La coopération russo-turque peut-elle aller au-delà du S-400?

1
1826

La coopération technico-militaire russo-turque peut-elle aller au-delà de la production de S-400?

REUTERS / Tatyana Makeyeva
Des militaires russes sont assis dans les cabines des systèmes de missiles de défense aérienne S-400 de la rue Tverskaya avant une répétition du défilé du Jour de la victoire, qui marque l’anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie au cours de la Seconde Guerre mondiale, Moscou, 29 avril 2019.
RÉSUMÉ DE L’ARTICLE
Le président turc Recep Tayyip Erdogan s’est vanté du fait que la Turquie coproduira le système de missile S-500 avec la Russie après la conclusion de l’accord S-400, mais les réalités existantes remettent ces rodomontades en question.

Les relations entre les États-Unis et la Turquie sont devenues emmêlées dans un nœud inextricable. Les tentatives visant à trouver un compromis sur la question des Kurdes syriens ont souvent échoué, alors que l’achat par Ankara du système de missile anti-aérien russe S-400 menacerait la «solidarité de l’OTAN» d’érosion. La Turquie aurait environ deux semaines pour décider d’acheter des missiles Patriot américains ou de faire face à de lourdes pénalités à cause de son accord avec la Russie. Le ministère des Affaires étrangères turc a lancé cet ultimatum, tout comme la Russie.

“Nous suivons les nombreuses déclarations des représentants de la direction turque dirigée par le président Erdogan [Recep Tayyip] selon lesquelles l’accord S-400 est déjà conclu et sera mis en œuvre “, a déclaré mercredi le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov.

“Nous considérons cette [position américaine] extrêmement négativement. Nous considérons que de tels ultimatums sont inacceptables”, a ajouté Peskov.

La Turquie tente évidemment de maintenir l’équilibre des intérêts. Ankara fait preuve de fermeté en déclarant qu’il est possible d’ élargir la coopération avec la Russie et montre qu’elle se prépare à d’éventuelles restrictions, tout en espérant toujours un compromis raisonnable.

Le ministre turc de la Défense, Hulusi Akar, a annoncé que le premier groupe de militaires turcs était déjà arrivé en Russie pour suivre le cours de formation au système S-400. Tout cela se passe dans le cadre des discussions en cours entre les États-Unis et la Turquie sur l’achat de Patriot, notamment le prix du système de missile, les possibilités de coproduction et le partage de technologies.

Erdogan semble espérer que les accords américains et russes seront finalement conclus.

«Ils (les Américains) font actuellement passer le ballon au milieu du terrain, faisant preuve d’une certaine réticence. Mais tôt ou tard, nous recevrons les F-35. Empêcher leur livraison n’est pas une option », a déclaré Erdogan.

Il a récemment souligné que l’achat de S-400 russes “à des conditions très favorables” pourrait être suivi de “contrats sur des S-500, y compris les projets de production en commun“.

Ce n’est pas la première fois que le dirigeant turc exprime son intérêt pour les systèmes de défense antiaérienne S-500. À l’été 2018, Erdogan a déclaré qu’il avait demandé à son homologue russe, Vladimir Poutine, de “produire les systèmes en coopération”. À l’époque, ses remarques n’avaient pas été commentées à Moscou. Cette fois, cependant,  Peskov a confirmé que les deux présidents avaient bien discuté des perspectives d’un contrat de fourniture de S-500 à la Turquie alors que le système n’était toujours pas sous licence pour l’armée russe elle-même.

Les deux présidents ont peut-être effectivement discuté de l’extension de la coopération militaro-technique, y compris des projets communs impliquant des systèmes innovants. Toutefois, dans la situation actuelle, les remarques de Peskov devraient également être considérées comme un geste de solidarité politique. En outre, compte tenu des préoccupations de l’OTAN quant à la capacité de la Russie à apprendre à repérer et à suivre les avions américains au moyen de radars – dans le cas où Ankara dispose à la fois du système de missile S-400 et des chasseurs F-35– Moscou veut prêter main forte à Ankara. Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a déclaré qu’en cas d’échec de l’accord sur les F-35, son pays était prêt à acheter un avion russe. Au même moment, Sergey Chemezov, directeur de la société d’Etat russe Rostec Corporation, sanctionné par les États-Unis, a déclaré à l’agence de presse Anadolu que la Russie avait approuvé les documents autorisant l’exportation des avions de combat de cinquième génération Su-57, et Moscou était prêt à négocier leur vente avec Ankara.

Remarquablement, à l’instar du système de missile S-500, les chasseurs à réaction Su-57 ne sont pas encore officiellement adoptés par l’armée russe. Dans le même temps, il convient de noter que Moscou semble prête à partager certaines technologies d’armes innovantes dans leurs conditions traditionnelles – les caractéristiques des armes exportées sont toujours inférieures à celles utilisées par les propres troupes russes.

La Russie maintient de lourdes ambiguïtés à ce sujet – ses relations avec l’Inde en sont particulièrement illustratives. Mais l’industrie militaire russe a déjà expérimenté une collaboration dans la conception d’armes qui ont été adoptées par les troupes nationales seulement après la mise en œuvre des contrats d’exportation. Par exemple, le système de défense aérienne à courte portée Pantsir-S1 est apparu en Russie en raison du contrat passé avec les Émirats arabes unis, qui avait financé le développement. Fait intéressant, l’armée russe n’est finalement que le quatrième acheteur du système, à la suite de ventes aux Émirats, à l’Algérie et à la Syrie.

