Le Plan de Valls contre la dégradation accélérée du “Vivre-Ensemble”.

0
282

Ce que contient le plan Valls contre le racisme et l’antisémitisme

NDLR : … De la “communication”….

Manuel Valls a présenté vendredi un plan de lutte contre le racisme et l'antisémitisme dans un contexte de recrudescence des actes antimusulmans et antisémites.

Le premier ministre Manuel Valls a présenté vendredi son plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme comprenant 40 mesures articulées autour de la justice, d’Internet et de l’éducation.

 
 

L’enveloppe atteint 100 millions d’euros sur trois ans. Manuel Valls a présenté vendredi les grandes lignes de son plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. «Le racisme, l’antisémitisme, la haine des musulmans, des étrangers, l’homophobie augmentent de manière insupportable dans notre pays», a reconnu le premier ministre. «Les Français juifs ne doivent plus avoir peur d’être juifs» et «les Français musulmans ne doivent plus avoir honte d’être musulmans», a-t-il encore martelé. Accompagné de nombreux ministres, le chef du gouvernement a fait pour l’occasion le déplacement à Créteil. En décembre, la ville avait été théâtre d’une violente agression antisémite.

 

● Changer le droit

Si le Parlement suit les propositions du gouvernement, la répression des discours de haine passera du droit de la presse au droit pénal, plus répressif, afin de «simplifier les règles d’enquête et de jugement», comme l’avait déjà annoncé François Hollande. Le racisme et l’antisémitisme deviendraient une «circonstance aggravante» pour tous les crimes et délits. Le gouvernement ouvre aussi la voie à des actions de groupe contre les discriminations et développer «les mesures alternatives et les peines à valeur pédagogique». Chaque année, le bilan des condamnations sera publié et une «enquête annuelle de victimisation» sera menée pour «compléter la connaissance du racisme et de l’antisémitisme».

● La lutte dans le domaine numérique

«La passivité sur Internet, c’est fini», a renchéri Manuel Valls. Le gouvernement veut dans ce domaine obliger les hébergeurs de contenu à «disposer d’une représentation juridique en France».Une unité nationale de lutte contre les contenus illicites va par ailleurs être créée au ministère de l’Intérieur. Le gouvernement compte par ailleurs créer un «e-rappel à la loi» en vue de décourager la récidive.

● L’école

La formation des enseignants sera renforcée, les chefs d’établissements seront incités à signaler les incidents. «À chaque étape de la scolarité, un lieu de mémoire devrait être visité», a ajouté le premier ministre. Dans le domaine sportif, mille ambassadeurs seront identifiés et un numéro vertsera mis en place dans chaque ligue sportive à destination des clubs amateurs.

Les autres champs d’action

La plus grande partie de la somme allouée ira dans une campagne de communication à la mi-2015, suivie au second semestre par une campagne «participative et virale». Et quelque 25 millions d’euros seront consacrés annuellement à des actions locales menées dans le cadre de la politique de la Ville. Ces fonds devraient provenir en partie de la réallocation de certaines enveloppes déjà existantes, selon des sources gouvernementales De «grands parrains», dont des artistes, des sportifs et des intellectuels, pourront bénéficier de l’appui logistique des pouvoirs publics pour conduire des campagnes de sensibilisation. Une instance opérationnelle de lutte contre le racisme et l’antisémitisme sera créée dans chaque département. Enfin, une «labellisation» des associations est également prévue.

Ces annonces interviennent sur fond d’explosion des actes de haine raciste. Au premier trimestre, 226 actes antimusulmans ont été recensés, soit six fois plus que sur la même période de l’an dernier, selon l’Observatoire contre l’islamophobie. Le même sentiment d’insécurité s’installe aussi chez les juifs français. Le nombre d’actes antisémites a doublé l’an dernier par rapport à 2013, sous l’effet notamment d’un «nouvel antisémitisme» dans les quartiers populaires, avec des violences progressant davantage que les injures. L’émigration des Juifs vers Israël a plus que triplé entre 2012 et 2014 depuis la France, devenue l’an dernier pour la première fois le premier pays source de cette «aliyah».

(Avec agences)

  • Par lefigaro.fr
  • Mis à jour
  • Publié

lefigaro.fr

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.