Porte-parole du Kremlin : Nous avons perdu beaucoup de soldats, c’est une énorme tragédie.

Dans une interview accordée à Sky News, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a confirmé les informations faisant état de milliers de soldats russes tués en Ukraine : « Nos forces ont des pertes importantes, c’est une énorme tragédie pour nous ». Ce soir, les membres de l’ONU ont voté en faveur de la suspension de la Russie du Conseil des droits de l’homme. Israël l’a également soutenu.

Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a été interviewé ce soir (jeudi) par Sky News et, dans une rare déclaration, a admis que l’armée russe avait subi de lourdes pertes sur le champ de bataille. Dans une interview, on a demandé à Pskov si la guerre en Ukraine constituait une « humiliation » pour Moscou – parce que le président russe Vladimir Poutine n’a pas réussi à occuper Kiev et à remplacer le régime ukrainien, et des milliers de soldats russes ont été tués jusqu’à présent dans la guerre. En réponse à cette question, Peskov a déclaré qu’il s’agissait d’un « malentendu » de la situation sur le terrain, mais lorsqu’on lui a demandé si la Russie avait effectivement perdu des milliers de soldats pendant la guerre, le porte-parole du Kremlin a répondu : « Oui, nos forces ont des pertes importantes et c’est une immense tragédie pour nous. »
Peskov n’a pas précisé le nombre de soldats russes tués en Ukraine. Le Kremlin met rarement à jour le nombre de morts pendant la guerre et, dans la dernière mise à jour, il fait état de 1 351 soldats russes tués. Le nombre exact de morts est inconnu, mais on estime aux États-Unis et à l’OTAN que le nombre de victimes russes varie de 7 000 à 15 000.

Se référant au choc mondial des images provenant de la ville de Bocha dans la banlieue de Kiev, Peskov a réitéré la position du Kremlin selon laquelle les images étaient « fabriquées et fausses » – et qu’il s’agissait d’une provocation du gouvernement ukrainien. Lorsqu’on lui a demandé s’il comprenait « à quel point cela semble grotesque », Peskov a répondu: « C’est clairement un faux. Nous en parlons depuis quelques jours mais personne ne nous écoute. » L’Ukraine a signalé qu’après le retrait des forces russes de Bocha, des centaines de corps de civils ont été découverts dans ses rues, qui, selon elle, ont été assassinés pendant l’occupation russe.
La Russie affirme que les Ukrainiens ont délibérément dispersé des corps dans les rues de Bocha après le retrait de l’armée russe fin mars, « manipulant » ainsi les scènes du massacre, dans le cadre de sa tentative d’accuser les Russes de crimes de guerre. Dans l’ombre des affirmations des Russes, le New York Times a publié cette semaine des photos satellites, montrant les corps des assassinés gisant dans les rues dès le milieu du mois dernier, alors que la ville était sous occupation russe. La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré hier que les images horribles des corps dans la ville étaient « fausses » – et visaient à justifier l’imposition de nouvelles sanctions à Moscou et le sabotage des pourparlers de cessez-le-feu.

Le président ukrainien Volodymyr Zalansky a averti cette semaine que de nouvelles atrocités sont attendues dans les villes et villages qui ont été libérés des Russes et n’ont pas encore été scannés, en particulier à Borodynka – une banlieue de Kiev à environ 25 kilomètres à l’ouest de Bocha. Mardi, des images des énormes destructions laissées après la libération de l’occupation russe, ainsi que des cadavres, avaient déjà été publiées en provenance de cette ville, bien que l’on ne sache pas comment ces civils ont été tués.
La procureure générale ukrainienne, Irina Wendiktova, a déclaré ce soir que 26 corps avaient été retrouvés dans les décombres de deux bâtiments à Borodianka, lors de perquisitions menées par l’armée ukrainienne. Elle a accusé les forces russes pour les frappes aériennes dans la ville, avant de la capturer, mais n’a pas précisé les circonstances de la mort des victimes. Cette semaine, un plaignant a indiqué que parmi les villages libérés dans la région de Kiev, la situation à Borodianka est la plus difficile.

Ce soir, un coup diplomatique a été porté à la Russie, l’Assemblée générale de l’ONU a décidé de suspendre la Russie du Conseil des droits de l’homme, suite à des « violations flagrantes et systématiques » des droits de l’homme en Ukraine.93 pays – dont Israël – ont voté en faveur de cette mesure symbolique, 24 pays s’y sont opposés et 58 pays se sont abstenus Moscou a réagi aux résultats du vote à l’Assemblée générale, affirmant que la décision de la suspendre était « illégale » et politiquement biaisée.

