La multinationale de Soleimani déstabilise le Moyen-Orient

0
827

L’armée multinationale de Soleimani déstabilise le Moyen-Orient

Le commandant de la Force iranienne Quds est plus qu’un chef militaire, ont déclaré des observateurs israéliens. Actif de la côte libanaise au Yémen, ses activités ont suscité de puissants «anticorps» dans la région.

Il ne se passe pas une semaine sans mentionner le nom du commandant notoire de la force d’élite iranienne à l’étranger, le major-général Qassem Soleimani. Plus récemment, il a été lié à la répression brutale et meurtrière des manifestations en Irak – manifestations qui menacent la stabilité du gouvernement pro-iranien à Bagdad.

Né en 1957 dans un village du sud-est de l’Iran d’une famille pauvre, Soleimani a d’abord travaillé dans la construction pour aider son père à rembourser une dette, selon un profil publié par le Meir Amit Intelligence and Terrorism Information Center de Tel Aviv. Il s’est impliqué dans des activités révolutionnaires contre le régime du Shah iranien en 1976. Soleimani a rejoint le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique d’Iran en 1979, alors que le Corps a établi un commandement régional dans la ville de Kerman, où il a vécu.

Malgré son manque d’expérience militaire, sa personnalité charismatique lui a ouvert des portes et Soleimani a rapidement obtenu des postes de commandement. Ses premières fonctions concernaient la répression des séparatistes kurdes dans l’ouest de l’Iran. Après le déclenchement de la guerre Iran-Irak, il a été envoyé sur le front sud contre l’Irak en 1981 et a gravi les échelons, devenant commandant de division à la fin de la guerre en 1988.

Il est retourné à Kerman en tant que commandant de division pour réprimer une rébellion locale lancée par des séparatistes sunnites baloutches – une mission qu’il a accomplie avec succès, mais les Pasdaran d’Iran concédant de nombreuses victimes. En 1998, le guide suprême iranien Ali Khamenei l’a nommé à la tête de la Force Qods, en remplacement d’Ahmed Vahidi, qui a joué un rôle clé dans l’attaque de 1994 contre le centre AMIA de la communauté juive de Buenos Aires, en tuant 85 personnes et blessant plus de 300. Vahidi a également été lié à l’attentat à la bombe de 1996 contre les tours Khobar en Arabie saoudite, qui a tué 19 soldats américains et blessé quelque 500 personnes, selon le rapport du Meir Amit Center.

Au cours des années suivantes, la Force Quds – une partie du CGRI – s’est développée de façon spectaculaire, car son champ d’activités au Moyen-Orient a augmenté de façon exponentielle. La position de Soleimani a grandi avec les nouveaux pouvoirs de son unité secrète.

Au cours des 16 dernières années, la Force Quds a profité de l’effondrement des États du Moyen-Orient, de l’invasion américaine de l’Irak et des guerres civiles qui ont fait rage au Yémen et en Syrie pour constituer des forces iraniennes par procuration dans toute la région. L’Iran utilise ces forces pour menacer et attaquer les États sunnites arabes et Israël, et pour poursuivre son objectif de devenir une puissance hégémonique.

Au Liban, la Force Quds a constitué la force non étatique la plus puissante au monde : le Hezbollah. L’arsenal du Hezbollah de quelque 130 000 roquettes et missiles est dirigé directement sur les villes israéliennes et les sites stratégiques. Il a plus de puissance de feu que la plupart des armées de l’OTAN.

«L’image complète se rassemble»

“Soleimani dirige la politique étrangère de l’Iran au Moyen-Orient”, a déclaré Doron Itzchakov, un spécialiste de l’Iran au Centre Begin-Sadat d’études stratégiques. “Son statut n’est pas inférieur à celui du ministre iranien des Affaires étrangères [Mohammad] Javad Zarif . “

Soleimani dirige l’activité iranienne dans tous les endroits que le régime considère comme importants pour sa «profondeur stratégique», y compris l’Irak, la Syrie, le Liban et le Yémen, a déclaré Itzchakov. «Son rôle est certainement au-delà du simple fait d’être un chef militaire. Son implication politique est très forte. »

En raison de la structure inhabituelle de l’État iranien (il ne ressemble à aucune structure gouvernementale occidentale), le rôle de Soleimani ne peut pas être décrit en utilisant la terminologie occidentale, a déclaré Itzchakov. “Bien qu’il ne soit pas le commandant des CGR, il est plus fort que le nouveau commandant des CGR, le major-général Hossein Salami, même s’ils ont tous les deux le même grade.”

Le régime iranien s’est d’abord efforcé de diffuser ses principes et son idéologie dans la région, puis a transformé cette vision en ce qu’il appelle «l’axe de résistance», qui comprend l’organisation terroriste du Jihad islamique palestinien à Gaza. «Cela s’est ensuite transformé en« profondeur stratégique ». Dans tous ces domaines, Soleimani a le dessus – plus que toute autre personne sur la scène politique et militaire iranienne », a déclaré Itzchakov.

Avec le ministère iranien des Affaires étrangères chargé des relations avec l’Europe, Soleimani gère les activités de l’Iran au Moyen-Orient, selon un “arrangement non écrit mais clair”, a-t-il déclaré.

Au Moyen-Orient, Soleimani a travaillé dur pour créer une armée multinationale, que Itzchakov a décrite comme étant son projet le plus important. L’armée de Soleimani est composée d’un réseau de milices pro-iraniennes, en grande partie chiites, comme Ansar Allah au Yémen, le Front populaire de mobilisation en Irak, le Hezbollah au Liban et un assortiment de milices en Syrie.

