Le Hezbollah utilise l’Allemagne pour financer le terrorisme

1
307

Le Hezbollah utilise l’Allemagne pour financer le terrorisme et l’achat d’armes

Selon un rapport de l’agence de renseignement de Hambourg datant de 2019, quelque 30 mosquées et centres culturels allemands sont liés au Hezbollah.

Un soutien portant le logo du Hezbollah peint sur son visage pose pour une photo lors du rassemblement marquant le 10e anniversaire de la fin de la guerre de 2006 à Bint Jbeil, dans le sud du Liban, le 13 août 2016. (crédit photo: AZIZ TAHER / REUTERS )
Un partisan portant le logo du Hezbollah peint sur son visage pose pour une photo lors d’un rassemblement marquant le 10e anniversaire de la fin de la guerre de 2006 à Bint Jbeil, dans le sud du Liban, le 13 août 2016. (crédit photo: AZIZ TAHER / REUTERS)

L’organisation terroriste libanaise Hezbollah utilise un centre à Berlin ainsi que dans d’autres endroits en Allemagne pour recruter des membres et collecter des fonds pour le terrorisme et l’achat d’armes, selon un reportage du journal Tagesspiegel basé à Berlin.

Le Tagesspiegel a publié samedi un exposé détaillé sur la manière dont l’organisation terroriste libanaise utilise l’Allemagne pour des activités illicites «visant à générer de l’argent». Ces fonds sont «utilisés pour l’achat d’armes et le financement d’attaques».

Selon l’article, les membres du Hezbollah «utilisent l’Allemagne comme un lieu de trafic de drogue, de trafic de voitures volées et de blanchiment d’argent. Les implications du groupe pour le commerce de la drogue sont bien renseignées. ”

Le rapport indique que «les principales routes du Hezbollah vont maintenant de l’Amérique du Sud à l’Afrique et à l’UE. La cocaïne atteint l’Allemagne principalement par les ports de Rotterdam, d’Anvers et de Hambourg. ”

Dans la capitale berlinoise, “le Hezbollah est également autorisé à diffuser de la propagande ici dans la Reuterstrasse, à recruter de nouveaux membres, à collecter des dons – puis à les envoyer à Beyrouth”, a rapporté Tagesspiegel .

Le Centre islamique Imam Riza, une institution chiite, est situé dans la rue Reuter, dans le quartier berlinois de Neukölln. L’agence de renseignement de Berlin – l’équivalent approximatif du Shin Bet – a révélé dans son rapport de 2019 que 250 membres du Hezbollah vivent dans la capitale. Un total de 1 050 membres et sympathisants du Hezbollah opèrent dans toute l’Allemagne, selon d’autres rapports de renseignement allemands.

Muhamad Abdi et Sebastian Leber, les journalistes du Tagesspiegel qui ont écrit l’article de samedi, ont rapporté que l’islamiste Tevekkül Erol, du centre islamique Imam Riza, avait prêché contre Israël et diffusé la propagande du Hezbollah sur Twitter et Facebook. Erol fait circuler des messages d’incitation à la haine des dirigeants du Hezbollah qui sont célébrés comme «les bons combattants» contre les États-Unis, ont-ils écrit. Il a également publié le logo du Hezbollah qui représente un bras levé tenant un fusil d’assaut AK-47.

Quand Tagesspiegel lui a demandé s’il était membre du Hezbollah, Erol a refusé de commenter.

Le journal berlinois a écrit qu’Erol était rempli de colère alors qu’il réprimandait les «sionistes qui ont tué des frères et sœurs en Palestine avec leurs bombes».

L’islamiste radical s’en prend aux États-Unis et aux musulmans qui osent faire des affaires avec les «sionistes» ou nouer des relations diplomatiques avec Israël, a noté le rapport. Erol a affirmé que ces musulmans qui s’alignent sur les États-Unis et Israël regretteront leurs mauvaises actions.

Il a déclaré: “Ils finiront tous en enfer.”

L’article du Tagesspiegel rapporte qu’Erol propage l’incitation en ligne, y compris les théories du complot antisémite. Dans un exemple éloquent, Erol affirme que les Juifs sont derrière l’organisation terroriste État islamique. Erol dit que le chef de l’État islamique assassiné, Abu Bakr al-Baghdadi, est “juif et qu’il s’appelle en réalité Simon Eliot”.

Montages photoshop dans des publications conspirationnistes, affiliées au Hezbollah (ici : “Le Nouvel Ordre Mondial”)

Le journal a indiqué qu’un deuxième bâtiment situé près du centre islamique, l’Imam Riza, était un lieu de rencontre et de prière pour les partisans du Hezbollah. L’association Al-Irschad est, selon les responsables de la sécurité, un point chaud pour les membres du Hezbollah. Le journal a écrit que des islamistes comme Kassem R., qui s’était engagé sur Facebook à rendre visite au leader du Hezbollah, Hassan Nasrallah, se sont rendus à Al-Irschad. Kassem est un coiffeur qui a publié des photographies de ses deux fils en uniforme de soldat, dont l’un portait une arme à feu.

Selon un rapport de l’agence de renseignement de Hambourg datant de 2019, quelque 30 mosquées et centres culturels allemands sont liés au Hezbollah.

“En Allemagne, il existe actuellement une trentaine d’associations culturelles et de mosquées connues dans lesquelles une clientèle se rencontre régulièrement et qui sont proches du Hezbollah ou de son idéologie”, a écrit l’agence de renseignement.

En août, le Jerusalem Post avait reporté en exclusivité qu’une mosquée du Hezbollah située dans la ville allemande de Münster avait publié sur sa page Facebook une vidéo choquante annonçant qu’elle était fière du terrorisme et de son allégeance au guide suprême de la République islamique d’Iran, Ali Khamenei. Un membre libanais de la mosquée chiite Imam Mahdi Zentrum de Münster a déclaré: «Nous appartenons au parti de Ruhollah [Khomeiny]. Nous avons été accusés d’être des terroristes – nous sommes fiers du terrorisme. ”

En juillet, le Post a annoncé une augmentation du nombre de membres du Hezbollah dans l’État le plus peuplé d’Allemagne, la Rhénanie du Nord-Westphalie, où se trouve Münster. Selon le document de renseignement examiné par le Post, le nombre de membres du Hezbollah est passé de 105 en 2017 à 110 en 2018 en Rhénanie du Nord-Westphalie.

Le régime iranien fournit des fonds et des armes au Hezbollah et l’organisation chiite libanaise est le principal allié stratégique de Téhéran au Moyen-Orient.

Le centre communautaire Al-Mustafa de la ville de Brême, dans le nord de l’Allemagne, est une plaque tournante majeure pour la collecte de fonds en faveur du Hezbollah, selon un rapport de renseignement de la ville de Brême.

Le gouvernement allemand a rejeté les appels visant à interdire la soi-disant branche politique du Hezbollah au pays; la branche militaire a été interdite par l’Allemagne et l’Union européenne en 2013.

jpost.com

1 COMMENT

  1. Il y a longtemps que les graines des nazis germent , elles vont bientôt naître toutes en même temps , mais ce n’est pas qu’en Allemagne , ce sera dans toute l’ Europe !!! La mauvaise herbe ne périra jamais !!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.