Le médecin virologue qui a découvert le vaccin contre la polio

Il y a 60 ans, un médecin a décidé de ne pas breveter son vaccin pour que toutes les compagnies pharmaceutiques puissent le produire et l’offrir à tous les enfants du monde.
Albert Bruce Sabin est né à Bialystok en 1906
Le médecin juif et virologue, connu pour avoir découvert le vaccin contre la polio, a abandonné l’argent du brevet, ce qui lui permet de se répandre à tout le monde, y compris les pauvres.
Entre 1959-1961 des millions d’enfants des pays de l’Est, d’Asie et d’Europe ont été vaccinés : le vaccin contre la polio a supprimé l’épidémie.
Il a dit :
′′ Beaucoup ont insisté pour breveter le vaccin, mais je ne voulais pas. C’est mon cadeau à tous les enfants du monde « .
Et c’était sa volonté.

Photothèque Ann Ronan / Photo12 via AFP Le Dr Albert Sabin en train d’administrer le vaccin oral contre le virus de la polio à deux enfants, en 1966.
Defense Medias Israel

Albert Sabin, le silence du bienfaiteur

Albert Bruce Sabin. Cet homme de bien qui ne demandait rien a fait davantage pour l’humanité que tant d’hommes agités, au pouvoir considérable.
Il y a des hommes qui font beaucoup de bruit et qui semblent destinés à n’exister qu’en vociférant. Leur gloire, leur notoriété semble liée au nombre de tweets émis chaque jour et par les menaces ou les appels à la révolte qu’ils véhiculent. L’histoire montre à quel point ces hommes-là périssent vite sitôt que d’autres, plus jeunes, commencent à prendre de l’assurance et se décident à faire taire le mâle dominant devenu soudain encombrant.

Au soir de leurs vies, ils peuvent se demander ce qu’ils laissent derrière eux : trop occupés pendant des années à écrire leur légende, ils ont souvent tout simplement oublié de vivre. Et puis il y a ceux qui n’ont pas battu les estrades, ni cherché désespérément à faire parler d’eux à tout prix. Ils n’ont ni tenu de discours délirant, ni mis en scène leur intimité. Ils ont œuvré, artisans laborieux et appliqués à apporter leur pierre au monde des vivants.

La découverte anonyme

Alors que l’on peut à raison se désespérer de la violence et du vide de la pensée lorsqu’on parcourt les réseaux sociaux, voici qu’une publication sur laquelle mes yeux tombent par hasard, retient mon regard. Il s’agit de la photo d’un homme âgé, les cheveux blancs bien peignés, le visage penché vers celui d’un petit enfant. Un grand-père comme il en existait tant, aux allures un peu désuètes, qui ne s’habillait pas comme un jeune homme de 20 ans ni ne cherchait à masquer les rides de son front de savant. Au-dessus de cette photo, une phrase : « Beaucoup ont insisté pour que je brevette le vaccin, mais je n’ai pas voulu. C’est mon cadeau à tous les enfants du monde. »

Je ne sais quelle fut la vie de ce professeur Sabin, ce qu’il y fit d’autre de remarquable ou peut être de coupable. Peu importe en fait. Cette seule décision fait de lui le bienfaiteur d’une multitude.

Cette phrase semble venir du testament de ce noble vieillard. Il s’agit d’Albert Bruce Sabin, né en Pologne en 1906 et mort en 1993. Médecin et chercheur américain, sa découverte la plus remarquable fut le vaccin antipoliomyélitique dans les années 1960. Il a donc refusé de breveter son vaccin, et renoncer ainsi à toute exploitation commerciale par les laboratoires, afin que son bas prix garantisse la diffusion la plus large possible de son traitement. Il n’a pas gagné un sou de ce vaccin et a continué par la suite de vivre de son salaire de professeur. Certes, l’homme n’est pas inconnu : des rues, comme à Paris, portent son nom et son travail est enseigné aux étudiants en médecine, j’imagine. Mais j’ignorais pour ma part jusqu’à son nom, tout en ayant bénéficié comme des milliards d’individus de la protection de son vaccin.

Au service du bien commun

À l’heure où un autre vaccin fait tant couler d’encres, et où les intérêts financiers autour de ces flacons du précieux élixir semblent si élevés qu’ils deviennent indicibles, il me semblait bon de se souvenir qu’il y a encore cinquante ans, sur notre planète, un homme demeuré pour beaucoup anonyme, avait pu prendre une décision ignorée du plus grand nombre. Je ne sais quelle fut la vie de ce professeur Sabin, ce qu’il y fit d’autre de remarquable ou peut être de coupable. Peu importe en fait. Cette seule décision fait de lui le bienfaiteur d’une multitude. Puisse son exemple inspirer savants et politiques, médecins et industriels, et nous-mêmes aussi, dans nos décisions quotidiennes. Afin que la recherche du bien commun prenne l’ascendant sur la poursuite de nos biens si particuliers.

Mgr Benoist de Sinety – Publié le 10/01/21

https://fr.aleteia.org/2021/01/10/albert-sabin-le-silence-du-bienfaiteur/

 

3 Commentaires

  1. La Torah n’est pas brevetée non-plus.
    Pourtant beaucoup parmi les nations se sont enrichies sur son dos, ont même exploité leurs compatriotes, pour finalement tenter d’exterminer ses « vrp », nous autres, les Juifs…
    Le Seigneur fera Droit à Son peuple.

  2. C’est un autre infectiologue et virologue juif américain le Dr Jonas Salk, qui a mis au point le premier vaccin contre la poliomyélite, quelques années avant Albert Sabin. Quand un journaliste a demandé à Salk si il y avait un brevet sur son vaccin, il répondit : « Il n’y a pas de brevet. Pourriez-vous breveter le soleil ? »
    Deux mensh.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.