Israël lance un site pour tenir les touristes informés des restrictions liées au COVID-19

Suite à la réouverture du ciel d’Israël, le ministère du Tourisme a pris l’initiative de lancer un centre d’information COVID-19 pour les touristes entrants.

Vendredi, Israël a retiré chaque pays de sa liste « rouge », rouvrant le ciel et permettant aux Israéliens de voyager n’importe où dans le monde. Deux jours plus tard, les restrictions imposées aux ressortissants étrangers de pays non rouges ont également été supprimées, ce qui signifie que les touristes peuvent désormais entrer en Israël sans avoir besoin d’une autorisation spéciale, à condition qu’ils soient complètement vaccinés.

Après la réouverture du ciel d’Israël , le ministère du Tourisme a pris l’initiative de lancer une page de destination régulièrement mise à jour, incorporant toutes les informations nécessaires et utiles pour les touristes visitant Israël alors que la vague Omicron balaie le pays.

Le guide est divisé en trois sections dans le but de simplifier la navigation à travers les différentes restrictions et exigences et de faciliter l’accès à toutes les informations pertinentes.

La première section, intitulée « Planifier votre voyage », contient des informations sur la définition à jour du ministère de la Santé des vaccinés et récupérés du COVID-19, ainsi qu’une liste des vaccins contre le coronavirus approuvés et les documents requis pour l’entrée en Israël. Le second, « Pendant votre séjour », met en évidence l’emplacement des centres de test COVID-19 à travers Israël et ce que les touristes doivent faire s’ils doivent se faire tester lors d’une visite en Israël.

La troisième et dernière section, « Avant de nous quitter », affiche des informations sur les tests de coronavirus et la documentation requise pour embarquer sur un vol de retour à l’aéroport Ben-Gourion.

 Des voyageurs vus à l'aéroport international Ben Gourion, le 22 décembre 2021. (crédit : FLASH90)Des voyageurs vus à l’aéroport international Ben Gourion, le 22 décembre 2021. (crédit : FLASH90)

Le nouveau guide COVID-19 en Israël, actuellement uniquement disponible en anglais, sera bientôt traduit et disponible dans d’autres langues, a indiqué le ministère.
L’industrie touristique israélienne a souffert tout au long de la pandémie de COVID-19 .
Après une année record pour le tourisme entrant en Israël en 2019, la fermeture brutale de tout tourisme entrant après le déclenchement de la pandémie début 2020 a fait chuter le nombre de touristes entrants à 832 500, contre quatre millions et demi en 2019.
En 2021, le nombre de touristes entrants était encore plus faible que l’année précédente à 401 500, avec des recettes globales s’élevant à quelque deux milliards de shekels.
Vous pouvez visiter le site en cliquant sur ce lien : https://safe.israel.travel/
Des voyageurs vus à l’aéroport international Ben Gourion, le 22 décembre 2021. (crédit photo : FLASH90)

La nouvelle page de destination du ministère du Tourisme pour les nouvelles sur le tourisme en Israël au milieu de COVID-19 (crédit photo : capture d’écran)

 

1 COMMENTAIRE

  1. Je pense avoir compris pourquoi les pays riches insistent pour la double dose et le booster tous les 6 mois, alors que quand le president de l’Organisation Mondiale de la Sante demande pas de booster pour les pays riches et plus de vaccins pour les pays pauvres, personne ne lui obéit. Les cartes du monde montrent que le plus nombre de cas (et donc de morts covid) se trouvent dans les pays les plus vaccinés, c’est-a-dire les pays riches. Mon explication est que dans les pays riches, il y a une population vieillissante, alors que dans les pays pauvres, la population est jeune, donc les pays riches ne pourront pas survivre financièrement si ils doivent payer les retraites de tous ces futurs vieux, et les jeunes ne sont pas assez nombreux pour payer ces retraites. Donc on vaccine dans les pays riches pour tuer les vieux. Mais attention, c’est pas parce qu’on est vacciné qu’on va mourir. C’est plus quelque chose de compliqué comme la cigarette. Il y a des gens qui fument beaucoup et qui n’ont pas de cancer, et d’autres qui fument beaucoup et meurent d’un cancer, meme 30 ans après avoir commencé a fumer. Dans les années 60, on voyait a la TV les plus grands acteurs et chanteurs fumer la cigarette. Si a l’epoque, quelqu’un avait dit que le tabac amene le cancer, on l’aurait pris pour un fou ou un complotiste. Si vraiment le coronavirus était soi-disant contagieux, au lieu de donner le booster aux pays riches seulement, on s’occuperait aussi des pays pauvres. Les pays pauvres n’ont pas de problème de retraite a payer plus tard.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.