La difficile bataille de Lieberman, “Yisrael Beitenou” fait peau neuve

0
118

Former defense minister and Yisrael Beitenu chairman Avigdor Liberman at the Tel Aviv launch of his party’s election campaign, January 20, 2019 i24NEWS

Le parlementaire israélien Avigdor Lieberman dresse – comme toujours discrètement – la liste des candidats de son parti Yisrael Beitenou pour les prochaines élections du 9 avril prochain.

Dans un parti unique comme Yisrael Beitenou, qui signifie en français “Israël est notre maison”, les noms qui figurent sur la liste n’ont généralement pas beaucoup d’importance pour Lieberman.

Les membres de la Knesset (Parlement) appartenant à ce parti laïc de droite ont, par le passé, disparu sachant qu’ Yisrael Beitenou était le parti de “Liberman et de tous les autres”.

Cette approche ne fonctionnera plus, après les récents sondages qui montrent que la représentation de Yisrael Beitenou passe à seulement 4 ou 5 sièges, dépassant à peine le seuil électoral désigné pour la survie d’un parti.

Avant que les autres partis, principalement ceux du camp de centre-droit, ne se joignent aux 12-13 sièges habituellement occupés par le parti majoritairement russophone de Liberman, il doit envisager de procéder à des changements stratégiques majeurs pour s’adapter à la scène politique dynamique à laquelle il est confronté.

Malheureusement pour Lieberman, la réduction du nombre de sièges n’est pas le seul défi à relever.

i24news Israeli right-wing party Yisrael Beiteinu is planning to publicly display copies of the special issue printed by French satirical magazine Charlie Hebdoi24news

Le fait que la quasi-majorité des militants qui soutiennennt traditionnellement Yisrael Beitenou soient plutôt âgés et russophones n’était pas le projet initial de Lieberman lorsqu’il a formé le parti en 1999. Au contraire, il avait l’espoir qu’il devienne le “parti de tout Israélien”.

Son objectif était finalement d’obtenir un soutien important de la part des jeunes de droite, parlant l’hébreu, et d’utiliser ensuite sa base diversifiée comme un tremplin pour accéder à la fonction de Premier ministre.

En 2008, quand Yisrael Beitenou a remporté 15 sièges à la Knesset, il a frôlé cette proportion. Un tiers de ses électeurs venaient de l’extérieur du secteur russophone de la société israélienne. Depuis lors, sa carrière a alors pris une direction inattendue.

Au cours des dernières années, Liberman a opté pour des postes plus élevés dans la coalition au pouvoir du parti Likoud en tant que ministre des Affaires étrangères et de ministre de la Défense.

Ceci, combiné avec plusieurs membres de son entourage et des membres du parti qui ont été arrêtés pour corruption et escroquerie, a effectivement privé Yisrael Beitenou d’un nombre important de sièges.

De plus, en novembre 2018, la démission soudaine de Lieberman de son poste à la Défense a mis le gouvernement du Premier ministre Benyamin Netanyahou dans la tourmente, ce qui a finalement nécessité la dissolution de la Knesset et la convocation d’élections legislatives.

Quand il a démissionné, Lieberman a retiré cinq sièges occupés par son parti nationaliste laïc du Parlement, laissant Netanyahou avec une majorité minuscule à la Knesset sur 120 sièges et laissant Lieberman avec moins d’alliés dans le parti au pouvoir.

AP Photo/Dan Balilty, File FILE – In this Tuesday, Dec. 25, 2012, file photo, Israeli Foreign Minister Avigdor Lieberman walks under a screen showing him and Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu during the inauguration of their election campaign in Jerusalem.AP Photo/Dan Balilty, File

Face à ces problèmes, Lieberman procède à plusieurs ajustements nécessaires pour rajeunir son parti afin de le rendre plus attrayant pour les jeunes russes nés en Israël.

Liberman ne veut justement plus qu’ “Yisrael Beitenou” soit un parti sectaire. Afin d’atteindre un nouvel équilibre, il tente également de ne pas recruter que des Russes sur sa liste.

Le candidat le plus récent sur la liste de Lieberman est Eli Avidar, ancien diplomate israélien du ministère des Affaires étrangères. Avidar a notamment joué un rôle essentiel dans le développement des liens entre Israël et les dirigeants musulmans dans les pays avec lesquels l’État juif n’a pas de relations diplomatiques. Plus récemment, il a occupé le poste de directeur général d’Israël Diamond Exchange (bourse).

Trois Israéliens issus de la communauté russophone correspondent au profil de Lieberman: Evgeny Sova, journaliste, commentateur politique et présentateur de télévision dans les médias russes; Ilya Akselrod, interprète, présentatrice de radio et membre du Russian Comedy Club; et Ilana Kartish, une Judokate médaillée, née en Israël une heure à peine après que l’avion de sa mère ne se soit posé en Terre sainte.

Kartish a récemment été élue sur la liste de Yisrael Beiteinu pour le conseil municipal de Haïfa, mais a quitté son poste quelques semaines plus tard.

Alex Kushnir, 39 ans, ancien directeur général du ministère de l’Intégration et de l’Immigration qui a fait son Alyah depuis l’Ukraine à l’âge de 13 ans, apporte au parti son expérience dans le domaine de la gestion et sa connaissance des politiques d’immigration d’Israël.

Kushnir a occupé diverses fonctions au sein de l’agence de sécurité intérieure israélienne Shin Bet, ce qui en fait un atout considérable pour Lieberman, dont les priorités en matière de sécurité en tant que ministre de la Défense étaient particulièrement bellicistes.

La liste des candidatures pour Yisrael Beiteinu n’a toutefois pas encore été finalisée.

Lily Galili est journaliste, analyste de la société israélienne et experte en immigration de l’ex-Union soviétique.
Elle est co-auteur de “Le million qui a changé le Moyen-Orient”.

source: i24news

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.