FILE - Japan's Prime Minister Shinzo Abe speaks during a press conference at the prime minister's official residence in Tokyo, on Sept. 25, 2017. Japan’s NHK television says former Prime Minister Shinzo Abe has died after being shot during a campaign speech. Abe was shot from behind minutes after he started his speech Friday, July 8, 2022, in Nara in western Japan. He was airlifted to a hospital for emergency treatment but was not breathing and his heart had stopped. He was pronounced dead later at the hospital.(AP Photo/Shizuo KambayashiK, File)

Japon : l’ancien Premier ministre Shinzo Abe est mort, après avoir été blessé par balles lors d’un discours

L’ex-Premier ministre japonais Shinzo Abe est mort, ce vendredi, après avoir été blessé par balles lors d’un discours politique en pleine rue, deux jours avant les élections sénatoriales, a annoncé l’hôpital japonais qui l’a pris en charge.

L’ancien Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, est mort ce vendredi, après avoir été grièvement blessé par balles lors d’un discours politique pendant un meeting électoral, annonce l’hôpital qui l’a pris en charge. Il participait à la campagne sénatoriale dans la région de Nara, dans l’ouest du pays, pour les élections qui ont lieu dimanche. L’ancien chef de l’exécutif, âgé de 67 ans, prononçait un discours en fin de matinée près d’une gare de la ville, lorsque des coups de feu ont été entendus.
Selon la chaîne de télévision publique NHK, Shinzo Abe a immédiatement été emmené à l’hôpital et semblait être en arrêt cardio-respiratoire, un terme utilisé au Japon indiquant l’absence de signe de vie, et précédant généralement un certificat de décès officiel.

https://twitter.com/nhk_nw9/status/1545314331750965249?ref_src=twsrc%5Etfw%7Ctwcamp%5Etweetembed%7Ctwterm%5E1545314331750965249%7Ctwgr%5E%7Ctwcon%5Es1_&ref_url=https%3A%2F%2Fwww.francebleu.fr%2Finfos%2Finternational%2Fjapon-l-ancien-premier-ministre-shinzo-abe-est-mort-apres-avoir-ete-blesse-par-balles-lors-d-un-1657270542

Le tireur, « arrivé par derrière », arrêté

Un homme d’une quarantaine d’années a été désarmé et arrêté pour tentative de meurtre, selon la chaîne NHK, citant des sources policières. Selon plusieurs médias locaux, le suspect serait un Japonais de 41 ans ayant par le passé appartenu à la Force maritime d’autodéfense japonaise, la marine nippone.
Sur des images de la NHK montrant le moment de l’attaque, on voit M. Abe debout sur un podium, puis une forte détonation retentit et de la fumée se dégage. Tandis que les spectateurs surpris par la détonation se baissent, plusieurs personnes en plaquent une autre à terre.

Shinzo Abe « prononçait un discours et un homme est arrivé par derrière », a déclaré à NHK une jeune femme présente sur les lieux. « Le premier tir a fait le bruit d’un jouet. Il n’est pas tombé et il y a eu une grosse détonation. Le deuxième tir était plus visible, on pouvait voir l’étincelle et de la fumée », a-t-elle ajouté. « Après le deuxième tir, des gens l’ont entouré et lui ont fait un massage cardiaque », a-t-elle encore témoigné.

Shinzo Abe s’est effondré et saignait du cou, a déclaré une source du Parti libéral-démocrate (PLD, droite nationaliste au pouvoir) à l’agence de presse Jiji. Des responsables locaux du PLD ont précisé n’avoir reçu aucune menace avant l’attaque, et que cette prise de parole de Shinzo Abe avait été annoncée publiquement.

« Un acte barbare en pleine campagne électorale, absolument impardonnable »

L’actuel Premier ministre japonais Fumio Kishida a dénoncé « un acte barbare en pleine campagne électorale, qui est la base de la démocratie, et c’est absolument impardonnable ».

Une longévité record au Japon

Ancien chef du Parti libéral-démocrate, Shinzo Abe était le Premier ministre japonais à être resté le plus longtemps au pouvoir. Il a été en poste en 2006 pour un an, puis de nouveau de 2012 à 2020, date à laquelle il avait été contraint de démissionner pour des raisons de santé.

Une émotion internationale

L’attaque a suscité une vive émotion parmi les dirigeants internationaux.
La France a exprimé sa très vive émotion et sa pleine solidarité au Japon, après cet « odieux assassinat » a écrit le Quai d’Orsay dans un communiqué. « Elle exprime ses très sincères condoléances à sa famille, à ses proches ainsi qu’au peuple japonais. »
Juste après l’attaque, le président français Emmanuel Macron s’était dit « profondément choqué », condamnant une « attaque odieuse » et saluant « un grand Premier ministre ».
« C’est un moment très, très triste », a déclaré le secrétaire d’État américain Antony Blinken, ajoutant que les Etats-Unis étaient « profondément tristes et profondément préoccupés » par l’attaque. « Nos pensées, nos prières sont avec lui, avec sa famille, avec le peuple japonais », a-t-il ajouté.
Le président du Conseil européen Charles Michel s’est dit « choqué et attristé » par cette attaque « lâche », contre Shinzo Abequ’il a décrit comme un « véritable ami, farouche défenseur de l’ordre multilatéral et des valeurs démocratiques »
Le chancelier allemand Olaf Scholz s’est dit « stupéfait et profondément attristé » par ce meurtre. « L’attentat mortel perpétré contre Shinzo Abe me laisse stupéfait et profondément attristé », écrit sur Twitter le dirigeant allemand, assurant être « aux côtés du Japon en ces heures difficiles ».
Par La rédaction de France Bleu, France Bleu
Shinzo Abe, le 25 septembre 2017, lors d’une conférence de presse à Tokyo. 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.