Le Royaume-Uni va interdire le BDS dans les « mois suivants », déclare un député conservateur

Le député britannique Robert Jenrick a fait cette déclaration lors de la conférence en ligne de 2021 du Leadership Dialogue Institute sur la gestion des pandémies, l’antisémitisme et la technologie israélienne.

Le député britannique et membre du parti conservateur du Premier ministre Boris Johnson, Robert Jenrick, a annoncé mardi que le gouvernement britannique adopterait une loi interdisant le mouvement de Boycott, Désinvestissements et Sanctions (BDS) au Royaume-Uni.

Jenrick, ancien secrétaire d’État britannique au logement, aux communautés et aux gouvernements locaux, a fait ces commentaires lors de la conférence en ligne du Leadership Dialogue Institute (LDI) 2021 sur la gestion des pandémies, l’antisémitisme et la technologie israélienne.

Au cours d’une conversation intitulée « Pourquoi tant de gens détestent les Juifs ? », modérée par l’ancienne députée travailliste Joan Ryan et mettant en vedette le député du Likoud Avi Dichter, Jenrick a déclaré que « Dans les mois à venir, nous travaillerons à interdire le BDS au Royaume-Uni.  »

« Je pense que le BDS est rejeté ici », a déclaré le député conservateur.

« Il n’y a aucun parti politique au Royaume-Uni qui soutiendrait BDS aujourd’hui et [soutenir BDS] devient beaucoup plus une activité marginale », a-t-il ajouté.

 Le secrétaire d'État britannique au Logement, aux Communautés et aux Gouvernements locaux, Robert Jenrick, se promène devant Downing Street à Londres, en Grande-Bretagne, le 30 septembre 2020 (crédit : REUTERS/HANNAH MCKAY)Le secrétaire d’État britannique au Logement, aux Communautés et aux Gouvernements locaux, Robert Jenrick, se promène devant Downing Street à Londres, en Grande-Bretagne, le 30 septembre 2020 (crédit : REUTERS/HANNAH MCKAY)

Malgré le commentaire de Jenrick selon lequel aucun parti politique au Royaume-Uni ne soutiendrait le BDS aujourd’hui, le Parti travailliste britannique, dirigé par Keir Starmer, a adopté une motion lors de sa conférence annuelle de Brighton en septembre pour définir Israël comme un État d’apartheid et imposer des sanctions contre l’État juif comme un résultat.

La motion exigeait en outre des actions contre « la construction de colonies, renverser toute annexion et mettre fin à l’occupation de la Cisjordanie et au blocus de Gaza ».

Le manifeste du Parti conservateur lors des élections générales de 2019 au Royaume-Uni comprenait un engagement à « interdire aux organismes publics d’imposer leurs propres campagnes de boycott, de désinvestissement ou de sanctions directes ou indirectes contre les pays étrangers ».

En 2020, il a été signalé que le Royaume-Uni prévoyait d’adopter une loi interdisant aux conseils locaux de boycotter des pays dans leurs fonds de pension, après que la Cour suprême a annulé une ordonnance du gouvernement à cet effet.

Le LDI, fondé par l’homme d’affaires et philanthrope judéo-australien Albert Dadon, est un groupe de réflexion diplomatique privé entre l’Australie, le Royaume-Uni et Israël, fondé dans le but de renforcer les liens culturels entre les trois nations.

Un manifestant porte une fusée fumigène lors d’une manifestation pro-Palestine près de l’ambassade d’Israël à Londres, Grande-Bretagne, le 23 mai 2021 (crédit photo : REUTERS/HENRY NICHOLLS)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.