La vision dominante en Russie sur la S-500 est que le système exploitera pleinement le potentiel d’interception à longue portée et à haute altitude, ce qui représente la nouvelle génération de systèmes de défense aérienne et antimissile. Si les premières ébauches du S-400 avaient été créées à l’époque soviétique, le développement du S-500 avait déjà commencé en 2003. Les paramètres présumés du S-500 sont assez impressionnants : un rayon d’impact de 600 kilomètres (372 milles). et la capacité de détecter et de détruire des cibles aérodynamiques – missiles balistiques à portée intermédiaire et intercontinentale – dans les parties médiane et finale de leur trajectoire. Le système d’exploitation S-500 permet de fusionner avec d’autres systèmes de défense, notamment les systèmes S-300 et S-400, pour former une structure unifiée à plusieurs niveaux afin de créer des zones de concentration des installations de défense aérienne et antimissile. Comme stipulé dans l’actuel programme de dotation militaire 2011-2020, les forces aérospatiales de l’armée russe sont censées recevoir 10 divisions de systèmes S-500 .

«Mentionner la possibilité de coopération, mais ne pas mentionner de délais précis est une mesure politique bien connue. Le système S-500 n’a pas encore été adopté par l’armée russe. En général, plusieurs années s’écoulent entre l’utilisation interne des armes et leur exportation », a déclaré à Al-Monitor Andrey Frolov, analyste militaire et rédacteur en chef du périodique russe« Arms Export ».

«En théorie, il est certainement possible que la version d’exportation du S-500 soit conçue à l’avance. Cependant, cela reste peu probable et aucune information crédible ne permet de prouver cette idée », a-t-il expliqué.

L’expert militaire russe Yury Lyamin a informé Al-Monitor que, même après que le S-500 a été officiellement autorisée par l’armée russe, la production de ces systèmes viserait probablement à répondre aux besoins locaux au cours des prochaines années.

«Par exemple, le système S-400 avait été adopté en Russie en 2007 ; toutefois, son exportation a commencé pratiquement une décennie plus tard », a déclaré Lyamin.

Andrey Frolov estime que les affirmations d’Erdogan au sujet de la production en commun du système S-500 devraient être considérées dans le contexte des tensions américano-turques et celui de la pression croissante exercée à la suite de la transaction autour du système S-400.

«De nombreux problèmes concernant la politique intérieure, les relations extérieures et la technologie de la Turquie sont liés à l’accord S-400. Pour la partie russe, cette situation est assez particulière – similaire, peut-être, à l’exportation de la S-300 vers l’Iran. Cependant, cette affaire n’a pas provoqué de telles controverses autour de la politique intérieure et des questions techniques », a déclaré Frolov.

En ce qui concerne l’accord S-400, certaines nuances sont importantes. La localisation de la production du système en Turquie ainsi que le partage de technologies ont été, jusqu’à présent, des ingrédients essentiels pour rendre l’accord avantageux pour la Turquie. Au moins depuis 2017, le ministère turc des Affaires étrangères a fait valoir que l’accord ne passerait pas sans respect des deux conditions. À l’époque, les Russes considéraient cette déclaration comme un «élément politique» de la part de la Turquie dans ses pourparlers avec les États-Unis dans le cadre de l’approbation par Washington de l’accord du système antimissile THAAD avec Riyad à la suite de l’accord russo-saoudien sur le S-400. Les consultations russo-turques ultérieures ont abouti à un accord sur la localisation éventuelle de la production de S-400 en Turquie, bien que “objectivement limitée – pas plus de 15%”, comme le rapportent des sources russes à Kommersant.

“Même dans la situation autour du S-400, il n’est pas évident de savoir si la production sera localisée”, a déclaré Frolov.

«Tout d’abord, il était initialement supposé qu’Ankara recevrait les premiers systèmes en 2020. Toutefois, comme demandé par la partie turque, les délais du contrat avaient été fixés plus tôt. Deuxièmement, 55% de la valeur du contrat sera financé par un emprunt russe. Cette position de négociation n’est pas tout à fait adaptée aux demandes de localisation, bien qu’il soit possible que les éléments des systèmes S-400 de la dernière tranche incluent ultérieurement des trains de roulement à roues fabriqués en Turquie », a-t-il expliqué.

Lyamin a rappelé que les systèmes de défense antiaérienne comprenaient divers éléments, outre les lanceurs, les missiles et les radars, tels que les dépanneuses et les grues.

“Bien qu’il soit difficile de comprendre ce que “localiser la production de détails spécifiques” signifie exactement si les technologies sensibles ne sont pas fournies, cela peut inclure l’utilisation de véhicules, de moyens de communication et d’autres équipements fabriqués en Turquie”, a-t-il expliqué.

Ainsi, si le contrat déjà signé sur le S-400, convenu dans un délai extrêmement bref et fondé sur des accords personnels entre Poutine et Erdogan, inclut autant de zones grises, aucune condition pour la coproduction effective du S-500 ne semble actuellement exister. Et on voit encore moins comment la relation bilatérale russo-turque se transformera en cinq à sept ans et comment elle pourrait changer le cours de la coopération militaire entre les deux pays.

Trouvé dans:SANCTIONS

Anton Mardasov est un expert des affaires militaires et un journaliste spécialisé sur la Syrie, l’Irak et les organisations extrémistes. Il est également expert non résident au Conseil des affaires internationales de la Russie (RIAC). Sur Twitter:  @anton_mardasov

Read more: al-monitor.com

Adaptation : Marc Brzustowski

1 COMMENT

  1. Erdogan serait donc en train de de nuire irrémédiablement à son pays !
    C’est vraiment parti pour mini. 20 ans de misères . C’est Allah qui vas avoir du boulot déjà qu’il ne s’ennuie pas

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.