La Russie expulse les milices pro-iraniennes du port de Tartous

1
3051

La Russie a un message inattendu pour l’Iran sur la Syrie

Opinion: La lutte pour le contrôle des avoirs stratégiques en Syrie s’est intensifiée après que la Russie a expulsé les milices pro-iraniennes du port de Tartous, en prévision du sommet russo-américain-israélien sur l’avenir de la Syrie et de la reconnaissance du régime par les Etats-Unis et Israël, à condition que la Russie restreigne l’activité iranienne dans le pays

Il y a un an, lors de la visite du ministre iranien Amir Hatami en Syrie, les deux pays ont signé un accord de coopération militaire. Dans le cadre de cet accord, la Syrie a autorisé l’Iran à acquérir un contrat pluriannuel pour la gestion de l’un des quais de l’installation de Tartus. La Russie a toutefois opposé son veto à cet accord.

Installation navale de tartous

Installation navale de Tartous

 

Récemment, l’Iran a tenté de mettre en œuvre l’accord conclu avec le gouvernement syrien et a stationné des milices chiites dans le port, afin de pouvoir approvisionner les forces iraniennes en Méditerranée.

Par le passé, l’Iran a tenté de convaincre la Russie de coopérer avec elle dans le port de Lattaquié, qui est géré par la marine russe. Les Russes ont catégoriquement refusé.

Le récent conflit russo-iranien autour du port de Tartous est un nouvel épisode d’une série d’affrontements entre les deux pays sur le contrôle d’actifs stratégiques, économiques et politiques en Syrie.

Le dernier épisode survient juste avant que les responsables de la sécurité nationale de Russie, des États-Unis et d’Israël se réunissent ce mois-ci en Israël, comme l’avait annoncé le Premier ministre Benjamin Netanyahu il y a deux semaines.

 

Le président Poutine s'exprimant devant les troupes russes près de Lattaquié

Le président Poutine s’exprimant devant les troupes russes près de Lattaquié

 

Le quotidien arabe international Asharq al-Awsat (“Le Moyen-Orient”) basé à Londres a cité cette semaine des “sources occidentales” rapportant l’accord conclu entre les trois conseillers à la sécurité nationale – le russe Nikolay Patrushev, l’Américain John Bolton et Meir Ben-Shabbat d’Israël – concernant l’avenir de la Syrie.

Selon l’accord, Israël et les États-Unis s’engageront à reconnaître la légitimité du régime d’Assad. Les États-Unis devraient supprimer certaines des sanctions économiques imposées à la Russie et, en retour, celle-ci devrait limiter les activités iraniennes en Syrie.

Le sommet a été prévu lors de la visite de Netanyahu à Moscou avant les élections d’avril.

Le président Poutine et le dirigeant israélien ont convenu de créer un atelier régional. Le sommet à venir est la première phase du projet.

Entre-temps, l’attitude du Hezbollah à l’égard des pourparlers régionaux menés par l’envoyé américain John Satterfield en vue de déterminer la frontière maritime internationale entre Israël et le Liban, a changé.

Jusqu’à il y a deux semaines, tous les compromis proposés par les Américains étaient contrecarrés par le groupe terroriste chiite.

Manifestation de la journée Al-Quds (Jérusalem) à Téhéran

Manifestation de la journée Al-Quds (Jérusalem) à Téhéran

 

Cependant, le Hezbollah a, depuis, posé une nouvelle condition pour la reprise des négociations : l’inclusion d’un délégué de la FINUL. Israël a accepté. Des sources israéliennes disent que le Hezbollah a laissé les pourparlers se poursuivre à cause de la grave crise économique dans laquelle se trouvent le gouvernement libanais et le Hezbollah.

Les Iraniens ont coupé 50% de leur aide financière au Hezbollah pour 2019, et des sources de renseignements occidentales ont déclaré que l’Iran avait averti l’organisation que les réductions seraient encore plus profondes en 2020.

En conséquence, le Hezbollah a été contraint de procéder à des coupes budgétaires dans toutes ses activités – qui ne sont pas directement liées à la préparation de ses forces au combat. Les salaires des combattants ont été réduits, les indemnités versées aux familles de ses blessés ou de ses morts ont été réduites et les sommes versées aux chrétiens et aux musulmans sunnites travaillant pour le Hezbollah ont été annulées.

 

Le gouvernement libanais mise sur l’exploitation des gisements de gaz maritime en face des côtes libanaises pour sortir le pays de ses problèmes financiers et le Hezbollah espère qu’un accord permettra l’extraction du gaz dans les meilleurs délais.

Israël estime que l’accent mis par le gouvernement iranien sur les événements du Jour de Jérusalem et la rhétorique enflammée de Nasrallah ont pour objectif de renforcer le moral de leur peuple face à la misère économique.

Alex Fishman | Publié: 06.04.19, 23:15

ynetnews.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.