Iraq's players acknowledge their fans after their international friendly soccer match against Syria at Baghdad's Shaab stadium March 26, 2013. Iraq will be allowed to play friendly matches at home again following approval from soccer's world governing body FIFA on Thursday. Iraq were banned from playing all games at home for security reasons after losing a World Cup qualifier 2-0 to Jordan at the Franso Hariri Stadium in Arbil in September 2011. The reprieve does not apply to World Cup qualifiers for which Iraq use Doha as their home base. REUTERS/Thaier al-Sudani (IRAQ - Tags: SPORT SOCCER)

La Fédération internationale de football (Fifa) a autorisé ce vendredi 16 mars la reprise des matches officiels en Irak, où ils étaient interdits depuis les années 1990 pour raisons de sécurité.

« Nous allons permettre que des matches internationaux de la Fifa soient disputés » dans les villes de Erbil, Bassora et Kerbala, a déclaré lors d’une conférence de presse le président de la Fifa, Gianni Infantino, à l’issue d’une réunion du conseil de l’organisme à Bogota.

Dans ces trois villes, il était seulement permis, depuis l’an dernier, d’organiser des matches amicaux, sous réserve que la situation en termes de sécurité reste « stable ». A partir du 21 mars, l’Irak accueillera ainsi le Qatar et la Syrie pour un tournoi amical à Bassora.

« La Fifa donne son feu vert (à la reprise des matches officiels, NDLR), mais l’organisateur du championnat doit prendre la décision » de disputer ou non les rencontres, a précisé Infantino.

Pas encore de feu vert pour Bagdad

L’organisme n’accepte pas « encore » la requête des autorités irakiennes d’organiser des matches à Bagdad, mais le président de la Fifa a promis de continuer à étudier la demande.

Depuis des années, l’Irak construit des stades et multiplie les appels du pied aux vedettes et instances dirigeantes du football pour tenter de revenir dans le jeu.

Guerres à répétition, embargo puis invasion sous le régime de Saddam Hussein, violences confessionnelles et attaques jihadistes par la suite: la situation sécuritaire de l’Irak ces dernières décennies les avait poussé à interdire toute rencontre officielle dans le pays, forçant l’équipe nationale et les clubs irakiens à s’exiler.

En 2012, la Fifa avait bien levé sa sanction. Mais dès le premier match international organisé -Irak-Jordanie à Erbil, au Kurdistan-, une coupure d’électricité l’avait forcée à rétro-pédaler.

IRAK –

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.