«Il décrit la doctrine de cette armée. Il la relie aux objectifs de l’Iran et du CGRI », a déclaré Itzchakov.

En Iran, les objectifs du CGRI ne correspondent pas toujours à ceux du président iranien Hassan Rouhani et de son camp soit-disant “réformiste”, mais cela n’a pas empêché le CGRI d’avoir le dernier mot sur un large éventail de questions, y compris la sécurité militaire, les affaires économiques et le rôle de l’Iran au Moyen-Orient.

Bien que Soleimani soit vital pour la projection du pouvoir de l’Iran, il tire ce pouvoir directement du Guide suprême, a souligné Itzchakov. «Cela aide à faire la lumière sur la façon dont l’Iran se perçoit par rapport à Israël. Le Guide suprême confère une légitimité au CGRI et, à son tour, les Pasdaran agissent comme son pilier. Quand on voit d’où vient le pouvoir central de Soleimani – le Guide suprême – et que l’on analyse les déclarations de Khamenei sur la destruction d’Israël, l’image complète se rassemble. »

Selon cette image, Soleimani tire son statut et son autorité de l’idéologie de Khamenei, qu’il traduit ensuite en étapes sur le terrain. «Le tableau d’ensemble est que Soleimani tire beaucoup de pouvoir du Guide suprême, qui soutient ses opérations en dehors des frontières de l’Iran.»

Et ces opérations ne font que croître. La Force Quds a été créée en 1990 pour la mission déclarée d ‘«exporter» la révolution iranienne à l’étranger et s’est, depuis, transformée en la première force d’élite terroriste iranienne.

Une prestigieuse force terroriste à l’étranger

Il a été à l’origine d’une série d’attaques contre des atouts américains, Israël et des États arabes pro-occidentaux, utilisant la guerre par procuration pour atteindre ses objectifs, afin de couvrir les traces de l’Iran et de cacher son implication directe.

Selon le Meir Amit Center, la Force Quds comprend une série de quartiers généraux de département, de centres de commandement spéciaux et d’administrations régionales divisés selon les emplacements géographiques.

«La Force jouit de beaucoup de prestige au sein de la direction iranienne, a accès à de nombreuses ressources et influence les décisions stratégiques de sécurité iraniennes, y compris sur les questions étrangères sensibles qui touchent aux activités de l’Iran en Iran, en Irak, en Syrie, au Liban, en Afghanistan et dans la bande de Gaza », a déclaré le Centre dans un rapport.

En 2007, le Trésor américain a désigné la Force Quds comme une entité terroriste. En 2011, Washington a sanctionné cinq Iraniens, dont Soleimani, de la Force Quds, liés à un complot visant à assassiner l’ambassadeur saoudien aux États-Unis. Cette année, le Département d’État américain a décidé de désigner l’ensemble du CGRI comme organisation terroriste étrangère.

“Il reçoit en effet le soutien du Guide suprême et, ces dernières années, il a également obtenu un soutien populaire”, a déclaré à JNS le (Col. Ret.) Reuven Erlich, chef du Meir Amit Center. «Il consolide en fait son pouvoir en élargissant l’influence iranienne, en menant des subterfuges, du terrorisme et en activant divers mandataires.»

 «Le bras long du régime iranien pour entretenir le subterfuge»

Erlich décrit Soleimani comme étant «très efficace et actif. L’étendue de ses activités traverse la zone du littoral méditerranéen libanais au Yémen. Il a un large champ d’activité, qu’il maîtrise bien. Il est le bras long du régime iranien pour entretenir le subterfuge au Moyen-Orient. »

Dans le même temps, le projet de Soleimani est la cible des mêmes États qu’il est censé attaquer: les puissances arabes sunnites et Israël.

Au cours des deux dernières années seulement, Israël a lancé des centaines de frappes sur des sites iraniens en Syrie, notamment des usines d’armes, des expéditions de missiles et des escouades terroristes. Cela a empêché la Force Qods de réaliser l’essentiel de sa vision de la construction d’un deuxième Hezbollah en Syrie.

“Quand on mène une guerre via un groupe supplétif et que l’on construit des avant-postes dans toutes sortes de domaines, cela suscite des anticorps“, a expliqué Erlich. «Nous voyons ces anticorps être libérés par Israël, l’Arabie saoudite et des éléments internes iraniens. Le projet de Soleimani est grand, et il a eu ses succès, mais il a aussi absorbé des coups, de temps en temps. Ce n’est pas une situation noire ou blanche. »

Alors que Soleimani est probablement satisfait des résultats de son sombre projet jusqu’à présent, il cherche à aller beaucoup plus loin, a expliqué Erlich. “Il a levé de nombreux séides qu’il peut désormais activer”, a-t-il ajouté.

De tous, le Hezbollah est le plus efficace et le plus largement consolidé.

Erlich déclare : «Le Hezbollah doit être maintenu par des armes et de l’argent, mais pas plus. Dans d’autres États, les supplétifs de Soleimani rencontrent des anticorps qui nécessitent constamment un traitement. »

 par  Yaakov Lappin
 Publié le  10-10-2019 08:09

Modifié le: 10-10-2019 12:56

Adaptation : Marc Brzustowski

Reproduit d’un article sur JNS.org.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.