Le chef de l’Aman (service de renseignements intérieurs ) a assumé la responsabilité des événements du 7 octobre et va démissionner – la question est de savoir quand : « Je devrais y aller »

Lors de conversations avec ses collaborateurs, Haliva a admis que depuis le 7 octobre, il avait compris que son ministère était en sursis : « Une fois la guerre terminée, je devrais partir ». La nuit de l’attaque, il a été exclu de la conversation entre les généraux et le chef d’état-major et n’a été informé qu’après celle-ci. Haliva était considéré comme un « canard boiteux » dans l’aile du renseignement et la bataille pour la succession à son poste avait déjà commencé.

Le directeur d’Amman, Aharon Haliva, estime qu’après les événements du 7 octobre, son mandat est en sursis : « Déjà ce matin-là, j’ai compris que c’était fini, a-t-il déclaré à ses associés, une fois la guerre terminée, je devrai partir.  » Maintenant, il ne reste plus qu’à déterminer quand Haliva a l’intention de se retirer dans les faits. Ce sera après qu’Israël aura officiellement annoncé la fin de la guerre, ou peut-être avant si les tirs cessent réellement et que l’armée passe à une méthode d’opération. De toute façon, Haliva est déjà considéré comme un « canard boiteux » dans la division du renseignement et la bataille pour la succession à son poste a déjà commencé. Dans la nuit, entre vendredi et samedi, vers 02h30, le chef d’état-major Herzi Halevi a convoqué  par un appel téléphonique crypté sur la « ligne rouge » de Tsahal avec le chef de la Division des opérations, le général de division Oded Basiuk, et le commandant du commandement sud, le général de division Yaron Finkelman, pour discuter des renseignements émanant des différentes agences de recouvrement du Shin Bet et Amman.

Pour une raison inconnue, il a été décidé que Haliva ne participerait pas à la conversation, qui concerne également son domaine. En même temps, des mises à jour régulières sur les renseignements accumulés sur ce qui se passe à la frontière de la bande de Gaza ont été transmis par divers moyens. Le chef d’état-major adjoint, qui a mené la conversation, a informé Halevi, et ce n’est que plus tard que les autres généraux adjoints, y compris le chef de la division de recherche, le général de division Amit Sa’ar, ont informé Haliva.

Selon les estimations basées sur les renseignements recueillis vers le 7 octobre et la vue de l’entraînement du Hamas près de la barrière frontalière, le scénario le plus grave qui pourrait se produire est l’infiltration de terroristes du Hamas pour mener une seule attaque à la frontière de la bande de Gaza. Mais il avait été convenu que cette probabilité était très faible.

L’AMAN a estimé qu’il s’agissait très probablement d’un entraînement de routine de la branche militaire de l’organisation terroriste, similaire à celui des mois précédant l’attaque. Il s’agissait d’un avertissement stratégique de guerre, et non d’un raid sur un grand nombre d’endroits et non avec l’intention de pénétrer dans un certain nombre de villages. En même temps, il est important de souligner qu’après une conversation entre Halevy, Haliva et Finkelman , le chef du Shin Bet, Ronan Bar, s’est également entretenu avec Halevy sur le contenu des renseignements et a finalement décidé d’envoyer les équipes de « Tequila » à la frontière de la bande de Gaza pour analyser les renseignements qui ont émergé ont contrecarré la possibilité d’une attaque avec une infiltration.

La prochaine fois qu’Haliva sera informé de l’évolution de la situation, ce sera à 06h29, lorsque le plus grand barrage de roquettes jamais lancé depuis la bande de Gaza sera lancé vers l’arrière de l’État d’Israël.

JForum.fr & YNET

La rédaction de JForum, retirera d'office tout commentaire antisémite, raciste, diffamatoire ou injurieux, ou qui contrevient à la morale juive.

S’abonner
Notification pour
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires