« En cette veille de Yom Kippour, le Conseil des droits de l’homme doit se repentir » (ambassadrice israélienne au CDH)

Les délégués assistent à l'ouverture de la principale session annuelle du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies le 24 février 2020 à Genève
AFP PHOTO / Fabrice COFFRINILes délégués assistent à l’ouverture de la principale session annuelle du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies le 24 février 2020 à Genève

« En cette veille de Yom Kippour, le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies (CDH) devrait se repentir pour son parti pris anti-israélien, en abolissant sa pratique annuelle de condamner l’État juif au titre du point 7 de son ordre du jour permanent », a déclaré l’ambassadrice d’Israël auprès de l’ONU à Genève, Meirav Eilon Shahar.

« Mercredi, le peuple juif observera Yom Kippour. Au cours de ce jour, nous réfléchissons à l’année écoulée et je pense qu’il est vital que le Conseil des droits de l’homme en fasse de même », a indiqué l’ambassadrice au lendemain de l’ouverture de la 46e session du Conseil.

Meirav Eilon Shahar a ensuite énuméré les actions du CDH contre Israël en 2021 incluant quatre résolutions condamnant l’État juif, soit plus que celles adoptées contre tout autre pays. Le Conseil a également tenu une session spéciale sur Israël en mai et a voté une cinquième résolution établissant une enquête permanente, la première du genre, contre l’État hébreu, alors qu’aucun autre pays n’est soumis à une telle procédure.

« Rappelons-nous également que cette session extraordinaire a été convoquée tandis qu’Israël était attaqué par le Hamas », a encore dit l’ambassadrice, faisant référence à la guerre de 11 jours qui a opposé Tsahal et l’organisation terroriste en mai.

La Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a également publié quatre rapports sur Israël et 31 communiqués de presse avec le Bureau des procédures spéciales, a poursuivi l’envoyée israélienne. « A ce niveau-là, il ne s’agit plus d’examen minutieux mais bien d’une véritable obsession », a-t-elle martelé.

Meirav Eilon Shahar a en particulier contesté l’initiative du Conseil de débattre des violations présumées des droits humains par Israël lors de chacune des trois sessions qu’il tient annuellement. Un débat qui a toujours lieu sous le point 7 de l’ordre du jour alors que les violations présumées des droits humains de tous les autres pays sont traitées sous le point 4 de l’ordre du jour.

Aucun autre pays n’a de point permanent de l’ordre du jour spécifiquement réservé pour faciliter sa condamnation.

i24NEWS  14 septembre 2021, 22:37

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.