Pour suspendre la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont 47 pays sont membres, une majorité des deux tiers était nécessaire pour voter à l’Assemblée générale. Les pays qui s’abstiennent ne sont pas inclus dans le calcul. En 2011, l’Assemblée générale a décidé de suspendre la Libye, suite à la répression des manifestations des forces de sécurité contre le dirigeant de l’époque, Mouammar Kadhafi.
Les États-Unis ont salué la proposition de suspendre la Russie du conseil. Le secrétaire d’État Anthony Blinken a déclaré ce soir que de plus en plus d’informations faisant état de viols, de tortures et de meurtres étaient reçues par les forces russes en Ukraine. Blinken a fait ces remarques à Bruxelles, où se tenait une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN.
A Bruxelles se trouve également le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitri Kolba, qui s’est félicité ce soir des résultats du vote. « Les criminels de guerre n’ont pas leur place dans les organes de l’ONU conçus pour protéger les droits de l’homme. Je suis reconnaissant à tous les États membres qui ont soutenu la décision et choisi le bon côté de l’histoire », a ajouté Kolba.
Le ministre des Affaires étrangères, Yair Lapid, a déclaré ce soir : « Le vote d’aujourd’hui ne change pas notre position sur le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui est un organe extrémiste, moralement défectueux, biaisé et anti-israélien qui a été exploité depuis sa création par les principaux pays violant les droits de l’homme. dans le monde comme un outil politique. Entre autres, pour attaquer Israël.  » Début mars, Israël a voté à l’Assemblée générale en faveur de la condamnation de la Russie suite à l’invasion.
Lors d’une réunion à Bruxelles, Kolba a évoqué la grande offensive prévue par la Russie dans la région du Donbass, dans l’est de l’Ukraine. Les troupes de Vladimir Poutine se sont retirées de la banlieue de Kiev et d’autres régions ukrainiennes pour se redéployer et intensifier leurs attaques contre le Donbass – une région dominée principalement par des insurgés pro-russes recevant l’aide de Moscou. Kolba a déclaré que la bataille du Donbass rappellerait la situation de la Seconde Guerre mondiale et comprendrait des milliers de chars, d’avions et de véhicules blindés. Sois-vous nous aidez maintenant – je parle de jours, pas de semaines -, soit votre aide arrivera trop tard et beaucoup de gens mourront « , a déclaré Kolba aux ministres des Affaires étrangères de l’alliance militaire. L’Ukraine, si je me souviens bien, n’en fait pas partie.
« Mon programme est très simple – des armes, des armes et encore des armes », a souligné Kolba. « Plus nous aurons d’armes, et plus tôt ils arriveront en Ukraine, plus nous sauverons de personnes. » Il a averti que le massacre dans la ville de Bocha « n’était que la partie émergée de l’iceberg », il fallait donc trouver un moyen de mettre fin à la guerre afin qu’il n’y ait plus d’atrocités. Selon lui, par rapport à Bocha, la situation dans la ville de Marioupol – qui est assiégée par la Russie depuis de nombreuses semaines – est « bien pire ».
Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré ce soir que les alliés avaient accepté d’augmenter l’aide militaire à l’Ukraine et lui transféreraient une variété de systèmes d’armes – mais n’a pas précisé de quel type. Le général américain Mark Millie, chef d’état-major de l’armée américaine, a déclaré plus tard que les États-Unis et leurs alliés remettraient à l’Ukraine 25 000 systèmes antiaériens – y compris des missiles Stringer – et 60 000 systèmes antichars.
Les membres de l’OTAN, sont peu disposés à prendre une part active à la guerre avec la Russie, ont refusé d’envoyer des troupes sur le sol ukrainien ou de fermer son espace aérien. Hier, un haut responsable américain a signalé qu’une force ukrainienne limitée se trouvait aux États-Unis pour suivre une formation concernant l’utilisation de drones avancés.
Stoltenberg a averti que la guerre en Ukraine pourrait durer des mois – voire des années – et que le monde devrait s’y préparer. Il a déclaré que les États-Unis étaient « disposés à faire plus » pour fournir à Kiev davantage d’équipements militaires.
Dans le même temps, l’Ukraine continue d’appeler le monde à durcir les sanctions contre Moscou – l’obligeant ainsi à mettre fin à la guerre. Dans un discours au parlement grec, le président ukrainien Volodymyr Zalansky a déclaré que les pays devaient cesser d’acheter du pétrole à la Russie et couper les banques russes du système financier mondial.
Dans son dernier discours à la nation, Zalansky a déclaré que l’armée russe se renforçait avant une nouvelle attaque contre le Donbass. « Nous nous battrons et ne reculerons pas », a promis Zalansky, « nous utiliserons toutes les options qui s’offrent à nous pour nous défendre jusqu’à ce que la Russie commence à rechercher sérieusement la paix. C’est notre pays. C’est notre avenir. Et nous n’y renoncerons pas. . » La vice-première ministre ukrainienne, Irina Varshchuk, a réitéré que les habitants du Donbass sont priés de se dépêcher et d’évacuer vers l’ouest, car lorsque l’offensive russe commencera, le gouvernement de Kiev ne pourra pas les aider.

