La grande mosquée qui exacerbe l’affrontement entre Macron et Erdogan et dévoile les révélations antisémites

Le Conseil de Strasbourg a pris des décisions qui ont agité les combattants de l’antisémitisme en France: l’une, le report de l’adoption de la définition internationale de l’antisémitisme, et l’autre – la participation financière à la construction de la Grande Mosquée en Europe

FranceFrance Le président français Emmanuel Macron (Photo: Reuters)

Les décisions prises par le Conseil de Strasbourg provoquent l’indignation des combattants contre l’antisémitisme et l’extrémisme islamique dans le pays. Premièrement, le Conseil a rejeté une proposition visant à adopter la définition internationale de l’antisémitisme, telle que formulée par le groupe de travail international sur le sujet et adoptée par la plupart des pays du centre de l’Ouest et leurs institutions, y compris le Parlement français et des villes comme Paris et gentil. Suite à cela, le maire Jean Bersgian du Parti Vert a reçu des protestations et des condamnations, notamment de la part de l’ambassade d’Israël en France.

Et comme si cela ne suffisait pas, lors de cette même réunion, le conseil municipal a approuvé le principe de la participation financière à l’établissement dans la ville de la Grande Mosquée en Europe, Job Sultan, initiée par l’organisation Milli Gurus, une branche islamique en Europe de Le président turc Recep Tayyip Erdogan.

L’organisation pro-turque fait partie de celles qui n’ont pas signé le traité de loyauté aux lois de la République, ce qui a provoqué une réaction de colère de l’administration et une réprimande du président Emanuel Macron.

Il a déclaré que, selon les informations en sa possession, la Turquie avait l’intention d’intervenir dans les prochaines élections en France et en Allemagne, par la propagande et le recours à la pression des communautés turques.

Erdogan Recep Tayyip (Photo: Reuters)

Erdogan Recep Tayyip (Photo: Reuters)Erdogan Recep Tayyip (Photo: Reuters)

La France est dans une confrontation frontale avec la Turquie depuis qu’Erdogan a qualifié Macron d’insultant, encourageant ainsi les actes terroristes islamistes. La France a également décidé de faire face à l’agression et à la démonstration de la force militaire turque en Méditerranée contre la Grèce et à Chypre, et à son implication par le biais de mercenaires et de navires dans la guerre civile en Libye.

Macron a signé une alliance de défense avec la Grèce et a envoyé ses navires pour démontrer leur puissance contre la marine turque en Méditerranée et pour des manœuvres conjointes avec Israël, la Grèce et Chypre. Le sommet de l’UE de ce week-end a discuté d’éventuelles sanctions contre la Turquie, mais en vain.

Gideon Kotz, Paris 30/03/2021 06:00

1 COMMENTAIRE

  1. Attention le maire n’rst pas Jean Barseghian mais c’est la maire Jeanne Barseghian une arménienne parachutée et totalement étrangère à STRASBOURG
    Et ce qui n’arrange pas les codes c’est une verte islamiste et anti israélienne lire antijuive qui n’a pas digéré la défaite de son pays l’Arménie battue par l’Azerbqidjian qui a acheté depuis 15 ans des armées à Israël
    Elle se venge sur la communauté française juive. installée à Strasbourg depuis des siècles à la différence de cette arménienne qui est la responsable du rejet de l’IHRA
    par vengeance

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.