morales des réalisateurs : À savoir, comment convaincre les gens d’un événement tellement choquant qu’il défie toute croyance ?

Après s’être enfuis du camp et avoir passé plusieurs jours à marcher dans les bois, Freddy et Walter atteignent finalement la frontière polono-slovaque (à l’époque où la Première République slovaque était un État « libre » aligné sur les nazis) et, avec l’aide de la résistance slovaque naissante, obtiennent une audience avec un membre britannique de la Croix-Rouge internationale. Seulement, il ne croit pas à leur récit.

Rudolf Vrba parle d’Auschwitz dans ‘The World at War’, 1973 (Crédit : capture d’écran/YouTube)

Le travailleur humanitaire (John Hannah) fait remarquer que les rapports de ses collègues qui ont visité les camps ne mentionnent pas d’escadrons de la mort et que tout ce qu’il a vu indique que les nazis traitent leurs prisonniers avec humanité – un reflet de la tromperie réelle des nazis sur la communauté d’aide internationale.

Il ne s’en sort que lorsqu’il apprend que ses collègues ont eux aussi été assassinés par les nazis. Les hommes juifs lui disent : « Ce n’est pas seulement les Juifs ! », dans l’une des seules lignes de dialogue du film qui mentionne les Juifs.

C’est ici, à l’intersection des appels désespérés et de la bureaucratie indifférente, que nous commençons à comprendre pourquoi la Shoah a pu se poursuivre si longtemps, alors que le monde restait silencieux. Le générique de fin provocateur du film tente de poursuivre sur ce thème ; Bebjak le sous-tend d’un montage audio de dirigeants du monde moderne (y compris, oui, certaines voix américaines familières) débitant des opinions haineuses. Certains d’entre eux se livrent également à un déni de la Shoah et à une appréciation des nazis.

« The Auschwitz Report » n’est pas le premier film de notre époque à tenter d’établir ces liens, et la triste vérité est que certains artistes préoccupés par le fascisme et les nazis peuvent établir ce lien de manière plus convaincante que d’autres. En se concentrant autant sur l’inimaginable cauchemar d’Auschwitz lui-même, et très peu sur le travail des protagonistes qui tentent de convaincre les gens que ces cauchemars sont réels, le film ne parvient pas à nous faire accepter les faits de l’histoire.

Une vue de l’intérieur d’une baraque de prisonniers dans l’ancien camp de la mort nazi d’Auschwitz Birkenau ou Auschwitz II à Oswiecim, en Pologne, le 8 décembre 2019. (Crédit : Markus Schreiber/AP)

Le véritable Vrba est devenu une figure importante du paysage juif après la Shoah, apparaissant dans le film « Shoah » de Claude Lanzmann et restant intensément franc sur ce qu’il considérait comme les manquements moraux de la communauté internationale qui n’a pas agi rapidement sur son rapport.

Bien que le rapport ait contribué à sauver plus de 100 000 Juifs hongrois de la déportation vers Auschwitz, beaucoup d’autres ont péri dans les camps avant que des mesures ne soient finalement prises. « The Auschwitz Report » insiste sur ce point, dans ses descriptions interminables des horreurs du camp. Et pourtant, il est difficile de ne pas avoir l’impression que la véritable histoire de ce film – le fossé psychologique entre ces horreurs et un monde extérieur indifférent – n’a pas encore été racontée.

Par ANDREW LAPIN  fr.timesofisrael.com

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.