En raison de la crainte d’attaques graves à Donetsk et Luhansk – les deux districts qui composent le Donbass – également dans la ville de Dnipro, qui se trouve dans la région de Dnipropetrovsk près de Lougansk, les habitants ont été invités aujourd’hui à évacuer. Le quatrième maire d’Ukraine a appelé les femmes, les enfants et les personnes âgées à quitter la ville par crainte d’une offensive russe généralisée dans l’est de l’Ukraine. « La situation dans le Donbass se réchauffe progressivement, et nous comprenons qu’avril sera assez intense », a déclaré le maire Boris Piltov. « Quiconque le peut, comme je l’ai déjà dit, devrait partir. Cela inclut les femmes, les enfants, les personnes âgées et ceux qui ne participent pas directement à l’activité économique. » Contrairement aux villes au sud et à l’est du Dnipro, la ville n’a pas encore eu de batailles importantes et d’attaques étendues.

Dans le contexte du choc mondial provoqué par le massacre de Bocha – que la Russie nie avoir commis – le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a évoqué aujourd’hui les difficultés rencontrées dans les contacts de cessez-le-feu. Lavrov a déclaré que Kiev avait présenté à Moscou un projet d’accord dans lequel il y avait des conditions « inacceptables », et a accusé l’Ukraine de tergiverser dans les pourparlers. Mikhail Podolyak de la délégation ukrainienne a nié les allégations de Lavrov, affirmant que le ministre russe des Affaires étrangères ne participait pas activement aux négociations – et que ses déclarations étaient uniquement à des fins de propagande. Podoliac a déclaré que Moscou souhaitait détourner l’attention des atrocités commises à Bocha. « C’est ainsi que de telles déclarations doivent être traitées », a-t-il déclaré à propos de Lavrov.

Des soldats ukrainiens ont été surpris en train d’abattre un Russe capturé

Ces derniers jours, l’Ukraine et la Russie se sont mutuellement accusées d’avoir abusé des soldats capturés pendant la guerre. Cette semaine, Kiev a affirmé que le traitement infligé aux soldats capturés par les Russes était contraire à la Convention de Genève, et aujourd’hui la Commission d’enquête en Russie a annoncé qu’elle avait ouvert une enquête suite au « traitement inhumain » des prisonniers de guerre russes. Moscou a déclaré que la raison de l’interrogatoire était le témoignage d’un soldat russe qui avait été retenu captif pendant 29 jours.
Lundi, une vidéo a été publiée sur Internet documentant l’exécution d’un soldat russe qui avait été fait prisonnier, dans un village à l’ouest de Kiev – une zone dont les forces russes s’étaient récemment retirées. Hier, le New York Times a statué que la vidéo était vérifiée. Dans la vidéo, des soldats ukrainiens tirent pour abattre un prisonnier de guerre russe, accompagné de soldats russes déjà tués. Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitry Kolba, a déclaré que son pays enquêterait sur l’affaire. Il a noté que l’armée ukrainienne ne viole pas le droit international de la guerre, mais qu’il peut y avoir des « violations individuelles » des règles.
Interrogé par un correspondant de la BBC, Kolba a déclaré : « Vous ne comprenez pas ce que cela fait de voir les photos de Bocha, de parler à des personnes qui ont fui et de savoir que quelqu’un que vous connaissez a été violé plusieurs jours de suite. Vous ne savez pas ce que l’on ressent lorsque des soldats russes violent des enfants. Ce n’est pas une excuse « Pour ceux qui violent les lois de la guerre de l’autre côté, mais il y a des choses que vous ne pouvez tout simplement pas comprendre, je suis désolé. »

JForum – Ynet

4 Commentaires

  1. Le satrape mafieux de Moscou bénéficiait de beaucoup de sympathie et d’indulgence de la part de. madame Le Pen ( celle qui veut interdire l’abattage rituel et la kippa) il faudra se souvenir de cela au moment de voter

  2. Un gachis qui aurait pu être évité .
    Rien qu’à voir ceux qui dirigent l’Europe et les E.U on a tout compris .
    Balayons devant notre porte avant de critiquer les autres .
    Et la liste est longue .

    Un seul exemple :
    la France est elle étrangère au génocide des Tutsi au Rwanda ?
    On parle de 800 000 à un million de morts .

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.