L’avocate BDS condamnée pour diatribe raciste sur Air India

9
3211

Un activiste et avocate du BDS condamnée à six mois de prison

pour diatribes racistes et appels au boycott sur Air India 

 

L’avocate du BDS, Simone O’Broin, a été arrêtée à la suite d’un discours raciste en état d’ivresse sur un vol d’Air India. Photo: Facebook

Une avocate et activiste du groupe BDS qui fait parler d’elle, at été condamnée à six mois de prison par un tribunal britannique jeudi, après avoir été condamnée pour ivresse et agression contre un membre de l’équipage dans la cabine de la classe affaires d’un vol Air India reliant Mumbai à Londres l’année dernière.

Le juge Nicholas Wood a déclaré à l’accusée Simone O’Broin: “L’expérience d’une personne ivre et irrationnelle dans l’enceinte d’un avion est effrayante, notamment lors d’un vol long-courrier et constitue un risque potentiel pour la sécurité.”

Le comportement agressif et perturbateur d’O’Broin n’a pas mis l’avion en danger, mais le juge a ajouté que «pour les malheureux et infortunés passagers et l’équipage , il n’y a pas moyen d’échapper (à cette diatribe) à 30 000 pieds».

Le cauchemar de ce vol d’une durée de 9 heures en novembre 2018 a commencé lorsque le personnel de cabine a refusé de servir davantage d’alcool à O’Broin, alors qu’elle était déjà en état d’ébriété après avoir consommé trois bouteilles de vin rouge de 25 cl pendant la première heure du voyage.

Des témoins oculaires ont rappelé qu’O’Broin s’était remise sur ses pieds et s’était lancée dans un discours très lourd d’accusations, et qu’à un moment donné, elle s’est mise à cracher au visage d’une femme membre de l’équipage.

“Cracher directementau visage d’un membre de l’équipage à bout portant est un acte particulièrement insultant et bouleversant”, a réprimandé le juge Wood à O’Broin. Le tribunal a appris que l’accompagnatrice agressée avait témoigné plus tard : «Depuis 34 ans que je travaille pour Air India, c’est la première fois que je suis traitée de la sorte par une femme. Je me suis sentie réellement abusée. “

Le comportement perturbateur d’O’Broin s’est poursuivi tout au long du vol. À trois reprises, elle a enfreint les règles des passagers en fumant une cigarette dans les toilettes. Après avoir reçu plusieurs avertissements verbaux, elle a été arrêtée à son arrivée à l’aéroport d’Heathrow à Londres.

Tout au long de sa diatribe à bord, O’Broin a souligné ses compétences en tant que « foutue (“fucking”) chef de file du mouvement de boycott [anti-israélien]» et de « F… d’avocate pénale internationale».

«Il suffit que je dise : « boycott de ce “fucking” d’Air India », et c’est fait, plus personne ne prendra Air India!  se vante-t-elle.

Sa colère alimentée par l’alcool a rapidement pris une tournure raciste, car elle a accusé le personnel indien de manquer de gratitude pour son travail en faveur des droits des Palestiniens, et plus généralement des droits de l’homme sur le continent asiatique.

«Je bosse pour vous tous, bandes de “fucking” … Les “fucking”‘ Rohingyas, les “fucking”‘ de toute l’Asie, pour vous, je suis une avocate pénale internationale», s’est déchaînée O’Broin, en faisant référence à la minorité majoritairement musulmane au Myanmar qui a fait face à une tentative de génocide.

«Je ne touche pas d’argent, de cette façon. Mais tu ne veux même pas me donner un verre de vin, c’est bien ça?

S’adressant à ses voisins passagers de la classe affaires, O’Broin a crié : «Je suis avocate spécialiste des droits de l’homme, pour ces enc. de peuple palestiniens et tout le reste d’entre vous, et vous êtes tous assis sur votre fucking c. . ****. “

Le plaidoyer d’O’Broin pour la cause palestinienne comprend plusieurs années passées à travailler pour un groupe de défense des droits palestiniens, le Centre de Ressource Badil, situé dans la ville de Bethléem en Cisjordanie. À la fin des années 2000, O’Broin a rédigé un document de recherche intitulé «Appliquer le droit pénal international au traitement du peuple palestinien par Israël».

Cependant, malgré son souci de la légalité, les écrits de O’Broin révèlent son profond soutien à la violence palestinienne contre Israël – décrite par elle comme une résistance légitime à l’occupation, plutôt que comme du terrorisme.

Dans un article intitulé “Le droit de résister”, O’Broin a qualifié Israël de “régime d’apartheid dans toute la Palestine du Mandat Britannique [qui] est brutal par sa violence et l’humiliation du peuple palestinien”. Elle a également utilisé le mot de “raciste” pour décrire l’état juif.

Dans le même article, elle a invoqué l’occupation nazie de la France comme précédent justifiant le terrorisme palestinien contre les Israéliens. «Tout droit de résistance du peuple palestinien est lié à son droit inaliénable à l’autodétermination», a écrit O’Broin. “Ce serait le même principe sur lequel les forces alliées ont soutenu la résistance dans les pays occupés pendant la Seconde Guerre mondiale, tels que la France.”

O’Broin, qui a été condamnée à verser 500 dollars de dommages et intérêts à l’hotesse qu’elle a agressée en plus de sa peine de prison, n’a pas contesté les accusations portées contre elle.

Son avocat, Mark Kimsey, a déclaré que O’Broin avait “totalement honte de son comportement”.

Kimsey a poursuivi : «Ce n’est pas une femme qui a un problème d’alcool. Ce n’est pas une femme qui a un problème de drogue. Ceci ne fait absolument pas partie de sa personnalité. “

O’Broin a reçu un diagnostic de cancer de la peau du visage en 2000 et a subi de nombreuses biopsies et chirurgies pour ce qui constitue «un problème actif», selon Kimsey. Il a ajouté qu’O’Broin avait reçu des menaces de mort après que les détails de sa conduite à bord du vol Air India avaient été révélés dans les médias.

avatarpar le personnel Algemeiner

algemeiner.com

Adaptation : Marc Brzustowski

9 COMMENTS

  1. Oublions deux minutes cette dingue :


    En 2020, deux astronautes arrivent sur Mars.
    Leur mission est de vérifier s’il y a de l’oxygène sur la planète.
    – Passe-moi la boîte d’allumettes, dit l’un d’eux. Ça permettra de vérifier si l’allumette reste allumée.
    Il prend la boîte, s’apprête à gratter l’allumette, quand tout à coup un Martien apparaît en agitant les bras :
    – Non, Non, Non…il ne faut pas !
    Les deux hommes se regardent, inquiets et disent :
    – Y a-t-il sur Mars, un gaz explosif inconnu ?
    Et là, 50 martiens hystériques arrivent en agitant les bras.
    – Non, Non, Non…il ne faut pas !
    Nos deux astronautes, stoïques, pas du tout impressionnés par la présence de 50 martiens disent :
    – Ça a l’air sérieux ! Que redoutent-ils ? Après tout, on est là pour la science, pour savoir si l’homme peut respirer sur Mars !
    Sur ce, il gratte une allumette qui s’enflamme.
    – Mais enfin, dit-il en s’adressant aux martiens, pourquoi vous vouliez nous empêcher d’allumer une allumette ?
    – Parce qu’aujourd’hui, c’est Chabbat ! ” .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.